LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Vers la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace

Quel avenir pour le site de Fessenheim et ses 2.000 emplois, alors que la centrale nucléaire est promise à la fermeture d'ici 2019 ?

13 min

Le gouvernement ouvre la page de l'après-Fessenheim en Alsace. La centrale nucléaire doit fermer d'ici l'an prochain. 2.000 emplois en jeu. Sébastien Lecornu, secrétaire d'Etat à la Transition écologique, est sur place pour tenter de répondre aux salariés inquiets. Quelle reconversion du site ?

Vers la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace
Vers la fermeture de la centrale nucléaire de Fessenheim, en Alsace Crédits : Laurence SAUBADU, Paul DEFOSSEUX / AFP - AFP

Echange inédit qualifié de "constructif" de part et d'autre : Sébastien Lecornu, le secrétaire d'Etat auprès du ministre de la Transition écologique, a rencontré, hier, à Colmar, les représentants du personnel de la centrale nucléaire de Fessenheim, tous opposés à sa fermeture, prévue fin 2018 début 2019, au moment de la mise en service de l'EPR de Flamanville, dans la Manche. Sébastien Lecornu doit installer, formellement,  le comité de pilotage pour accompagner la reconversion de la centrale. 2.000 emplois directs et indirects, au moins, sont concernés par cette fermeture. Les salariés, inquiets, ont réservé, hier, un accueil mouvementé à Sébastien Lecornu. Bousculade, prise à partie. Le secrétaire d'Etat à la Transition écologique en a profité pour se démarquer de ses prédécesseurs, dont Ségolène Royal qui, en 2016, avait promis l'installation de l'usine Tesla à la place de la centrale nucléaire. Les collectivités étudient plusieurs pistes pour attirer de nouvelles entreprises dans la région. Interview du secrétaire d'Etat Sébastien Lecornu et reportage de Guillaume Chuum, pour France bleu Alsace et France Culture.

Les autres titres du journal

Après l'abandon, l'avenir de la ZAD en question : La vocation agricole de Notre-Dame-des-Landes a été confortée par le gouvernement, mais de quel type d'agriculture parle-t-on ? Le dossier de Notre-Dame-des-Lande est un autre reliquat des quinquennats précédents. Après l'abandon du projet d'aéroport avant-hier, le gouvernement veut rétablir au plus vite la liberté de circuler dans la Zad. Le ministre de l'intérieur Gérard Collomb entend régler le problème d'ici la fin de la semaine prochaine. Sinon, les forces de l'ordre procèderont aux "opérations nécessaires", dixit le premier ministre Edouard Philippe. Cet ultimatum concerne d'abord la D281,  la fameuse route des chicanes, jonchée d'obstacles en tout genre. Le gouvernement va aussi devoir repenser l'aménagement du site. Une certitude : sa vocation agricole sera confortée.  Reste à savoir de quelle agriculture on parle. Les Zadistes n'ont pas forcément les mêmes objectifs que les élus locaux et les pouvoirs publics. Reportage de notre envoyée spéciale Véronique Rebeyrotte.

Climat : Les trois dernières années ont été les plus chaudes jamais enregistrées sur la Terre, a averti l'ONU, hier, en révélant des chiffres qui montrent un rythme "exceptionnel" du réchauffement au regard des données collectées depuis l'ère pré-industrielle.  "Il est désormais confirmé que les années 2015, 2016 et 2017 (...) sont les trois années les plus chaudes jamais enregistrées", a annoncé l'Organisation météorologique mondiale, agence spécialisée de l'ONU.

Emmanuel Macron est-il le premier de cordée en Europe ? Le président français reçoit Angela Merkel, cet après-midi, pour parler du futur de l'Union post-Brexit, après avoir conclu un nouveau traité, hier, avec la Première ministre britannique Theresa May, notamment sur le contrôle de l'immigration entre la France et le Royaume-Uni. Le texte, issu du sommet de Sandhurst, près de Londres,  prévoit notamment une contribution supplémentaire de 50 millions d'euros de Londres  pour le contrôle de la frontière à Calais ainsi qu'un un meilleur traitement des mineurs non accompagnés. De son côté, Theresa May a annoncé que son pays affecterait trois hélicoptères Chinook , ainsi que des personnels non-combattants pour soutenir les opérations militaires françaises au Sahel. Une coopération qui satisfait Emmanuel Macron.

Le président français présente ses vœux aux armées, aujourd'hui, à Toulon dans le Var. Emmanuel Macron devrait également aborder la future loi de programmation militaire qui détermine les moyens alloués aux forces françaises.  Après le trouble provoqué, cet été,  par la démission choc du chef d'Etat major,  le général Pierre de Villiers, en désaccord sur des coupes budgétaires, alors que l'armée française est engagée contre les djihdaistes au Sahel, au Levant  et dans l'opération intérieure Sentinelle. Le budget pour 2018 augmente d'1,8 milliard d'euros. 

Suite du blocage des prisons : L'Ufap-Unsa Justice, syndicat majoritaire de la pénitentiaire, et la CGT-Pénitentiaire appellent à poursuivre, aujourd'hui, leur mouvement de blocage des prisons, dans l'attente d'un arbitrage gouvernemental sur les revendications  pour davantage de sécurité après une série d'agressions.

Le secteur privé appelé, par le gouvernement, à investir davatange dans l'économie sociale et solidaire : Le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, a lancé officiellement, hier, "l'accélérateur national de l'innovation sociale", en changeant la philosophie jusque là à l'oeuvre dans le secteur. L'exécutif veut que les acteurs du privé s'investissent davantage. Quelles conséquences ? Analyse de Catherine Pétillon.

Libération de la parole des femmes et poursuites pour diffamation : Elles avaient été parmi les premières à dénoncer publiquement des agressions sexuelles, à l'image de la journaliste Sandra Muller qui avait créé le mot-dièse" #balancetonporc", de nombreuses femmes se retrouvent aujourd'hui visées par des plaintes en diffamation, lancées par ceux qu'elles désignent comme leur agresseur. Contre-attaque sur le terrain judiciaire analysée par Me Carbon de Sèze, avocat spécialisé en droit de la diffamation, joint par Camille Magnard.

Chroniques
7H12
3 min
Le Billet économique
14 économistes français et allemands formulent des propositions pour réformer la zone euro
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......