LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
La Commission européenne

Les perturbateurs endocriniens seront-ils enfin définis, aujourd'hui, dans l'Union européenne ?

14 min

C'est une question de santé publique, qui coûterait 15 à 20 milliards d'euros par an à la Sécurité sociale. Les perturbateurs endocriniens, ces substances chimiques qui peuvent causer des cancers, n'ont toujours pas de définition en Europe. La Commision vote aujourd'hui sur ces poisons du quotidien.

La Commission européenne
La Commission européenne Crédits : Alexandros Michailidis SOOC - AFP

Perturbateurs endocriniens : On les retrouve dans nos gels douches, nos dentifrices, dans nos assiettes, dans les jouets de nos enfants...Certains sont déjà reconnus comme dangeureux, d'autres simplement suspects. Les perturbateurs endocriniens, parabens, phtalates, bisphénols, pesticides sont des substances chimiques susceptibles de perturber notre système hormonal et de provoquer des anomalies ou des maladies graves comme le cancer. Mais ils doivent encore trouver une définition à l'échelle de l'Union européenne. Afin de prendre des mesures réglementaires pour limiter leur impact sur la santé, la Commission européenne soumet une nouvelle fois au vote, aujourd'hui, sa définition des perturbateurs endocriniens. Certains de ces perturbateurs comme le DDT, interdit dans les années 70, sont encore présents dans nos organismes des dizaines d'années plus tard. L'enjeu de santé publique est considérable, estimé par des ONG et des scientifiques à 150 milliards d'euros en Europe, 15 à 20 milliards d'euros en France, mais l'Union européenne tarde à agir. Décryptage de Véronique Rebeyrotte

Le Syndicat de la Magistrature dénonce, dans un communiqué, le "mépris", les "menaces", "les manoeuvres de déstabilisation de la justice" de certains politiques : Référence à des propos de certains candidats à la présidentielle, François Fillon et Marine Le Pen, éclaboussés par des affaires à moins de deux mois du premier tour. Dimanche, lors d'un meeting à Nantes, la présidente du Front national avait appelé les magistrats à "ne pas contrecarrer la volonté du peuple". Réplique cingante, hier, du syndicat de la magistrature, classé à gauche : "Rétifs à l'égalité devant la loi, certains membres de la classe politique prétendent se construire une immunité pénale et c'est par l'intimidation qu'ils veulent l'imposer".

Marine Le Pen poursuit, elle, sa campagne dans les allées du Salon de l'Agriculture, aujourd'hui : La présidente du Front national recueille d'ailleurs les fruits de l'activisme de son parti, au coeur du monde rural. Cet activisme fait d'autant plus mouche que la droite traditionnelle, qui fut longtemps, et qui reste en partie, la formation préférée des agriculteurs, semble avoir délaissé le monde paysan. Précisions d'Anne-Laure Chouin.

Partenariat public-privé à la SNCF : Comme une page qui se tourne à la SNCF, François Hollande inaugure aujourd'hui une nouvelle ligne à grande vitesse entre Tours et Bordeaux. Au delà du fait qu'elle mettra Paris à 2 heures de la Gironde à partir de juillet, cette ligne sera surtout la premièreà être exploitée par un consortium privé. Cest Vinci qui va en effet assurer la gestion de ces 300 nouveaux kilomètres de voies. Mais c'est bien l'usager qui pourrait payer le prix fort. Explications de Maxime Debs.

Donald Trump
Donald Trump Crédits : Aude Guerrucci Pool via CNP DPA - AFP

A quelques heures de son premier discours devant le Congrès à Washington, Donald Trump propose une hausse "historique" des dépenses militaires : Cette augmentation de 54 milliards de dollars est justifiée par le président des Etats-Unis, par "les menaces d'un monde dangereux" et compensée par une réduction de l'aide internationale. "Nous dépenserons moins à l'étranger et plus chez nous", a encore expliqué l'administration Trump. Cette annonce a été immédiatement dénoncée par le chef des démocrates du Sénat pour qui, "ce projet de budget reviendrait à faire des coupes sombres dans les programmes qui bénéficient à la classe moyenne, qui protègent les consommateurs de Wall Street et assurent la qualité de l'air et de l'eau". Et justement, dans le journal de 7h30, nous vous emmènerons dans les plaines enneigées du Dakota du Nord, où des Sioux veulent protéger leur terres sacrées et leurs réserves d'eau d'un projet d'oléoduc validé par Donald Trump, entre le Canada et Chicago. Des Cheyennes, des Navajos et des activistes venus de tous les Etats-Unis participent à cette bataille contre Washington et les "policiers Robocop", vous l'ententrez dans le choix de la rédaction signé Mathilde Lemaire.

Vives tensions en Afrique du sud : Des attaques à caractère xénophobe ont enflammé plusieurs quartiers pauvres de Johannesburg et de Pretoria, après des agressions contre des étrangers africains, ces deux dernières semaines. Certaines de leurs échoppes ont été pillées et incendiées. Vendredi dernier, une marche organisée par des résidents inquiets, accusant les étrangers d'organiser les trafic de drogue et de prostitution dans leurs "townships" (bidonvilles), a dégénéré, avant d'être dispersée par la police. Les violences ont repris depuis dimanche soir, cette fois dans le quartier de Jeppestown, au centre ville de Johannesburg où s'est rendue notre correspondante Liza Fabbian. Reportage.

La Chine soutient le projet d’une ville durable construite par la France : Le Premier ministre chinois l’a confirmé à l'occasion de la visite de son homologue français, Bernard Cazeneuve. Pendant dix ans, des entreprises françaises vont donc participer à la construction de ce grand quartier écologique qui pourra accueillir jusqu'à un million d’habitants, au sein de la ville de Wuhan, sur la route de la soie, dans le centre-est de la Chine. Reportage de notre correspondante en Chine, Dominique André.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......