LE DIRECT
Le gouvernement indien achète  à la France 36 avions de combat Rafale du groupe Dassault, plus grosse  commande à l'exportation pour l'avion de combat français, pour près de 8 milliards d'euros

L'Inde achète à la France et Dassault Aviation 36 Rafale pour près de 8 milliards d'euros, plus gros contrat jamais signé à l'export dans l'aviation militaire

12 min

Après le Qatar et l'Egypte l'an dernier, c'est au tour de l'Inde de s'équiper de Rafale. La vente de 36 appareils, pour près de 8 milliards d'euros, devrait être conclue demain. On en ignore encore les modalités financières mais en France, Dassault et ses sous-traitants vont tourner à plein régime.

Le gouvernement indien achète  à la France 36 avions de combat Rafale du groupe Dassault, plus grosse  commande à l'exportation pour l'avion de combat français, pour près de 8 milliards d'euros
Le gouvernement indien achète à la France 36 avions de combat Rafale du groupe Dassault, plus grosse commande à l'exportation pour l'avion de combat français, pour près de 8 milliards d'euros Crédits : THIBAUD MORITZ - AFP

L'Inde achète 36 chasseurs Rafale à Dassault Aviation : Après le Qatar et l'Egypte l'an dernier, c'est au tour de l'Inde de s'équiper du Rafale, de 36 appareils précisément, pour un achat estimé à près de 8 milliards d'euros. On ignore encore les modalités financières de l'accord. Une partie de la fabrication sera-t-elle confiée à des entreprises indiennes ? Y'a-t-il des transferts de technologies à New Delhi ? C'est sur ce point que de précédentes négociations avaient achoppé...l'Inde négociait alors avec Dassault pour 126 avions de combat en 2012. Aujourd'hui, la vente de 36 Rafale est synonyme de production à plein régime jusqu'en 2024 au moins, pour Dassault, Thalès, Safran et un demi-millier de sous-traitants en France. Le contrat devrait être officiellement signé demain, à New Dehli, en présence de Jean-Yves Le Drian, le ministre de la Défense. Enjeux décryptés par Christian Chesnot.

Un homme a été blessé par balles à Charlotte, aux Etats-Unis, lors de la deuxième nuit consécutive de violentes manifestations, après qu'un Noir a été abattu, mardi, par un policier
Un homme a été blessé par balles à Charlotte, aux Etats-Unis, lors de la deuxième nuit consécutive de violentes manifestations, après qu'un Noir a été abattu, mardi, par un policier Crédits : NICHOLAS KAMM - AFP

Deuxième nuit consécutive de violences à Charlotte, aux Etats-Unis : Le gouverneur de Caroline du Nord a décrété l'état d'urgence. Des manifestations ont une nouvelle fois dégénérées, hier soir. Des centaines de personnes protestaient contre la mort d'un Noir, abattu, mardi, par un policier. Ce policier dit avoir tiré parce que l'homme refusait de lâcher son arme de poing. Ses proches affirment au contraire qu'il n'avait qu'un livre en main, et dénoncent une bavure. Pour la deuxième nuit d'affilée, donc, face-à-face tendu avec les forces de l'ordre. Vitres brisées, projectiles lancés sur les policiers qui ont répliqué à coup de gaz lacrymogène. Un homme a été blessé par balles, il est dans un état critique. La police précise que ses blessures ont été causées par des affrontements entre civils et non par les forces de l'ordre. Correspondance de Frédéric Carbonne.

Résurgence de l'Intifada aux couteaux : En Israël, un tribunal doit rendre son verdict aujourd'hui dans le procès d'Ahmed Manasra, cet adolescent palestinien inculpé de tentative de meurtre de deux Israéliens lors d'une attaque au couteau en octobre dernier à Jérusalem. Les autorités s'inquiètent aujourd'hui d'une résurgence de l'Intifada des couteaux, car ces derniers jours ont été marqués par de nouvelles attaques. Correspondance à Jérusalem d'Etienne Monin.

Polémique autour du "Fertility day" en Italie : En Italie, ce jeudi 22 septembre a été décrété "Fertility Day" ou "Journée de la Fertilité". Le gouvernement a lancé une campagne choc pour inciter les femmes à faire des enfants sans tarder. Cette initiative a soulevé une immense polémique, car certains l'ont jugée sexiste. La fertilité reste par ailleurs un sujet prioritaire dans une péninsule qui se dépeuple et affiche un taux de fécondité au plus bas à 1,35 enfant par femme. Explications à Rome de Mathilde Imberty.

Les salariés de Renault vont-ils à nouveau devoir se serrer la ceinture ? C'est la question qui se pose, alors que le constructeur entame ce matin les discussions avec ses syndicats. Objectif : un nouvel accord pluriannuel, comme PSA il y a quelques mois, facilité peut-être par la loi El Khomri. Cet accord va-t-il s'inscrire dans la continuité de l'accord de compétitivité signé pour 2013 à 2016 et qui avait conduit à geler les salaires, travailler plus et supprimer plus de 7000 postes ? Les syndicats en dressent un bilan contrasté. Analyse de Marion L'Hour.

Intervenants
  • journaliste à la rédaction de France Culture, présentatrice des journaux de 7h, 7h30 et 9h

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......