LE DIRECT
Illustration des GAFA, acronyme pour Google, Apple, Facebook et Amazon, prise le 28 septembre 2017

Critiqués pour leurs pratiques d'évasion fiscale, les GAFA promettent d'investir en France, alors que l'U.E. devrait réduire la liste noire des paradis fiscaux

12 min

3 milliards d'euros d'investissement en France en 5 ans : 140 grands patrons ont répondu à Emmanuel Macron pour s'implanter davantage sur notre territoire, dont Google critiqué pour son évasion fiscale. L'U.E. doit, par ailleurs, réduire la liste noire des paradis fiscaux aujourd'hui.

Illustration des GAFA, acronyme pour Google, Apple, Facebook et Amazon, prise le 28 septembre 2017
Illustration des GAFA, acronyme pour Google, Apple, Facebook et Amazon, prise le 28 septembre 2017 Crédits : DAMIEN MEYER / AFP - AFP

Les GAFA tentent-ils de se racheter une conduite ? Il voulait prouver que sa politique en faveur des entreprises pouvait relocaliser des emplois industriels en France. Opération réussie, hier, pour Emmanuel Macron et son sommet "Choose France" - "choisissez la France" -  qui rassemblait 140 patrons de grands groupes, à Versailles. Parmi les belles promesses économiques : le groupe pharmaceutique suisse Novartis annonce qu'il va investir 900 millions d'euros en France, notamment en Alsace.  750 millions, investis par le géant allemand des logiciels S.A.P.  De leur côté, Facebook et Google veulent créer en France des centres de recherches sur l'intelligence artificielle. Google prévoit de déployer quatre espaces physiques, à Rennes, par exemple, où les Français, perdus en informatique, pourront se former gratuitement. Quant à Facebook, il veut former avec Pôle emploi 50.000 chomeurs aux compétences numériques de base. Analyse de Maxime Debs.

Liste noire et grise des paradis fiscaux établie par l'UE
Liste noire et grise des paradis fiscaux établie par l'UE Crédits : Vincent LEFAI, Kun TIAN, Jochen GEBAUER / AFP - AFP

Pendant ce temps, la liste noire des paradis fiscaux, établie par l'Union européenne, devrait se réduire à peau de chagrin : Alors que le siège européen de Google est situé en Irlande, pays ayant l'une des fiscalités sur les bénéfices des sociétés parmi les plus basses de l'Union européenne, l'ONG Oxfam avait pointé du doigt quatre pays européens servant de paradis fiscaux : l'Irlande, donc, le Luxembourg, Malte et les Pays-Bas. Ces pays auraient dû, selon Oxfam, figurer sur  la liste noire des paradis fiscaux. Cette liste de 17 pays, adoptée en décembre dernier, dans la foulée des Paradise Papers, devrait se réduire à peau de chagrin, aujourd'hui. La moitié des Etats devraient en sortir, après une réunion des 28 ministres des Finances de l'UE. Le Panama fait partie des pays repêchés, au grand dam des défenseurs de la transparence fiscale.   Précisions à Bruxelles, de Pierre Benazet.

Les autres titres du journal

Carrefour dévoile un plan de relance crucial, les salariés inquiets : Arrivé cet été à la tête de Carrefour, Alexandre Bompard joue gros, aujourd'hui, en annonçant un "plan de transformation" du géant de la distribution, contraint d'amorcer un virage stratégique qui pourrait entraîner de fortes réductions d'effectifs.  Selon le Figaro, le plan "Carrefour 2022" qui sera dévoilé prévoit 2.400 suppressions de postes dans les sièges du groupe en France, via un plan de départs volontaires. On y revient dans le billet économique, à la fin de ce journal, et dans le journal de 7h30.

Au huitième jour de mobilisation des syndicats pénitentiaires, reprise des blocages dans les prisons et des négociations avec le la garde des Sceaux : Les syndicats pénitentiraires demandent encore et toujours une revalorisation de leurs salaires et une amélioration des conditions de travail. La ministre de la Justice a reçu, hier, les organisations syndicales pour tenter de parvenir à un accord, en vain. Reportage d'Antoine Marette.

Selon l'ONU, le Yémen, le plus pauvre du Moyen-Orient, est le théâtre de "la pire crise humanitaire du monde" : C'est un conflit qui a déjà fait plus de 9.000 morts et près de 53.000 blessés. Le Yémen, ravagé par la famine et le choléra, est pays déchiré par trois années de guerre, opposant les rebelles Houthis, soutenus par l'Iran chiite, au camp progouvernemental, soutenu par l'Arabie saoudite sunnite. Le Yémen est désormais menacé de partition, reportage de notre envoyé spécial à suivre dans le journal de 7h30.

L'indépendantiste catalan Carles Puigdemont,  officiellement désigné candidat à la présidence de la Catalogne, a dénoncé, hier, depuis le Danemark "l'autoritarisme" de Madrid, assurant que son camp formerait "bientôt" un gouvernement. Cette escapade à Copenhague a, en quelque sorte, été autorisée par Madrid. Alors qu’elle avait l’occasion de le faire arrêter par la police danoise, la justice espagnole a préféré le laisser libre de ses mouvements. Correspondance à Madrid de  Mathieu de Taillac.

La décision du gouvernement de renoncer à organiser l'Exposition universelle de 2025 passe mal chez les élus concernés : Le Premier ministre Edouard Philippe a expliqué, ce week-end, que cette exposition universelle risquait d'être déficitaire, en raison d'une trop faible fréquentation. Le projet devait voir le jour sur le site universitaire de Paris-Saclay dans l'Essonne. Pour Michel Bournat, président LR de la communauté d'agglomération Paris-Saclay, maire de Gif-sur-Yvette, interrogé par Stanislas Vasak, cette exposition 2025 était une chance pour l'économie française.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Carrefour à l'heure des choix stratégiques
À venir dans ... secondes ...par......