LE DIRECT
Manifestants, pris en photo le 15 janvier dernier, devant la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne)

Poursuite du blocage des prisons : pourquoi les syndicats pénitentiaires ne trouvent-ils pas de terrain d'entente avec le gouvernement ?

12 min

Une nouvelle agression, hier, dans une prison du Pas-de-Calais n'a fait que renforcer la détermination des syndicats de gardiens de prisons : ils appellent à un nouveau "blocage total" des établissements depuis 6h ce matin, pour faire entendre leurs revendications salariales et sécuritaires.

Manifestants, pris en photo le 15 janvier dernier, devant la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne)
Manifestants, pris en photo le 15 janvier dernier, devant la maison d'arrêt de Fleury-Mérogis (Essonne) Crédits : Samuel Boivin / CrowdSpark - AFP

Les syndicats pénitentiaires reprennent leur mouvement de blocage des prisons : Près d'une prison sur deux est bloquée totalement ou partiellement, ce matin. Les syndicats pénitentiaires appellent à durcir la contestation entamée la semaine dernière, avant d'être reçus, une fois de plus, au ministère de la Justice, aujourd'hui. Vendredi dernier, ils avaient refusé de signer les propositions soumises par le gouvernement, avec 1.100 emplois créés sur quatre ans. Ce plan a été jugé "trop vague", par la CGT Pénitentiaire. et l'UFAP - UNSA, le syndicat majoritaire. Les syndicats en demandent davantage au gouvernement pour assurer des conditions de travail correctes, en matière de sécurité et de salaires. L'agression, hier soir, de deux surveillants, blessés par un détenu avec un pied de table en fer, à la prison de Longuenesse, dans le Pas-de-Calais, a renforcé leur détermination. Comment expliquer que les syndicats pénitentiaires n'arrivent pas à trouver de terrain d'entente avec le gouvernement ? Est-ce qu'ils ne sont pas aussi bien entendus que les représentants des forces de l'ordre ? Analyse, en direct, de Ludovic Piedtenu, chef du service Politique de France Culture.

Les autres titres du journal 

Peut-être le bout du tunnel pour Angela Merkel : Après quatre mois de blocage politique, la chancelière allemande va enfin pouvoir commencer à négocier la formation d’un nouveau gouvernement  avec les sociaux-démocrates. Le SPD a donné son feu vert, lors d’un congrès, hier, à Bonn, une étape de plus vers une "grande coalition" avec les conservateurs d'Angela Merkel. La motion approuvée, hier, par les délégués du SPD souligne que les négociateurs sociaux-démocrates devront tenter d'obtenir davantage de concessions des conservateurs sur les questions du travail, de la santé, de l'immigration et de l'environnement. L'accord de coalition définitif devra être approuvé par l'ensemble des membres du SPD. Correspondance en direct, à Berlin, de Cyril Sauvageot.

Les autorités afghanes cherchent encore des victimes après l'attentat de Kaboul qui a fait au moins 18 morts, ce week-end : L'attaque, contre l'hôtel Intercontinental à Kaboul, a été revendiquée par les talibans,  qui ciblaient, disent-ils, les étrangers. Cet attentat a été mené par 6 hommes et duré plus de 12 heures. Précisions à Kaboul de Sonia Ghézali (RFI pour France Culture).

Six personnes au moins ont été tuées hier à Kinshasa et 33 blessées par les forces de sécurité congolaises qui ont tiré à balles réelles pour disperser une manifestation contre le président Joseph Kabila ; manifestation organisée par l'Eglise catholique.

La Turquie attaque les Kurdes en Syrie : Des chars et des militaires turcs  ont pénétré, hier, au nord de la Syrie dans la région d'Afrine, contrôlée par les YPG kurdes et pilonnée par l'aviation et l'artillerie d'Ankara. Les kurdes sont considérés comme terroristes, par la Turquie, mais soutenus par les Etats-Unis et la coalition antidjihadiste.   Exhortant Ankara à mettre fin à son offensive, la France a demandé et obtenu une réunion d'urgence du Conseil de sécurité de l'ONU aujourd'hui , à huis clos.

Les Etats-Unis se préparent à connaître, aujourd'hui, leur troisième journée de "shutdown", paralysie partielle du gouvernement fédéral : Les élus républicains et démocrates n'ont pas réussi à se mettre d'accord, la semaine dernière, sur un financement de administration fédéral. Un nouveau vote du Sénat est programmé à midi heures locales (18h à Paris).

La Grèce, au cœur d'une réunion, aujourd'hui, des ministres des Finances de la zone euro : Ils se retrouvent aujourd'hui, pour la première fois sous la présidence de Mario Centeno, le ministre des finances Portugais,  élu en décembre dernier à la tête de l'Eurogroupe.  A l'ordre du jour : le 3e programme d'assistance à la Grèce.  Les 86 milliards prêtés en 2015, sont censés être les derniers. Décryptage de Marie Viennot.

Ouverture officielle de Parcoursup.fr, nouvelle plate-forme d'inscription dans l'enseignement supérieur : Ils ont eu une semaine pour se familiariser avec parcoursup.fr. Les  élèves de Terminale peuvent s' inscrire dès aujourd’hui sur la nouvelle plate-forme d'inscription dans l'enseignement supérieur et y entrer leurs vœux pour "l'après-bac". Parcoursup.fr. succède à la très controversée APB, au cœur du naufrage de l'orientation pour des milliers de bacheliers, encore l'an dernier. Elle doit remédier aux problèmes des filières en tension, comme STAPS, pour les métiers du sport. Précisions d'Hakim Kasmi.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Versailles: un sommet pour quelle attractivité ?

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......