LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Première ministre Theresa May perd son pari avec ces élections législatives anticipées

La Première ministre britannique Theresa May perd son pari et la majorité absolue pour les Conservateurs au Parlement, après les élections législatives

13 min

Theresa May & les Conservateurs perdent leur majorité absolue au Parlement britannique. Les Tories de la Première ministre perdent une dizaine de sièges, les Travaillistes de Jeremy Corbyn en gagnent une vingtaine. Résultat choc et incertitude outre-Manche, avant de négocier le Brexit le 19/06.

La Première ministre Theresa May perd son pari avec ces élections législatives anticipées
La Première ministre Theresa May perd son pari avec ces élections législatives anticipées Crédits : Geoff CADDICK AFP - AFP

Au Royaume-Uni, le coup de poker de Theresa May se retourne contre elle : La Première ministre britannique avait convoqué des législatives anticipées pour renforcer sa main, avant les négociations du Brexit. Theresa May perd son pari, ce matin. Certes, son parti Conservateur sort en tête des élections générales (l'équivalent de nos législatives), mais les Tories perdent la majorité absolue à Westminster selon les premières estimations. Les Conservateurs auraient, pour l'instant, selon des résultats encore partiels, 309 sièges, alors qu'il en faudrait 326 obtenir pour la majorité absolue. Ils en avaient 330 dans l'assemblée sortante. Theresa May et son parti conservateur ont non seulement raté le pari de renforcer leur autorité, mais ces résultats jettent également le trouble sur la capacité de Theresa May, chantre d'un Brexit "dur", incluant la sortie du marché unique, à imposer sa ligne lors des discussions avec Bruxelles, censées commencer dans dix jours.

Le Labour gagneraient 29 sièges, avec 257 candidats élus selon des résultats quasi définitifs. Le coup de poker de Theresa May se retourne donc contre elle, tandis que ces résultats confirment, en revanche, la bonne campagne réalisée par l'opposition travailliste et leur leader, bien à gauche, Jeremy Corbyn. Il avait dénoncé, ces dernières semaines, la politique menée par Theresa May, en matière de protection sociale et de sécurité. ANALYSE DES RESULTATS AVEC ANNABELLE GRELIER DE DIRECT DE LONDRES.

Le leader du Labour, Jeremy Corbyn
Le leader du Labour, Jeremy Corbyn Crédits : Kate Green ANADOLU AGENCY - AFP

Dans le journal de 7h30, nous reviendrons sur Jeremy Corbyn, le leader du Labour que l'on dit régulièrement moribond, mais qui réalise, une nouvelle fois une bonne performance électorale avec les Travaillistes.

ADDENDUM à 9h38 : Le taux de participation (68,72%) est le plus élevé pour des élections législatives depuis 1997.

Autres résultats notables dans ces élections législatives britanniques : 34 sièges pour le SNP, le parti des indépendantistes écossais. Leur ancien leader Alex Salmond, a été battu, hier, symbolisant les lourdes pertes enregistrées par son parti jeudi. Egalement battu, l'ancien Premier ministre de l'Ecosse, le n°2 du parti, Angus Robertson. Le SNP perd une vingtaine de sièges au total selon les projections, tout en restant de loin la première formation d'Ecosse. Les Lib-Dem remportent 12 sièges, soit 4 de plus que dans la précédente assemblée. Ce scrutin a par ailleurs marqué un effondrement du UKIP, le Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, promoteur historique de la sortie de l'UE.

Aux Etats-Unis, la présidence Trump est ébranlée par la charge de l'ancien directeur du FBI James Comey : James Comey, limogé le 9 mai dernier, a directement parlé, hier pour la première fois, au Sénat, des pressions du président américain pour "abandonner" un volet de l'enquête visant le général Michael Flynn, ex-conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, soupçonné de collusion avec la Russie. L'audition de James Comey devant la commission du Renseignement a été suivie en direct par tous les grands médias américains. L'opposition démocrate a estimé que les soupçons d'entrave à la justice visant le dirigeant républicain étaient confortés par les réponses de l'ex-premier policier des Etats-Unis. Donald Trump, lui, n’a pas commenté directement l’audition de James Comey. Il a laissé son avocat démentir les accusations de l’ancien directeur du FBI. Pour le président américain, l’urgence de s’assurer que sa base résiste. Dans un discours, prononcé dans une université religieuse, Donald Trump en appelle à Dieu pour faire triompher la vérité...EXTRAIT DU DISCOURS DE DONALD TRUMP.

Le MoDem a-t-il eu recours à un système d'emplois fictifs au parlement européen pour financer son fonctionnement à Paris ? Le témoignage d'un ancien collaborateur du MoDem relance les soupçons sur un possible financement du parti via le Parlement européen. Cet homme affirme avoir travaillé en 2011 au siège du parti centriste à Paris, tout en étant, en bonne partie payé comme assistant parlementaire de l'eurodéputé Jean-Luc Bennahmias. Il l'a signalé au parquet de Paris et rencontré plusieurs medias, dont Radio France. Par ailleurs, selon le pôle investigation de Radio France, "sur la période 2009-2014, une dizaine de salariés du siège du parti étaient parallèlement collaborateurs des députés européens du MoDem, mais la réalité de cette seconde activité est contestée par plusieurs témoignages. Jean-Luc Bennahmias et le MoDem réfutent les soupçons d'emplois fictifs. EXPLICATIONS A SUIVRE DANS LE JOURNAL DE 7H30.

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer donnent des orientations en matire de redoublement, soutien scolaire, rythmes scolaires, réforme du collège : A trois mois de la rentrée scolaire, le ministre de l'Education nationale souhaite développer des stages de soutien avant la 6e. Jean-Michel Blanquer a détaillé, hier, ses pistes pour lutter contre l'échec scolaire. Il a ainsi remis sur la table le redoublement, qu'il souhaite "autoriser à nouveau" dès la prochaine année scolaire. Le nouveau locataire de la rue de Grenelle marque un infléchissement par rapport à la politique de la socialiste Najat Vallaud-Belkacem qui l'a précédé. Des points de la réforme du collège pourraient également être abandonnés, les chefs d'établissement choisiraient de poursuivre ou non les EPI, les enseignements pratiques interdisciplinaires, de rétablir les options latin, grec et classes bilangues, là où cela avait été supprimé. Se dirige-t-on vers la fin de la semaine de 5 jours au primaire ? Jean-Michel Blanquer annonce un décret pour les communes qui ont du mal à appliquer la réforme. Instaurée, dans la précipitation par Vincent Peillon, cette mesure n'a jamais fait l'unanimité. Aujourd'hui encore, 70% des communes ont du mal à la financer, malgré le fond de soutien de l'Etat. Pour Francette Popineau, cosecrétaire générale du SNUipp-FSU, premier syndicat du primaire, il est donc urgent de remettre à plat la réforme. INTERVIEW AVEC HAKIM KASMI.

Le Parti socialiste appelle le gouvernement à renoncer à son "projet d'état d'urgence permanent" : Publié par le Monde hier, le "projet de loi renforçant la lutte contre le terrorisme et la sécurité intérieure" sera présenté le 21 juin prochain, en Conseil des ministres. Le texte n'est pas définitif, mais la ligne générale est claire : il s'agit de pouvoir sortir de l'état d'urgence, continuellement renouvelé depuis novembre 2015, en faisant entrer dans le droit commun un certain nombre de dispositions d'exception - les perquisitions administratives, décidées par le préfet, après toutefois autorisation du procureur, et les assignations à résidence sur ordre du ministre de l'intérieur, sans contrôle du juge judiciaire. Le gouvernement souhaite, par ailleurs, proroger l'état d'urgence jusqu'en novembre, jusqu'à l'entrée en vigueur, donc, de cette nouvelle loi.

Des militants d'extrême-droite veulent s'opposer, l'été prochain, aux ONG qui secourent les migrants en Méditerranée : Des militants d'extrême-droite de Génération identitaire (qui revendiquent 2.000 membres en France, alors que des spécialistes de l'extrême droite parlent, eux, d'un millier de mililtants), et leurs homologues européens cherchent à s'organiser et mènent une campagne en ce sens, sur Internet, via le site defend-europe ("défendre l'Europe"). Des jeunes, issus de plusieurs pays d'Europe, disent avoir recueilli plus 70.000 euros de dons pour investir dans du matériel, notamment des bateaux d'intervention rapide. Mais quelle est la part de réalité et de communication derrière cette initiative de la mouvance identitaire ? EXPLICATIONS D'ANNE FAUQUEMBERGUE.

Chroniques
7H12
3 min
Le Billet économique
Candidat aux législatives: le juste prix
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......