LE DIRECT
Nicolas Sarkozy, lors d'une réunion publique à Poissy, le 6 septembre 2016

"Les non-lieux passent, le train continue", affirme Nicolas Sarkozy, tout en réduisant visiblement son train de campagne

12 min

A Poissy (78), hier, Nicolas Sarkozy s'exprimait pour la première fois, depuis que le parquet de Paris a demandé son renvoi en correctionnelle dans l'affaire Bygmalion. Pour l'ancien chef de l'Etat, pas question de bouleverser son agenda mais l'on note des changements dans son style de campagne.

Nicolas Sarkozy, lors d'une réunion publique à Poissy, le 6 septembre 2016
Nicolas Sarkozy, lors d'une réunion publique à Poissy, le 6 septembre 2016 Crédits : PATRICK KOVARIK - AFP

Nicolas Sarkozy nullement ébranlé par un éventuel renvoi en correctionnelle dans l'affaire Bygmalion : l'ancien chef de l'Etat était, hier, à Poissy dans les Yvelines et il a affiché sa détermination à huit mois de la présidentielle. "Aucune manoeuvre, aucune manipulation, aussi honteuse soit-elle, ne me détournera d'un centimètre de ma volonté absolue de construire avec vous une alternance forte" a déclaré, lors d'une réunion publique, le candidat à la primaire de droite pour 2017. Pas question, donc, de changer quoi que ce soit, à son agenda. Mais des changements sont à noter dans le sytle de campagne menée par Nicolas Sarkozy. Reportage de Carine Bécard.

Pour sa rentrée, Ségolène Royal s'oppose toujours à Manuel Valls au sujet des rejets des boues rouges en Méditerrannée : Pour sa rentrée politique, hier, la ministre de l'Environnement s'est réjouie de la ratification de l'accord de Paris sur le climat par la Chine et les Etats-Unis, ce week end, au G20. Mais elle reste ferme sur le sujet des rejets des boues rouges en Méditerrannée. Ségolène Royal souhaitait s'opposer à l'autorisation accordée à l'usine d'alumine Altéo de Gardanne, pour poursuivre ses rejets polluants au large de Cassis. La ministre a été désavouée par le Premier ministre Manuel Valls, mais elle ne compte pas plier pour autant. Ségolène Royal interviewée par Véronique Rebeyrotte.

Quatre fois moins de Français partis faire le jihad en Syrie et en Irak depuis le début de l'année : Les citoyens Français qui rejoignent les rangs des djihadistes en Syrie ou en Irak sont pour l'instant quatre fois moins nombreux que l'an dernier d'après le ministre de l'Intérieur, Bernard Cazeneuve, hier, devant les chargés de sécurité des différentes ambassades françaises. 18 Français sont partis faire le djihad sur les six premiers mois de l'année, contre 69 sur la même période l'an dernier. Entre 4 et 5 fois moins, donc. Une baisse que le ministre explique par "les efforts de la lutte antiterroriste en France et l'arsenal juridique déployé depuis les attentats" de Paris. Mais il reste, toujours selon Beauvau, 689 français en terre de Jihad, notamment dans les rangs de l'Etat Islamique. Précisions d'Eric Biegala.

L'ex -Premier ministre roumain placé sous contrôle judiciaire avant des législatives : L'ancien Premier ministre roumain, Victor Ponta, toujours député du parti social-démocrate, a été placé, hier, sous contrôle judiciaire par le parquet roumain anti-corruption. En cause : le financement de sa campagne électorale victorieuse de 2012. Le problème pour lui, et pour son parti à trois mois des élections législatives, c'est que ce n'est pas la première affaire de corruption qui le concerne. Explications de Bruno Cadène.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......