LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Conséquences des violences sexuelles

Avant le projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes, travail parlementaire sur le délai de prescription pour les viols sur mineurs et estimation des atteintes sexuelles dans les transports par l'Observatoire national de la délinquance

13 min

Mieux prendre en compte la mémoire traumatique des victimes de violences sexuelles : des députés et des avocats ont planché sur la question, hier, à l'Assemblée, afin de construire une loi contre les violences sexuelles et sexistes en 2018.

Conséquences des violences sexuelles
Conséquences des violences sexuelles Crédits : S. RAMIS / S. ROSE, SLR / PLD / AFP - AFP

Plongée au cœur du travail parlementaire avant le projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes : Le texte ne sera débattu que l'an prochain mais l'on sait déjà qu'il comportera notamment l'allongement à 30 ans, au lieu de 20 ans, du délai de prescription des viols sur mineurs. Emmanuel Macron l'avait confirmé le mois dernier.  Selon l'UNICEF et l'association Mémoire traumatique et victimologie, 81% des victimes de violences sexuelles avaient moins de 18 ans au moment des faits. 52% des agresseurs se trouvent dans le cercle familial et seulement 1 victime de violences sexuelles sur 12 portent plainte. Pour améliorer l'efficacité de la justice dans ce domaine,  la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances s’est réunie, hier soir, à l’Assemblée nationale. Audition d'avocats et de députés, afin d’élaborer le rapport  à partir duquel le projet de loi contre les violences sexuelles et sexistes sera ensuite débattu dans les prochains mois.  Plongée au cœur du travail parlementaire avec le reportage de Sophie Delpont, au 6e bureau de l’Assemblée nationale.

Atteintes sexuelles dans les transports en commun : Dans une étude qui vient d'être publiée, l'Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales estime qu'au moins 267.000 femmes ont été victimes de frottements, d'attouchements ou d'exhibitions dans les transports. Cette estimation a minima est réalisée chaque année avec l'Insee à partir de 11.000 à 14.000 personnes interrogées. La plupart des victimes ont moins de 30 ans et se trouvent en Ile-de-France. Reportage de Mathilde Lemaire.

Violences sexuelles
Violences sexuelles Crédits : Sabrina BLANCHARD, Paul DEFOSSEUX / AFP - AFP

Les autres titres du journal

Déjà sous le feu de critiques des associations et de la gauche, la politique migratoire du gouvernement suscite des inquiétudes ouvertes jusqu'au sein du groupe LREM à l'Assemblée : L'opposition l'accuse d'être une "majorité godillot", mais sur le dossier des migrants, la République en Marche s'est rebiffé, hier, dans l'hémicycle. La circulaire qui permet de faire le tri dans les centres de réfugiés et le projet de loi "Asile et immigration" ont semé le trouble chez les députés En Marche. Pour tenter de calmer les inquiétudes, un groupe de travail sur le sujet a été annoncé, hier, au sein de LREM à l'Assemblée. Mais l'on retient surtout cette scène, où une députée de la majorité a interpellé sans ménagement le ministre de l'Intérieur à l'Assemblée. Reportage de Laurence Peuron.

Polémique autour de Matignon qui a affrété pour 350.000 euros un avion d'un loueur privé afin de permettre au Premier ministre Édouard Philippe de rentrer plus vite de Nouvelle-Calédonie, le 6 décembre :"C'est une mauvaise utilisation de l'argent public" selon Jean-Christophe Picard, président de l'association de lutte anticorruption Anticor. Il demande un encadrement des frais de déplacement des membres du gouvernement,  comme on vient de le faire, avec les frais de mandat des députés. Matignon souligne, de son côté, que ce déplacement d'Edouard Philippe a coûté 30% moins cher pour l'Etat  que le dernier voyage similaire en Nouvelle-Calédonie",  celui de Manuel Valls en 2016.

Le Conseil national du numérique est plongé dans la crise mardi après l'annonce de la démission de sa présidente Marie Ekeland à la suite d'une polémique sur la nouvelle composition de ses membres : Pour le secrétaire d'Etat au Numérique Mounir Mahjoubi, interrogé par Stéphane Robert, la démission de Marie Ekeland et la dissolution de ce Conseil étaient devenues inévitables. Comment fonctionne ce conseil du numérique, créé en 2011 sous Nicolas Sarkozy, qui souhaitait éviter les rejets de projets de loi, comme pour Hadopi puis repensé sous François Hollande ? Le conseil est désormais composé de 30 membres bénévoles, chercheurs, associatifs, dirigeants de start-up. Précisions de Lise Verbeke.

Fin d'une campagne électorale atypique en Catalogne : Rassemblement devant une prison à 60 de km de Madrid et vidéo-conférence de l'indépendantiste Carles Puigdemont...C'est une étrange campagne électorale, qui s'est achevée, hier, en Catalogne, où les électeurs décideront demain s'ils veulent maintenir les séparatistes au pouvoir. Reportage de notre envoyée spéciale à Barcelone, Annabelle Grelier.

Chroniques
7H12
2 min
Le Billet économique
La croissance accélère en France à 1,9 % en 2017
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......