LE DIRECT
Le réalisateur Lucas Belvaux

Le Front national dénonce le film "Chez nous" de Lucas Belvaux, avant même sa sortie en salles

12 min

A partir de la simple bande-annonce du film "Chez nous" de Lucas Belvaux, le Front national dénonce une propagande anti-FN, une sortie jugée "scandaleuse" (le 22/02), à deux mois de la présidentielle. Le réalisateur belge s'est dit, lui, "surpris par la brutalité" de ces réactions.

Le réalisateur Lucas Belvaux
Le réalisateur Lucas Belvaux Crédits : ALAIN JOCARD - AFP

La sortie du film "Chez nous" jugée scandaleuse et "inadmissible" par le FN, avant l'élection présidentielle : Il n'est pas encore sorti en salle mais il fait déjà parler de lui. Le film "Chez nous", du cinéaste belge Lucas Belvaux, sortira en salles le 22 février prochain. Mais la bande-annonce suffit au Front national pour dénoncer une propagande anti-FN, à deux mois de la présidentielle. "Chez nous" raconte l'histoire d'une jeune infirmière à domicile, jouée par Emilie Dequenne, vivant dans une ancienne cité minière du nord de la France. Elle est recrutée aux élections municipales par le "Bloc patriotique", un parti dirigé par une femme ...qui n'est pas sans rappeler le Front national. Florian Philippot, le vice-président du FN qualifie de "scandaleuse" la sortie de ce film pendant la campagne présidentielle. "Un sacré navet en perspective", ajoute, sur Twitter, Steeve Briois. Le maire de Hénin-Beaumont, comparant même à un "pot à tabac", l'actrice Catherine Jacob, qui joue la présidente du "Bloc patriotique" dans le film. Le réalisateur, Lucas Belvaux, s'est dit, lui, "surpris par la brutalité" de ces réactions. Analyse de Christine Moncla.

En Syrie, la trêve à bout de souffle, après avoir tenu quatre jours tant bien que mal : Une grande partie des rebelles a décidé de quitter la table des négociations engagées sous l'égide de Moscou. Réactions aux frappes répétées du régime, sur Wadi Barada notamment, une région tenue par les rebelles à 15 km de Damas, stratégique pour ses réserves en eau potable pour les 4 millions d'habitants de la Capitale syrienne et de ses environs. Ces raids aériens du régime sont autant de violations du cessez-le-feu qui entraînent le "gel de toute discussion". C'est ce qu'a indiqué, hier, une dizaine de groupes rebelles dans un communiqué, avant des pourparlers de paix qui doivent se tenir dans quelques semaines, au Kazakhstan.

La Turquie ne se laissera pas intimider par les djihadistes : L'armée turque annonce avoir tué, en Syrie, 18 djihadistes du groupe Etat islamique. Ankara appuie certains groupes insurgés syriens, dans le cadre de l'opération "Bouclier de l'Euphrate", lancée fin août dans le nord de la Syrie. La Turquie réaffirme, ansi, sa détermination à poursuivre son offensive militaire contre les terroristes, alors que le groupe Etat islamique a revendiqué, hier, l’attentat commis dans une boîte de nuit d'Istanbul et qui a fait 39 morts et plus de 60 blessés la nuit du Nouvel an. C’est la première fois que Daech revendique un attentat sur le sol turc. Le groupe Etat islamique évoque notamment l’opération "Bouclier de l’Euphrate" que mène l’armée turque en Syrie. Le tireur est, lui, toujours en fuite, alors que les autorités turques ont arrêté et placé en garde à vue huit personnes. Les précisions à Istanbul d'Alexandre Billette.

Lutte contre Daech en Irak : Le groupe Etat islamique a revendiqué un attentat à la voiture piégée qui a fait 24 morts et 67 blessés, hier, à Bagdad. Un rassemblement de chiites était visé par l'organisation terroriste sunnite. Dans un pays morcelé par la guerre, François Hollande a voulu montrer la détermination de la France face au terrorisme. Le chef de l'Etat s'est rendu à 15 km de Mossoul, hier. Il a observé la ligne de front dans une position militaire mixte franco-kurde installée sur une crête. Reportage de nos envoyés spéciaux, Christian Chesnot et Fabien Gosset.

Une fois de plus, des sans-abris dorment à la rue : Faute de places d'hébergement d'urgence, le 115 - le Samu Social - est débordé, le recours aux nuitées d'hôtel, croissant alors qu'il coûte cher et qu'il est inadapté. Les associations ont pourtant des solutions. Et elles comptent bien les faire entendre aux candidats à la présidentielle. Vous l'entendrez dans le journal de 7h30.

Nouvelle journée de mobilisation des lycées estampillés "éducation prioritaire" : A l'appel du collectif "Touche pas à ma ZEP", pour la cinquième fois depuis le début de l'année scolaire, des rassemblements seront organisés dans plusieurs villes de France aujourd'hui, dont un place de la République à 14h à Paris. Une grève "reconductible" : les personnels des 250 lycées de zones prioritaires continuent de réclamer au Ministère de l'Education nationale le maintien, voire l'augmentation des moyens spécifiques alloués à leurs établissements, et plus largement, une réforme dans le secondaire. David Pijoan, professeur dans les Hauts-de-Seine, membre du collectif "Touche pas ma ZEP" répond à Daria Golub.

Les Français délaissent de plus en plus les grandes villes : C'est une tendance démographique qui se confirme. Les Français délaissent de plus en plus les grandes villes au profit de communes plus petites, selon une étude de l'Insee, publiée hier. Résultats analysés par Marc van Torhoudt.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......