LE DIRECT

Législatives : tractations entre le PS et le Front de Gauche

12 min
À retrouver dans l'émission

JOURNAL DE 7H de Renaud Candelier

François Hollande a eu beau tempérer l'enthousiasme des 22.000 militants réunis hier à Bercy, le PS n'en prépare pas moins les législatives dans une perspective de victoire de la gauche. Le candidat socialiste a d'ailleurs confirmé que Martine Aubry allait entamer des discussions avec le Front de Gauche mais toujours pas question de participation à un gouvernement socialiste.

A droite, c'est un discours plus mesuré, plus écrit qu'a prononcé hier le candidat Sarkozy à Toulouse. Discours relayé dans 6 villes de France et marqué par une thématique ou plutôt un mot: "frontière".

Venons-en aux deux "affaires" qui ont occupé le PS et l'UMP ce week-end. Et d'abord les suites de cette affirmation de Mediapart basée sur un document selon lequel, la Lybie de Kadhafi se serait engagée à verser 50 millions d'euros au candidat sarkozy en 2007. Pour l'instant, la crédibilité à accorder à cette note est bien difficile à juger tant les positions de chacun révèlent leurs intérêts personnels: - Ziad Takkiedine, en guerre médiatique contre le candidat UMP juge ce matin dans Libération qu'il "y a peu de doute sur son authenticité".- et le rédacteur supposé de la note, l'ancien chef des renseignements de Kadhafi dément, parle d"'un faux". Mais Moussa Koussa en exil en France et n'aurait sûrement pas intérêt à dire la vérité.

Et c'est Nicolas Sarkozy qui a fait le lien ce week-end entre les affirmations de Mediapart et le supposé "retour" de Dominique Strauss-Kahn. Dans le Parisien, le candidat UMP parle d'"une tentative pour faire diversion après le retour en scène de M. Strauss-Kahn, qui est tout, sauf à l'avantage des socialistes".Des socialistes assez mal à l'aise au sujet de la présence de Dominique Strauss-Kahn à l'anniversaire de Julien Dray samedi soir sans qu'aient été prévenus tous les invités.

Les politiques d'austérité ont encore propovoqué des manifestations hier en Espagne. Plusieurs dizaines de milliers de personnes étaient rassemblées dans les grandes villes du pays. Aujourd'hui le gouvernement portugais doit présenter sa stratégie budgétaire pour les 4 années à venir. Quant au nouveau Premier ministre roumain, de gauche, il aura la difficile tâche de rassurer la délégation du FMI en visite dans son pays sur la continuité de la politique fiscale. Et samedi on apprenait que le prochain sommet européen au mois de juin comporterait un volet sur la croissance. Ce matin, une voix supplémentaire plaide en ce sens, celle l'OIT. L'organisation internationale du travail rattachée à l'ONU estime que "L'obsession de l'austérité budgétaire" tue l'emploi et que "Les réformes du marché du travail contre-productives à court terme".

Le Nigéria toujours en proie à des violences contre les chrétiens attribuées à la secte Boko Haram. Les faits se sont déroulés hier à l'université de Kano, dans le nord du pays. Plusieurs messes en plein air étaient orgsaniées quand des hommes ont lancé une attaque à la bombe et à l'arme à feu. L'une des dernières attaques revendiquées par Boko Haram avait eu lieu dans cette même ville au mois de janvier.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......