LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Le deficit baisse, mais les prévisions se dégradent

13 min
À retrouver dans l'émission

JOURNAL DE 7H de Renaud Candelier

Nicolas Sarkozy devrait s'en réjouir publiquement, 5.2% de déficit en 2011 c'est largement en dessous des 5.7% annoncés. Le chiffre n'est pas tellement une surprise mais à 23 jours du premier tour c'est un atout indéniable dans un concours de programme à qui réduira le déficit le plus vite. Mais à quel prix ?

L'OFCE l'observatoire des conjonctures économiques prévoit une entrée en recession de la zone euro pour 2012-2013 en raison de la multiplication des plans de rigueurs. Des perspectives peu encourageantes pour la France mais on est encore loin de la situation espagnole. 23% de chomage et un plan de rigueur que le chef du gouvernement annnonce "très très sévère".

35 milliards d'euros de coupes budgétaires dont Mariano Rajoy va présenter le détail aujourd'hui. L'objectif est de ramener le déficit à 5,3% contre 8,5% l'an dernier. La réforme phare sera comme ailleurs en Europe, celle du marché du travail. Hier la grève générale a rassemblé plusieurs dizaines de milliers de personnes dans les grandes villes. Pour l'instant, l'inquiétude des marchés ne se manifeste pas sur les taux d'emprunt. Depuis le début de l'année Madrid se finance à 4% contre un maximum de 7% atteint l'an dernier.Pour autant, l'incertitude plane toujours sur la capacité de la zone euro à venir en aide à un gros pays comme l'Espagne ou l'Italie. Les 17 Etats de la zone doivent discuter aujourd'hui à Copenhague d'un renforcement du Mécanisme de stabilité, le MES qui doit succéder au FESF.

Retour en France où les questions économiques n'ont pas totalement disparu de la campagne.La plupart des candidats ont parle agriculture hier à l'invitation de la FNSEA. Et la dynamique du candidat du front de gauche continue d'alimenter les commentaires en creux pour le candidat PS. Manque de ferveur ou encore une trop grande prudence et l'érosion dans les sondages, au point que François Hollande hier en meeting a dû une nouvelle fois se positionner par rapport à Jean-Luc Melenchon. "Je suis le candidat de la gauche de changement et de gouvernement"

Et pour ne pas manquer de coller à l'image de François Mitterrand l'équipe du socialiste a révélé hier l'affiche qui sera sur les panneaux électoraux disparu les logos du PS et du parti radical de gauche. François Hollande est de face, veste bleue sur fond de ciel... bleu et paysage rural. Bref, on est pas loin de la Force tranquille, pas loin non plus voire très proche aussi de l'affiche de Nicolas Sarkozy en 2007.

Patrice de Maistre saura aujourd'hui s'il est remis en liberté. L'ancien gestionnaires de fortune de Lilialn Bettencourt est incarcéré à la demande d'un juge d'instruction. Le magistrat de bordeaux évoque deux retraits de 400.000 euros chacun sur la fortune Bettencourt au début de l'année 2007.Dans son ordonnance, le juge soupçonne cet ragent d'avoir servit à financer la campagne présidentielle de Nicolas Sarkozy.A Paris, le tribunal correstionnel devrait rendre son jugement aujourd'hui dans l'affaire Adlène Hicheur. Le physicien de 35 ans est soupçonné d'avoir envisagé des attentats contre la France en 2009. Hier le tribunal a lu les 35 mails échangés avec un homme se revendiquant d'Al Qaïda au Maghreb islamique (Aqmi). Adlène Hicheur risque jusqu'à 10 ans de prison. Ils sont quatre prédicateurs interdits de territoire français depuis hier. Ils avaient tous été invités au congrès de l'UIOF, l'union des organisations islamiques de France, qui se tiendra au bourget début avril. Les ministères de l'intérieur et des affaires étrangères ont fait diffuser l'information hier pour des raisons d'ordre public. C'est le même motif de risque de trouble qu'avait invoqué hier l'Algérie. Mohamed Merah a finalement été enterré dans l'après-midi loin des caméras dans le carré musulman d'un cimetière de la banlieue toulousaine. Ce matin une source proche de l'enquête indique qu'une vingtaine d'interpellations ont eu lieu dans les milieux islamistes.

Ils n'avaient pas pu se rendre hier à Bamako, les chefs d'Etats de la Cédéao la communauté des Etats d'Afrique de l'ouest menacent maintenant la junte malienne d'un embargo diplomatique et financier. Hier soir, l'organisation présidée par l'Ivoirien Alassane Ouattara a lancé un ultimatum de 72 heures pour le retour à l'ordre consitutionnel.

"L'armée syrienne libre" s'est dotée hier d'une structure de commandement qui sera en lien avec la direction de l'ASL à l'extérieur du pays. 5 colonels auront en charge la coordination des 5 régions de Homs, Hama, Idlib, Daïr az Zour et Damas.Sur le plan diplomatique, le sommet de la Ligue Arabe qui se tenait à Bagdad a démontré, s'il le fallait, la persistance de profondes divisions. La ligue appelle simplement à un dialogue "sérieux" entre l'opposition et le pouvoir.. et rejeté toute intervention miliatire. Quand au plan de l'ONU, présenté par Kofi Annan... le régime annonce l'avoir accepté... mais le conditionne à l'arrêt du soutien de certains pays de la région.. à ce qu'il appelle les "groupes terroristes".

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......