LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dominique Sopo, président de SOS Racisme

Les suites de l'affaire Théo : retour de la police de proximité souhaité par SOS Racisme pour rétablir la confiance entre les habitants de banlieues et les forces de l'ordre, méfiance de la CGT Police

13 min

Après plus d'une semaine de violences urbaines, des associations anti-racistes étaient reçues, hier, à Matignon. Elles demandent notamment le retour de la police de proximité, pour rétablir la confiance en banlieues. Méfiance du côté de la CGT-Police qui craint des erreurs passées.

Dominique Sopo, président de SOS Racisme
Dominique Sopo, président de SOS Racisme Crédits : PATRICK KOVARIK AFP - AFP

Suites affaire Théo, entre nouvelles violences urbaines et discussions politiques : De nouveaux incidents ont éclaté, cette nuit, en banlieue parisienne, mais de moindre intensité que ces derniers jours, dans le sillage de l'affaire Théo, victime d'un viol présumé lors d'une interpellation au début du mois. 12 personnes ont été interpellées en Seine-Saint-Denis, trois véhicules incendiés et une vingtaine de feux de poubelles recensés, à Clichy-sous-Bois, Epinay-sur-Seine et Neuilly-Plaisance. Des heurts ont également éclaté hier soir à Goussainville dans le Val-d'Oise, où une quarantaine de jeunes ont jeté des projectiles sur les forces de l'ordre. Un peu plus tôt, hier, dans la journée, le ministre de l'Intérieur avait appelé "au calme", "à la responsabilité" et "à la confiance dans la justice". "L'émotion légitime" suscitée par l'affaire Théo "ne saurait en rien justifier" ces "violences inacceptables", avait affirmé de son côté le Premier ministre Bernard Cazeneuve. Il recevait à Matignon des associations antiracistes, comme le Cran, SOS Racisme, la Licra ou encore la Ligue des droits de l'Homme. Ces associations ont reconnu, à la sortie de la réunion, de petites avancées. Reportage d'Ilan Malka.

Méfiance de la police : Les doléances pour les banlieues, à 2 mois de la présidentielle, portent, notamment, sur le retour à une véritable police de proximité. Mais du côté des forces de l'ordre, on se méfie de ce que l'on souhaiterait mettre aujourd'hui derrière ce terme de "police de proximité". La CGT police, par exemple, met en garde contre les erreurs du passé. Précisions d'Emmanuel Leclère.

Après son voyage quelque peu chahuté sur l'ile de la Réunion, François Fillon réunit ce midi son comité de campagne : Cette nouvelle instance a été inaugurée la semaine dernière, après sa conférence de presse sur l'affaire Penelope Fillon et ses emplois présumés fictifs. Ce comité de campagne compte un peu plus d'une vingtaine de membres, représentant toutes les sensibilités du parti "Les Républicains" (Fillonnistes, Sarkozystes, Juppéistes, Le Mairistes). Il est censé répondre à cette question : comment relancer la campagne électorale du candidat de la droite ? Problème, semble-t-il insoluble, pour l'instant. Analyse de Stéphane Robert.

Accéder au second tour de la présidentielle, c'est aussi l'ambition des candidats à gauche : Et pour y arriver, l'écologiste Yannick Jadot espère toujours une candidature commune. Il l'a répété, hier, lors d'une conférence de presse entre eurodéputés socialistes, verts et Jean-Luc Mélenchon, tous opposés au CETA, le traité de libre-échange entre le Canada et l'Union européenne, qui doit être voté demain au Parlement européen. Yannick Jadot espère construire un point entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon. Mais le candidat de la France insoumise a ironisé, hier, sur ceux, qui "lui font des bisous partout". Pas question, a dit Jean-Luc Mélenchon, qu'on se "paie sa tête" pour ensuite essayer de lui faire avaler des Carvounas, des Valls, des El Khomri, des Marisol Touraine et tous ces gens".

Apprentissage du pouvoir parfois confus et chaotique pour Donald Trump, aux Etats-Unis : Le conseiller de Donald Trump pour la sécurité nationale a été poussé à la démission. Michael Flynn n'aura tenu que quatre jours, poussé vers la sortie à cause de ses contacts inappropriés avec la Russie, révélés par le Washington Post et le New York Times. Au moment même où l'administration Obama ordonnait, fin décembre, des sanctions contre la Russie pour son ingérence présumée dans la présidentielle américaine, Michael Flynn assurait, lui, l'ambassadeur de Russie à Washington que le président élu Donald Trump serait beaucoup moins sévère. Toujours selon la presse américaine, le ministère de la Justice américain a averti la Maison Blanche que cette erreur de Michael Flynn pourrait le rendre vulnérable à une tentative de chantage russe. Illustration de l'apprentissage du pouvoir, parfois confus et chaotique pour Donald Trump à la Maison-Blanche. Autre exemple, avec le tir d'un missile balistique nord-coréen, condamné hier par le conseil de sécurité de l'ONU et qui a provoqué, ce week-end, la première crise diplomatique connu par le président Trump. Il recevait alors le Premier ministre japmonais Shinzo Abe à Mar-a-Lago, en Floride. Et voilà qu'émergent des détails étonnants sur la gestion de cet épisode. Correpondance de Frédéric Carbonne.

Une dizaine de morts, 300 blessés victimes d'attaques chimiques, fin 2016, à Alep, en Syrie : Des bombes de chlore ont été larguées sur les quartiers rebelles d'Alep au cours des dernières semaines de la bataille pour la métropole du nord de la Syrie. C'est la nouvelle accusation portée par l'ONG "Human Rights Watch". On y revient dans le journal de 7h30.

"Mission île de la Cité : le coeur du coeur" c'est le nom de l'exposition inaugurée ce soir à la Conciergerie à Paris, en présence de François Hollande : 20 panneaux lumineux pour dévoiler 35 idées imaginées par l'architecte Dominique Perrault et Philippe Belaval président du centre des monuments nationaux, pour moderniser l'île de la Cité. Un projet hors norme et hors de prix, enjeux décryptés par Valentine Letesse.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......