LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Réforme du Code du travail

Les ordonnances Macron peuvent-elles être contournées après l'accord conclu hier soir avec les routiers ?

12 min

Les ordonnances Macron peuvent-elles être contournées ? La question se pose, après un accord trouvé, hier soir, avec les routiers. Ils étaient opposés à la réforme du Code du travail. Les garanties obtenues, sur les rémunérations, notamment, ouvrent-elles une brèche pour d'autres secteurs ? Analyse.

Réforme du Code du travail
Réforme du Code du travail Crédits : Paul DEFOSSEUX, Stephan TWAROG AFP - AFP

Désamorcer la crise avec les routiers ouvre-t-il une brèche dans la réforme du Code du travail ? Le gouvernement a peut-être réglé la crise avec les routiers, avant la mobilisation du 10 octobre. Mardi prochain, la fonction publique appelle à manifester contre la réforme du Code du travail et plus généralement contre la politique menée par Emmanuel Macron. De leur côté, les transporteurs routiers menaçaient d'entrer une nouvelle fois, dans la contestation, avec des barrages, comme la semaine dernière. Mais un accord a finalement été trouvé, tard hier soir, sur les rémunérations des routiers, une branche qui compte 670.000 salariés. Patronat, syndicats et représentants du gouvernement ont réussi à s'entendre. Les syndicats estimaient que la réforme du Code du travail était synonyme de précarité et de moindre sécurité. Si un accord a finalement été trouvé, est-ce un premier accroc aux ordonnances Macron ? Et cela ouvre-t-il une brèche pour d'autres secteurs ? Analyse en direct d'Anne-Laure Chouin.

L'opposition accuse Emmanuel Macron de "mépris social" après ses propos tenus hier en Limousin : La machine à communiquer de l'exécutif est grippée. L'exécutif tente de reprendre la main sur le terrain social, de réfuter les critiques sur une "présidence des riches", après la présentation du budget 2018, - Edouard Philippe s'expliquait hier dans les pages de Libération, quant à Emmanuel Macron, il souhaitait, hier, mettre en avant sa réforme de formation professionnelle, lors d'un déplacement en Corrèze, à Egletons, commune rurale, principal campus français de formation aux métiers du BTP. Mais ses propositions ont été éclipsées par des propos tenus face au président de la région Nouvelle Aquitaine Alain Rousset, qui évoquait les difficultés à recruter d'une entreprise de fonderie, alors que manifestaient des salariés et d'anciens ouvriers de GM & S, l'équipementier automobile de la Souterraine, situé à 2h environ d'Egletons. Le chef de l'Etat a déclaré : "Il y en a certains, au lieu de foutre le bordel, ils feraient mieux d'aller regarder s'ils peuvent t-avoir des postes là-bas. Parce qu'il y en a qui ont les qualifications pour le faire (...) C'est pas loin de chez eux". Il n'y a pas que les salariés de GM&S qui ont été choqué par ces propos, l'opposition également. La polémique enfle, faisant ainsi dérailler la communication offensive de l'exécutif, ces derniers jours. Décryptage en direct de Ludovic Piedtenu.

La Cour des comptes dresse un tableau sévère de la gestion de l'Education nationale : Des professeurs absents non remplacés, trop de débutants affectés dans des établissements difficiles et un coût du système éducatif qui s'accroît sans amélioration de sa performance. Quatre ans après un précédent rapport sur la gestion des 875.000 enseignants, la Cour des comptes renouvelle son diagnostic, très critique, en espérant que "la réitération d'un certain nombre de constats finira par s'ancrer dans les esprits". Didier Migaud, premier président de la Cour des comptes, estime que les chefs d'établissement " devraient avoir la possibilité de résoudre un certain nombre de situations au niveau de leur propre établissement.

Carles Puigdemont
Carles Puigdemont Crédits : BURAK AKBULUT / ANADOLU AGENCY - AFP

Madrid a refusé, hier soir, la médiation, proposée par Carles Puigdemont, à la tête de la région catalane. Les séparatistes sont prêts à proclamer leur indépendance de manière unilatérale, peut-être dès lundi prochain : Le chef de l'exécutif catalan, Carles Puigdemont a renouvelé, hier soir, son appel au dialogue avec Madrid. Médiation balayée par le pouvoir central, qui refuse de parler de rupture, après la victoire oui au référendum autodétermination interdit dimanche dernier. Mais les partis indépendantistes, majoritaires au parlement régional, ont, eux, réclamé, hier, une nouvelle séance plénière lundi, date à laquelle l'indépendance pourrait être proclamée de manière unilatérale. L'Espagne est divisée sur la question et les Madrilènes se rangent plutôt derrière le roi d’Espagne Felipe VI et l'esprit d'union. Reportage à Madrid de Mathieu de Taillac.

La suite de l'enquête sur la fusillade de Las Vegas : La compagne du tueur a été interrogée par le FBI. Son avocat affirme qu'elle ignorait tout du projet macabre de son conjoint. Stephen Paddock a tué 58 personnes et blessé 527 autres depuis sa chambre d'hôtel, dimanche soir à Vegas. Ses mobiles restent encore flous et Donald Trump ne les a quasiment pas évoqués, hier, lors d'un déplacement à Las Vegas. Le locataire de la Maison blanche, peu disert également, sur la question des armes à feu aux Etats-Unis. Visite suivie par notre envoyé spécial à Las Vegas, Gregory Philipps.

Quand le retour au pays est synonyme de condamnation à mort : Selon un rapport d'Amnesty International, de plus en plus de migrants Afghans sont expulsés d'Europe, de France notamment, pour être renvoyés dans leur pays d'origine. 3.300 personnes concernées en 2015, près de 10.000 l'an dernier. Le problème : c'est que leur sécurité n'est pas garantie en Afghanistan. Reportage de François-Pierre Noel.

Le glyphosate est-il cancérigène et doit-il être interdit en Europe ? L'Union européenne n'a toujours pas tranché alors que la licence de cet herbicide, présent dans le Round up de Monsanto, expire à la fin de l'année. La Commission européenne a proposé de renouveler cette licence pour une période de 10 ans : une réunion du comité d'experts sur le sujet s'ouvre aujourd'hui à Bruxelles. Les Etats membres doivent se mettre d'accord. C'est le choix de la rédaction, à suivre, dans le journal de 7h30.

Chroniques
7H12
3 min
Le Billet économique
Encore trop peu de femmes managers en France
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......