LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Cartographie de cette avancée dans Mossoul des forces d'élite irakiennes

Les forces irakiennes sont entrées dans Mossoul, mais la bataille contre Daech est encore longue

12 min

L'étau se resserre autour des jihadistes du groupe Etat Islamique qui avaient fait de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, la capitale auto-proclamée de leur califat. Les forces d'élite irakiennes sont entrées dans la ville par l'Est, d'autres combattants progressent autour. Mais la bataille va durer.

Cartographie de cette avancée dans Mossoul des forces d'élite irakiennes
Cartographie de cette avancée dans Mossoul des forces d'élite irakiennes Crédits : Vincent LEFAI Iris ROYER DE VERICOURT Thomas SAINT-CRICQ Paz PIZARRO - AFP

La bataille de Mossoul est loin d'être finie : L'étau se resserre autour des jihadistes du groupe Etat Islamique qui avaient fait de Mossoul, la deuxième ville d'Irak, la capitale auto-proclamée de leur califat. C'est par l'Est que les forces d'élite irakiennes sont entrées dans Mossoul. Plus au sud, les forces du gouvernement fédéral continuent de progresser mais restent à plusieurs kilomètres de la périphérie. Plus à l'est encore, et au nord de la ville, les combattants kurdes ont, eux, consolidé leurs positions dans les villages repris à Daech. Enfin à l'ouest, les combattants de la "Mobilisation populaire" (Hachd al-Chaabi), une coalition dominée par des milices chiites soutenues par l'Iran, tentent de couper les lignes de ravitaillement de Daech avec la Syrie. Les 3.000 à 5.000 jihadistes qui seraient encore présents à Mossoul "n'ont pas d'échappatoire, ils peuvent soit mourir, soit se rendre", a déclaré le Premier ministre irakien. Mais la bataille est loin d'être finie. L'analyse du Général Dominique Trinquand, ancien chef de la Mission millitaire auprès de l'ONUà New York, joint par Viviane le Guen.

La Turquie envoie des chars et des canons près de la frontière avec l'Irak : La bataille pour la libération de Mossoul n'en est qu'à ses débuts, donc, au nord de l'Irak. Et la Turquie voisine, qui souhaite s'impliquer dans la bataille en dépit du refus de Bagdad, a envoyé des chars et des canons près de sa frontière avec l'Irak. Un double message, envoyé à l'attention des milices chiites en Irak, mais aussi, et peut-être surtout, à destination du PKK, le Parti des travailleurs du Kurdistan. Correspondance d'Alexandre Billette à Istanbul. De son côté, le Premier ministre irakien a prévenu la Turquie : elle sera traitée en "ennemi" si elle provoque un affrontement dans le nord de l'Irak.

Les civils, premières victimes des combats en Irak et en Syrie : L'ONU exprime de "sérieuses inquiétudes" quant au sort de dizaines de milliers de civils, qui pourraient être utilisés comme boucliers humains par le groupe Etat islamique. Alors que se joue la bataille de Mossoul, les forces irakiennes devraient tenter d'ouvrir des couloirs humanitaires évacuer les civils de la ville. 1 million et demi de personnes selon l'ONU. Près de la moitié, des enfants. Il y "urgence" pour l'ONG Save The Children. Elle refuse de voir se reproduire à Mossoul "la situation d'Alep". La métropole du nord de la Syrie, où 100 personnes, au moins, sont mortes ces 3 derniers jours. Offensive des forces syriennes, contre-offensive des opposants à Bachar al-Assad. Les premières victimes sont les civils, les femmes et les enfants notamment. Les Nations unies évoquent des crimes de guerre de toutes les parties impliquées dans la bataille d'Alep. Explications de Nadine Epstain.

Alain Juppé joue-t-il la stratégie du "Tout sauf Sarko" ? Alain Juppé se rend ce matin dans un quartier sensible de la banlieue parisienne, sur la dalle d'Argenteuil, là où Nicolas Sarkozy s'était rendu le 25 octobre 2005 en tant que ministre de l'Intérieur. Sa campagne en vue de la présidentielle de 2007 avait quasiment été lancée, lorsqu'il avait promis aux habitants de les "débarrasser de la racaille" du quartier. Après Nicolas Sarkozy, il y a onze ans, c'est donc Alain Juppé qui se rend aujourd'hui à Argenteuil, pour parler des banlieues. Le favori de la primaire de la droite entend rassembler et recréer du lien entre les populations, plutôt que d'attiser les clivages. Alain Juppé semble d'ailleurs orienter toute sa campagne sur l'incarnation de l'anti-sarkozysme. Analyse de Stéphane Robert. Et à la veille du deuxième débat télévisé entre les candidats à la primaire à droite, à moins de trois semaines du vote, Alain Juppé compte un nouveau soutien : Valérie Pécresse, ex-ministre de Nicolas Sarkozy, à la tête du plus gros exécutif régional, l'Ile-de-France.

Où en est l'enquête dans la mort de Ghislaine Dupont et Claude Verlon ? ll y a 3 ans jour pour jour, le 2 novembre 2013, l'on apprenait la mort de deux journalistes de RFI, Ghislaine Dupont et Claude Verlon, assassinés à Kidal dans le nord-est du Mali, alors qu'ils couvraient la campagne des législatives. Depuis, cette date a été déclarée par les Nations unies, journée mondiale de la fin de l'impunité pour les crimes commis contre des journalistes. Mais Christophe Boisbouvier, journaliste à RFI et membre de l'association des amis de Ghislaine Dupont et Claude Verlon, dénonce de nombreuses zones d'ombre dans l'enquête. Par exemple, certains documents, déclassifiés en février dernier, présentent des ratures et des pages blanches. Comme une volonté de cacher la vérité, selon Christophe Boisbouvier, interrogé par Lucas Valdenaire.

Intervenants
  • Journaliste à la rédaction de France Culture, présentatrice des journaux de 7h, 7h30 et 9h, membre du jury du Prix France Culture BD des étudiants.
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......