LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Donald Trump

Les derniers revirements de Donald Trump sur l'OTAN, la Chine et la Russie après que Moscou a posé un 8e veto à l'ONU sur la Syrie

13 min

Donald Trump abandonne peu à peu tous les credos de sa campagne en politique étrangère. Sur l'OTAN, la Chine, la Syrie et la Russie, après que Moscou, allié de Damas, a posé un 8e veto, sur le dossier syrien, au conseil de sécurité de l'ONU.

Donald Trump
Donald Trump Crédits : Nicholas Kamm AFP - AFP

Donald Trump et ses derniers virages à 180° : Le président des Etats-Unis veut encore croire à l'entente entre Washington et Moscou, même si de l'aveu même de Donald Trump, les relations entre les deux puissances sont "au plus bas". Dernier signe, hier : la Russie a opposé son veto, à l'ONU, à un projet de résolution du Conseil de sécurité réclamant une enquête internationale sur l'attaque chimique contre une zone rebelle en Syrie, la semaine dernière, à laquelle Washington a répondu par une frappe punitive contre une base de l'armée syrienne. Donald Trump, qui avait prôné tout au long de sa campagne, un rapprochement avec son homologue russe Vladimir Poutine, a, hier, accusé Moscou, alliée de Damas, de couvrir l'attaque chimique syrienne. Et de qualifier le président syrien Bachar al-Assad d'"animal", ou encore de "boucher". La Syrie bouleverse un autre credo de la Maison blanche : sur l'OTAN, jugée peu efficace et trop chère pour les Etats-Unis. Virage à 180° dégrés, hier, alors que Donald Trump recevait, avec tous les honneurs, Jens Stoltenberg, secrétaire général de l’OTAN. Donald Trump a , par ailleurs, déclaré, hier, que son administration n'accuserait pas la Chine de manipuler des taux de changes, prenant ainsi ses distances avec ses propos pendant la campagne électorale. Correspondance à Washington de Frédéric Carbonne.

La Corée du Nord, autre source de tensions pour les Etats-Unis : Ce matin, Pyongyang fait état de manoeuvres de ses forces spéciales. La Corée du Nord avait promis, hier, de répondre à l'envoi "insensé" d'un groupe aéronaval américain vers la péninsule coréenne, avertissant qu'elle était prête pour la "guerre".

Attentat de Dortmund : Les autorités allemandes se concentrent, pour l'instant, sur un suspect dans l'enquête sur l'attaque à l'explosif contre les joueurs du Borussia Dortmund, avant-hier. Cet individu, qualifié d'"islamiste", a été interpellé après une perquisition menée dans les appartements de "deux suspects", indique la police allemande. Aucune précision, sur son rôle supposé dans l'attaque. La justice a jusqu'à ce soir pour décider d'un éventuel placement en détention. Les enquêteurs ont par ailleurs découvert sur les lieux de l'attaque, en trois exemplaires, une lettre de revendication appelant l'Allemagne à cesser de participer avec ses chasseurs Tornados à la lutte de la coalition internationale contre le groupe Etat islamique.

Dans l'est de la Syrie, les combattants de Daech opposent une farouche résistance à la force arabo-kurde soutenue par la coalition internationale et les Etats-Unis : Les combats se déroulent toujours aux abords de la ville de Tabqa et de son barrage, situé à 50 kilomètres à l'ouest de Raqqa. C'est le dernier verrou avant le bastion de Daech en Syrie. Précisions de notre correspondant dans la région, Omar Ouahmane.

Vénézuéla : Un adolescent de 13 ans et un homme de 36 ans ont été tués, hier, lors de manifestations contre le président socialiste vénézuélien Nicolas Maduro à "Barquisimeto", dans l'ouest du pays. Ils ont été tués par balle au cours de protestations, selon les autorités qui ne fournissent pas d'informations supplémentaires.

Usine Whirlpool à Amiens : C'est un dossier social qui s'est invité dans la campagne présidentielle, mais aussi à Matignon, aujourd'hui. Le Premier ministre Bernard Cazenueve reçoit, à 10h, ce matin, une intersyndicale du site Whirlpool d'Amiens, qui s'interroge sur une éventuelle reprise de l'usine de sèche-linge, pour éviter sa fermeture programmée en juin 2018. 290 salariés, 250 intérimaires et une centaine d'employés du sous-traitant de plastique Prima France sont concernés, alors que fin janvier, le géant américain Whirlpool annonçait la délocalisation de l'usine en Pologne. On y revient dans le journal de 7h30.

François Hollande annonce qu'il "appellera à voter pour un candidat" entre les deux tours de la présidentielle : Sans donner encore de nom, implicitement , la préférence du chef de l'Etat semble aller à Emmanuel Macron, son ancien ministre de l'Economie. François Hollande met également en garde contre le "péril" Mélenchon, dans un entretien à l'hebdomadaire Le Point à paraître aujourd'hui, et il prône la fin des primaires dans les partis de gouvernement.

Jean Lassalle se présente en candidat de la paix : A J-10 du premier tour de la présidentielle, Jean Lassalle se dit capable de recréer du lien entre les Français et il revendique l'idée d'être un candidat de la paix. Le député centriste non-inscrit des Pyrénées-Atlantiques était en meeting, hier,dans un quartier populaire de Marseille. Interview de Jean Lassalle, au micro de Pauline Lenoir France Bleu Provence.

De son côté, Jean-Luc Mélenchon a affirmé, hier, en meeting à Lille, que les Français allaient "cracher du sang" si l'un de ses trois principaux concurrents gagnait la présidentielle : Le leader de la France insoumise a prononcé un discours offensif contre François Fillon, Marine Le Pen et Emmanuel Macron.

Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon ainsi que Marine Le pen proposent chacun le retour à une forme de conscription : Faut-il rétablir le service national obligatoire pour tous les jeunes français ? 21 ans après sa suspension puis sa suppression par Jacques Chirac, l'idée est revenue dans l'actualité, juste après les attentats, avec la volonté de relancer la cohésion nationale, et aujourd'hui, dans le débat de l'élection présidentielle. Cette mesure est-elle souhaitable ou réaliste ? Analyse d'Eva Jednak.

L'Agence européenne du médicament bientôt en France ? C'est l'une des conséquences du Brexit : les organismes européens installés sur le sol britannique vont sans doute devoir déménager. Comme l'Agence européenne du médicament, basée à Londres depuis 1995. C'est elle qui valide et contrôle les médicaments en circulation dans l'Union européenne. Plusieurs grandes métropoles sont déjà sur les rangs pour accueillir le siège de cette agence. En France, 8 villes se sont portées candidates. Explications de Yann Gallic.

Le fossé se creuse en Guyane, entre opposants et partisans de la poursuite du blocage : Onze plaintes pour "entrave à la libre circulation" ont été déposées, après trois semaines de mouvement social, qui porte sur des revendications sécuritaires, sanitaires, éducatives et économiques. Au lendemain d'une première manifestation anti-blocage à Kourou mardi, où une "main courante" avait été déposée en gendarmerie, un cap a été franchi, hier, à Cayenne. Une centaine de chefs d'entreprise, commerçants et artisans se sont postés devant le commissariat, cette fois-ci pour déposer plainte.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......