LE DIRECT

Pour la première fois, Force ouvrière appelle à la grève contre les ordonnances Macron, avec la CGT le 16 novembre

12 min

Il y aura donc une 4e journée d’action avant la ratification des ordonnances réformant le Code du travail : le 16 novembre, pour la première fois, Force ouvrière sera aux cotés de la CGT. C’est ce qui est ressorti de l’intersyndicale, hier soir, au siège de la CFDT qui, elle, ne se mobilise pas.

Ce sera donc la 4e journée de mobilisation syndicale contre les ordonnances réformant le Code du travail et une première pour Force ouvrière : Avant le projet de ratification des ordonnances, prévu autour du 20 novembre, FO appelle à la grève le 16 novembre prochain et descendra dans la rue, aux cotés de la CGT, pour dénoncer "une politique libérale visant à accroître les inégalités au profit d'une minorité". Si FO rejoint le camp de la contestation, ce n'est pas le cas de la CFDT, qui accueillait, hier soir, à Paris, une réunion intersyndicale, suivie par Isabelle Raymond. Reportage. Le 16 novembre prochain, donc, ce sont la CGT, FO, Solidaires ainsi que les étudiants et lycéens de l'Unef, de la Fidl et de l'Unel qui appellent à une journée de grève et de manifestation interprofessionnelle contre les ordonnances Macron.

Exclusion de 5 figures des LR pro-Macron...encore en attente de validation : Le Premier ministre Edouard Philippe, les ministre des Comptes publics Gérald Darmanin, le secrétaire d'Etat à l'Ecologie Sébastien Lecornu ainsi que de deux députés dits "constructifs" Franck Riester et Thierry Solère ont été exclus, hier soir, de leur formation politique mais le parti Les Républicains devra se réunir à nouveau la semaine prochaine, pour valider cette décision, faute de quorum, hier soir. Il fallait la présence de plus de la moitié des membres du bureau politique des LR. Or ils n'étaient que 43 sur 115 au total. "Beaucoup de bruit pour rien" : un spectacle qui en a gêné plus d'un, hier soir, chez les LR. Reportage de Stéphane Robert.

Après deux mois de hausse, le chômage a reculé en septembre, pour s'établir à 3,73 millions d'inscrits en catégorie A, à Pole emploi, c'est-à-dire des personnes qui n'ont pas travaillé du tout. Moins 1,8% en un mois, c'est la plus forte baisse enregistrée depuis début 2001. Mais en un an, la baisse du chômage reste minime : moins 0.5%. Les chiffres de Pôle emploi sont chaque mois en dents de scie, difficiles, donc, à interpréter. Explications de Lise Verbeke.

Est-il encore question de renégocier le CETA, le traité de libre échange entre l'Union européenne et le Canada ? Face aux inquiétudes de la société civile, face aux réserves et aux oppositions politiques, de droite à gauche, en passant, et c'est assez rare pour le souligner, par des députés de la majorité présidentielle, le gouvernement est tenté de rassurer plutôt que de renégocier le CETA. Le gouvernement doit présenter un plan d'accompagnement du traité, aujourd'hui. Le CETA est entré en vigueur le 21 septembre dernier, à 90%, mais les parlements nationaux n'ont pas encore ratifié le texte. On y revient dans le journal de 7h30.

Le glyphosate, herbicide puissant et controversé
Le glyphosate, herbicide puissant et controversé Crédits : Laurence SAUBADU, Valentina BRESCHI, Kun TIAN, Alain BOMMENEL AFP - AFP

L'avenir du glyphosate se joue ce matin : Les experts des 28 Etats-membres de l'Union Européenne se réunissent à partir de 10h, pour renouveler ou non la licence de cet herbicide, le plus vendu dans le monde, composant, notamment, du Round up de Monsanto. La licence du glyphosate pourrait être valable pendant 5 ou 7 ans, et non plus 10 ans, comme le proposait initialement la Commission. Ella a revu cette durée à la baisse, sous la pression du parlement européen. Hier, même si ce n'est qu'un avis consultatif, les eurodéputés ont voté une résolution pour interdire le glyphosate d'ici à 5 ans, le temps, aussi, d'aider les cultivateurs à trouver une alternative viable à cet herbicide, classé comme "cancérogène probable" par l'OMS, mais pas par l'EFSA, l'Agence européenne pour la securité alimentaire. Elle est accusée d'avoir directement “copié/collé” une étude du géant américain Monsanto, pour rendre son rapport final. L'Agence européenne se défend. Reportage à Bruxelles de Laxmi Lota.

Les affaires économiques, au menu de la 3e journée de visite du président égyptien en France : Abdel Fatah al Sissi va rencontrer le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, mais aussi des industriels français. "Business is business", mais qu'en est-il de la question des droits de l'Homme ? La conférence de presse d'hier, donnée par Emmanuel Macron et Abdel Fatah al Sissi, a été très suivie au Caire. Correspondance de François Hume-Ferkatadji.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Un mai 68 cinquante ans après est-il possible ?
L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......