LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les principaux acteurs de la crise catalane

Après les pressions politiques et judiciaires, les séparatistes catalans vont-ils plier face aux arguments économiques ?

12 min

Banco Sabadell, 2e banque de Catalogne et 5e d'Espagne, transfère son siège à Alicante à cause de la crise catalane. Caixabank, 1e banque de Catalogne, pourrait en faire autant après un CA extraordinaire aujourd'hui. La Cour constitutionnelle a suspendu la plénière de lundi au Parlement catalan.

Les principaux acteurs de la crise catalane
Les principaux acteurs de la crise catalane Crédits : Simon MALFATTO, Kun TIAN, Paz PIZARRO / AFP - AFP

Pressions économiques et judiciaires : La tension pourrait bien encore monter d'un cran, aujourd'hui en Catalogne. Des responsables indépendantistes doivent comparaître devant la justice espagnole pour "sédition" ; convocation "en vue de leur inculpation" dans le cadre d'une enquête, liée à des manifestations les 20 et 21 septembre à Barcelone. Alors que l'exécutif catalan, lui, menace de proclamer l'indépendance de la région dans les prochains jours, la crise commence à se répercuter sur le système bancaire de la région. Caixabank, première banque de Catalogne et troisième d'Espagne, tient aujourd'hui un conseil d'administration extraordinaire pour décider si elle va déplacer son siège social hors de la région en crise. Le transfert, c'est déjà la voie empruntée, hier, par Banco Sabadell, 2e banque de Catalogne et 5e d'Espagne. Elle déménage son siège social à Alicante, dans le sud-est du pays, après la dégringolade de son cours, en bourse. Les banques craignent les conséquences d'une éventuelle sortie de la Catalogne de la zone euro, au cas où son indépendance serait proclamée. Et l'inquiétude gagne aussi certains chefs d'entreprises à Barcelone. Reportage de notre envoyé spécial, Yann Gallic.

Le drapeau indépendantiste brandi, à Barcelone
Le drapeau indépendantiste brandi, à Barcelone Crédits : Joan Cros/NurPhoto - AFP

Impasse politique, encore et toujours entre Madrid et Barcelone : Le conservateur Mariano Rajoy doit réunir son gouvernement aujourd'hui, pour examiner d'éventuelles mesures, contre les séparatistes catalans. Suspension, par exemple, de l'autonomie régionale dont jouit la Catalogne. Hier, la Cour constitutionnelle a déjà décidé de suspendre la séance plénière du Parlement catalan, prévue lundi prochain. Séance où l'indépendance pourrait être proclamée unilatéralement. Comment réagissent les Barcelonais ? Reportage de Farida Nouar.

Avait-il projeté d'autres attaques, à Chacago et Boston, avant de tirer sur la foule, dimanche soir à Las Vegas ? Stephen Paddock, l'auteur de la fusillade qui a tué 58 personnes, pourrait avoir effectué plusieurs réservations dans des hôtels d'autres villes des Etats-unis, dès cet été. Les enquêteurs américains tentent de savoir si ces réservations ont bien été réalisées par le retraité de 64 ans, qui s'est suicidé avant de pouvoir être interpellé, ou bien s'il s'agit d'un homonyme. Par ailleurs, un petit pas en direction des démocrates sur le sujet sensible de l'encadrement des armes individuelles aux Etats-Unis...La Maison Blanche et des élus républicains se disent prêts à discuter d'une interdiction des mécanismes transformant les fusils semi-automatiques en fusils automatiques, un dispositif qui a permis au tueur de Las Vegas de multiplier le nombre de victimes et que la NRA, le puissant lobby des armes à feu, accepte aussi de voir réguler, aujourd'hui.

Avant de comparaître en France, Salah Abdeslam sera auparavant jugé en Belgique : Il sera jugé pour la première fois en décembre. Salah Abdeslam, dernier terroriste survivant présumé des commandos du 13 novembre 2015, incarcéré en France, sera bientôt livré à la justice belge. Paris et Bruxelles ont trouvé un accord, hier. Le 10e homme des attentats qui ont fait 130 morts au Stade de France, sur les terrasses parisiennes et au Bataclan, comparaîtra en Belgique, donc, pour avoir tiré sur des policiers belges, venus l'interpeller le 15 mars 2016. Cette fusillade avait précipité la fin de sa cavale et sans doute poussé ses complices à frapper Bruxelles le 22 mars. Les six juges d'instruction français organisent, cette semaine, des réunions d'information pour les parties civiles. Et pour eux, si Abdeslam est un rouage important des attentats, il n'est plus le premier des suspects. On y revient dans le journal de 7h30.

Bientôt, la fin territoriale du califat auto proclamé du groupe Etat islamique ? Les défaites militaires de Daech s'accumulent. Avec la reconquête d'Hawija, hier, les djihadistes ont quasiment perdu toutes les localités sous leur contrôle en Irak. Daech est par ailleurs sur le point de perdre son fief syrien à Raqa, où sont encore retranchés quelques centaines de djihadistes, dont de nombreux étrangers.

La lutte contre les djihadistes passe aussi par le Sahel : Trois soldats des forces spéciales américaines ont été tués au Niger, victimes d'une embuscade à 200 km de la capitale, Niamey. Les trois hommes étaient en patrouille avec des militaires nigériens, qui eux-mêmes ont perdu 5 hommes. L'attaque montre que, quatre ans après l'intervention militaire française au Mali, les groupes djihadistes continuent à menacer la sécurité du Sahel. Analyse du géopolitologue Michel Galy, spécialiste de l'Afrique subsaharienne, interrogé par Stanislas Vasak. Interview en longueur à découvrir ici.

Prévisions de l'INSEE
Prévisions de l'INSEE Crédits : Vincent LEFAI, Sabrina BLANCHARD / AFP - AFP

La reprise économique mondiale s'installe durablement. C'est l'analyse de la directrice générale du FMI, Christine Lagarde, qui a exhorté, hier, les pays à mener des réformes pour ancrer la croissance dans le temps. La croissance française est, elle, à un niveau jamais vu depuis 2011 selon l'INSEE, qui a relevé à 1,8% ses prévisions pour la fin de l'année 2017. L'Institut de la statistique relève sa prévision de 1,6% à 1,8%, après trois années à 1% seulement. Ces prévisions de l'INSEE à 1,8% sont encore plus optimistes que l'hypothèse de 1,7% sur laquelle s'est basée le gouvernement pour construire le 1er budget du quinquennat Macron. Il y a aussi le climat des affaires à son plus haut niveau depuis 2011, depuis 2007 même pour l'industrie. L'investissement des entreprises et des ménages est en forte hausse. Mais tout est-il si rose pour l'économie française ? Analyse d'Hélène Fily.

Une trentaine de députés, emmenés par le MoDem Richard Ramos et l'Insoumis François Ruffin, exhortent le groupe Bigard, n°1 français de la viande, à publier ses comptes : Obligation légale, à laquelle Maxence Bigard, fils du PDG Jean-Paul Bigard, avait refusé de se soumettre, mi-septembre, préférant ne pas répondre aux questions des élus de la République, en commission des Affaires économiques à l'Assemblée nationale. Cette audition avait provoqué un tollé. François Ruffin, député de la Somme de la France insoumise, avait demandé si l'on était dans un film comme "Le Parrain". Pour forcer le groupe Bigard à publier enfin ses comptes, le député Modem du Loiret, Richard Ramos a décidé d'unir tous les bords politiques. Interview avec Sophie Delpont.

Chroniques
7H12
3 min
Le Billet économique
Un nouvel acteur arrive sur le marché de l'électricité et du gaz
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......