LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Les Ivoiriens ont pris leur destin en main

12 min
À retrouver dans l'émission

Des centaines d'hommes, fidèles au président élu Alassane Ouattara, ont donné cette nuit ce qu'ils appellent "l'assaut final", celui du palais du président sortant Laurent Gbagbo, dans le quartier du Plateau à Abidjan. Les témoins parlent de combats à l'arme lourde également près de la résidence de Gbagbo à Cocody. Les derniers développements avec l'envoyé spécial de RFI sur place, Cyril Bensimon.Après quatre mois d'impasse diplomatique, le premier ministre d'Alassane Ouattara, Guillaume Soro sonne l'heure de Laurent Gbagbo, c'était hier soir sur France 24.

Guillaume Soro parlait de défections "par groupes" dans la police, dans la gendarmerie et dans l'arméele chef de l'ONU à Abidjan confirme, 50 000 hommes au moins auraient rallié les troupes républicaines. Et l'ensemble forme des troupes cohérentes, formées et bien équipées. L'analyse d'Antoine Glaser, journaliste spécialiste de l'Afrique, interrogé par Rémi Ink

"De toutes les maisons, de tous les lieux de prière, chaque citoyen, chaque homme libre doit se rendre sur les places, ce vendredi, pour une Syrie libre".Le communiqué, anonyme, a été posté hier sur Facebook ; depuis le début des manifestations ce sont les réseaux sociaux qui nous informent de ce qu'il se passe sur place, des informations encore trop parcellaires pour savoir exactement l'ampleur de la répression en Syrie. Christine Moncla a joint un journaliste syrien, Sakir.

François Hollande vient bousculer un peu le jeu de Martine Aubry et Dominique Strauss-Kahn..."Monsieur p'tites blagues" comme l'appelait Laurent Fabius a donc pris de l'épaisseur quoi qu'on en dise... Fort de la victoire socialiste en Corrèze, à la faveur des cantonales il est donc officiellement candidat à la primaire socialiste.La gauche qui détient à présent 60 départements... Ces très légères modifications peuvent-elles vraiment changer la donne pour les sénatoriales de septembre? L'analyse du politologue Patrick Lafarge.

C'est une originalité française qu'on doit à la Révolution... Depuis plus de 200 ans, les Cours d'assises ne motivent jamais leurs verdicts... On considère que le peuple souverain n'a pas à se justifier.Cette exception française va-t-elle bientôt disparaître? Le Conseil constitutionnel qui a été saisi de deux questions prioritaires de constitutionnalité sur le sujet, doit rendre sa décision aujourd'hui. Cela fait des années que la question fait l'objet d'une jurisprudence de la Cour de Cassation mais une décision de la Cour européenne des droits de l'homme, l'an passé, pourrait donc tout remettre en cause. Les explications de Laure de Vulpian.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......