LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les forces internationales vont-elles intervenir à temps en Libye?

12 min
À retrouver dans l'émission

Les insurgés libyens ont ce matin ce qu'ils implorent depuis un mois, le sentiment qu'ils vont lutter à armes égales désormais, en espérant qu'il ne soit pas déjà trop tard.Après des semaines d'hésitations, de faux-fuyants et de malaise, les Nations unies ont décidé de couper les ailes de la supériorité aérienne du colonel Kadhafi, en tout cas de se donner les moyens de le faire, peut-être dans les heures qui viennent, avant que le dictateur ne mette à exécution ses nouvelles promesses de purges et de bain de sang. Alain Juppé, très tard hier soir devant le Conseil de sécurité de l'Onu.Le texte que la France et la Grande-Bretagne ont réussi à imposer aux Etats membres , ce texte évoque l'instauration d'une zone d'exclusion aérienne, mais il prévoit aussi d'autres actions militaires, tout pour éviter un massacre à Benghazi... Tout, sauf un déploiement au sol... A New York la correspondance d'Aurélien Colly.Toute la nuit la vilole de Benghazi a fêté cette résolution de l'ONU... un peu plus tôt Mouammar Kadhafi annonçait qu'il allait "écraser" la capitale de l'opposition. Désormais le discours est un peu plus modéré de la part du régime... Tripoli se déclare prêt à accepter un cessez-le-feu c'est le vice-ministre des affaires étrangères qui l'a annoncé, Khaled Kaim. Propos recueillis par la correspondante du Figaro à Tripoli, Delphine Minoui.L'ONU et la Libye vont donc examiner la possibilité d'un cessez-le-feu, et ses conditions... C'est d'ailleurs cette possibilité qui achevé de convaincre la Russie de ne pas poser son veto. A Moscou la correspondance d'Illana Moryoussef.C'est une maigre consolation pour les Japonais qui vivent, ou non, près de la centrale de Fukushima... La situation s'est"stabilisée" depuis hier, c'est le terme officiel... La température à l'intérieur des réacteurs n'a pas augmenté davantage, c'était l'inquiétude principale; d'ailleurs l'opérateur Tepco prévoit de rétablir l'électricité dans les enceintes d'ici la fin de la journée, pour réactiver le système de refroidissement, toujours est-il que de la fumée blanche s'échappe toujours des réacteurs.Plusieurs capitales dans le monde font d'ailleurs encore le choix de rapatrier leurs ressortissants... Omar Ouahmane a rencontré un étudiant étranger en séjour au Japon, un étudiant libyen sans doute préoccupé par ce qui se passe dans son pays mais pour l'instant surtout un peu perdu.Pour tous ceux qui restent, le gouvernement japonais comme l'OMS se veulent rassurants: le périmètre d'évacuation qu'ils ont établi dès le départ autour de la centrale, ce périmètre de 30 kms est approrpié disent-ils ce matin pas besoin donc de l'élargir; quant à la propagation de rejets radioactifs de la centrale, elle reste "localisée" et ne présenterait aucun risque immédiat pour la santé. On sait les précautions qu'il faut prendre avec ce genre d'annonce... Mais c'est vrai que c'est plutôt celle qui prévaut en ce moment. Patrick Gourmelon est le directeur de la radioprotection de l'homme à l'IRSN Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire. Il répond à Laure de Vulpian.En début de semaine , dans le journal Le Monde, il rassurait les musulmans au sujet du débat à venir sur la laïcité: "pas question" disait-il "d'interdire les prêches en arabe"... Deux jours plus tard, hier, c'est le même homme qui regrettait qu'à "force d'immigration incontrôlée, les Français ont parfois le sentiment de ne plus être chez eux".Claude Guéant a décidément bien compris le message des 20% de Français qui se disent prêts à voter Marine le Pen... celle-ci d'ailleurs ne s'est pas gênée pour railler un ministre de l'Intérieur "touché par la grâce". A droite des députés comme Eric Ciotti ont immédiatement pris sa défense, Claude Guéant aurait "relayé ce que les français expriment dans nos villes et nos villages". Nous y voilà... Dans trois jours, dimanche, premier tour des cantonales... On vote dans un canton sur deux, ceux dont les conseillers généraux ont été élus en 2004. C'est un scrutin à deux tours dont les enjeux sont évidemment politiques. Explications de Renaud Biondi-Maugey.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......