LE DIRECT
Accueillante envers les migrantes, la chancelière allemande, Angela Merkel, a vu son parti, la CDU, devancé par les populistes de l'AfD lors d'élections régionales

La politique d'accueil d'Angela Merkel pour les migrants, sanctionnée dans son fief du Mecklembourg-Poméranie occidentale

11 min

Après avoir ouvert les frontières de l'Allemagne aux migrants il y a un an, la chancelière allemande Angela Merkel a fait les frais de cette politique d'accueil généreuse :son parti, la CDU a, pour la première fois, été devancé par les populistes de l'AfD dans une élection régionale.

Accueillante envers les migrantes, la chancelière allemande, Angela Merkel, a vu son parti, la CDU, devancé par les populistes de l'AfD lors d'élections régionales
Accueillante envers les migrantes, la chancelière allemande, Angela Merkel, a vu son parti, la CDU, devancé par les populistes de l'AfD lors d'élections régionales Crédits : Sergey Guneev / Sputnik - AFP

Camouflet électoral pour Angela Merkel : Il y a un an jour jour, elle ouvrait les frontières de l'Allemagne à 20.000 migrants venus de Hongrie et d’Autriche. Hier, la chancelière Angela Merkel a fait les frais de cette politique migratoire généreuse. Les populistes de l'AfD lui ont infligé un camouflet, aux élections régionales dans le land de Mecklembourg-Poméranie occidentale, dans l’ex-RDA, le fief d'Angela Merkel. Son parti, la CDU, termine troisième, derrière les sociaux-démocrates et l'AfD, parti anti-immigration. Analyse à Berlin de Cyril Sauvageot.

Manifestation de transporteurs excédés par les migrants près de Calais : Des transporteurs routiers et des agriculteurs vont mener ce matin une opération escargot sur l'A16. Ils seront rejoints par des commerçants et des restaurateurs qui organiseront une chaîne humaine sur la rocade portuaire dans la matinée. Tous réclament plus que les promesses de Bernard Cazeneuve la semaine dernière. Le ministre de l'Intérieur avait annoncé le démantèlement par étapes de la jungle de Calais, ce camp où vivent - ou survivent - près de 7.000 personnes selon les autorités, 9.000 personnes selon les associations. Les acteurs socio-économiques du Calaisis veulent, eux, une date précise pour l'évacuation de la jungle et demandent, en attendant, une protection de leurs outils de travail respectifs, pour en finir, disent-ils, avec les camions endommagés, les intrusions dans les champs et la perte générale de chiffre d'affaires. Reportage de Géraldine Hallot.

Daech privé d'accès à la Turquie alors que Moscou et Washington échouent à négocier un cessez-le-feu : Le secrétaire d'Etat américain, John Kerry, et le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, n'ont pas réussi à s'entendre, cette nuit sur un nouvel accord de "cessation des hostilités" en Syrie. Les deux hommes se rencontraient en marge du sommet du G20, en Chine. Sur le terrain, en Syrie, la guerre contre le groupe Etat islamique a connu un tournant : hier, la Turquie et ses alliés de l'armée syrienne libre ont chassé les djihadistes de leurs dernières positions au nord de la Syrie, le long de la frontière turque. Daech se retrouve ainsi isolé, coupé de ses lignes d'approvisionnement. Précisions d'Omar Ouahmane, notre correspondant dans la région.

Reprise du procès Cahuzac : L'ancien ministre du Budget, à la fois pourfendeur de la fraude fiscale et détenteur d'un compte en Suisse, comparaît devant le tribunal correctionnel de Paris à partir d'aujourd'hui. Jérôme Cahuzac est jugé pour fraude fiscale, blanchiment et pour avoir "omis" de déclarer ses avoirs à l'étranger dans sa déclaration de patrimoine. L'ensemble du dossier peut être jugé, depuis une décision du Conseil constitutionnel. Aux côtés de Jérôme Cahuzac sont également jugés son ex-épouse, Patricia Ménard, et leurs conseillers, le banquier suisse François Reyl et l'ex-avocat Philippe Houman. Ils risquent jusqu'à sept ans de prison et un million d'euros d'amende. Retour sur le scandale le plus retentissant du quinquennat Hollande, avec Florence Sturm.

Des points communs entre Nicolas Dupont-Aignan et Marine Le Pen ? Nicolas Dupont-Aignan, candidat souverainiste à la présidentielle de 2017, faisait sa rentrée, hier à Aubervilliers, en Seine-Saint-Denis. Il a appelé tous les patriotes à le soutenir. Le président de Debout la France a également refusé d'être enfermé entre le parti Les Républicains et le Front national, mais son discours de rentrée avait des points communus avec celui, prononcé par Marine Le Pen, samedi, pour la rentrée frontiste à Brachay, en Haute-Marne. Analyse de Christine Moncla.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......