LE DIRECT

L'Iran réprime en préventif

11 min
À retrouver dans l'émission

JOURNAL DE 7H de Renaud Candelier

Le vent révolutionnaire qui a soufflé l'année denrière sur le monde arabe et musulman est bien retombé. On l'a vu hier au Bahrein où les forces anti-émeute ont violemment réprimé les manifestants qui tentaient d'occuper à nouveau la place de perle. Et ce matin, nous vous proposons l'exemple de l'Iran. A trois semaines des législatives, les forces de sécurité se sont déployées sur certaines places du centre de Téhéran car des appels à manifester fleurissent à nouveau sur internet.

Téhéran qui continue son oeuvre de provocation sur la question nucléaire. Le président iranien devrait annoncer aujourd'hui plusieurs "projets" et notamment le fait que pour la première fois, l'Iran a utilisé son propre combustible dans des recherches sur l'énergie nucléaire.L'Iran assume le nucléaire mais dément les attentats. Cette nuit Israel a de nouveau accusé le régime des mollahs d'être derrière les tentatives d'attentats qui ont eu lieu hier à Bangkok. Un haut responsables des renseignements thaïlandais affirme que des diplomates israéliens étaient visés.

Le conseil de sécurité de l'ONU doit être "prudent", voilà le conseil de Pékin à la veille de l'assemblée générale qui se prononcera sur la Syrie. A l'inverse les occidentaux et la Ligue Arabe réclament une position ferme voire une intervention de l'ONU. Car la volonté de détruire l'opposition sous toutes ses formes est manifeste. Hier l'armée syrienne a bombardé la ville de Hama et à Homs, pillonnée depuis plus de dix jours la situation humanitaire s'aggrave de jour en jour. Un desastre humain, face auquel la diplomatie internationale reste impuissante.

Ce n'est pas une réunion de l'eurogroupe mais une simple conférence téléphonique qui aura lieu aujourd'hui. Les ministres des finances de la zone euro attendent encore un engagement écrit du parti conservateur avant d'étudier le versement de l'aide financière promise à Athènes.

En France, c'est une campagne largement dominée par les questions économiques qui devrait se clarifier ce soir avec l'annonce de la candidature de Nicolas Sarkozy sur TF1. Et ce matin, on devrait savoir si le pays peut-être considéré comme en récession, soit deux trimestres consécutifs de baisse du PIB. Dans un contexte économique plutôt sombre et des sondages défavorables le candidat Sarkozy choisi deux axes: prendre des voix au front national avec notamment deux anciens de l'extrême droite dans son équipe de campagne et répondre aux attentes du patronat en cohérence avec les propositions avancées hier par le MEDEF. Au menu notamment repousser encore l'age de la retraite et réformer l'assurance maladie. Et laurence Parisot ne dit pas son choix pour le 22 avril mais c'est comme si.

Tout va dans le bon sens pour le MEDEF mais tout l'électorat traditionnel de droite n'est pas de cet avis. A commencer par les médecins d'apres un sondage récent de l'institut IFOP Nicolas Sarkozy les a déçus. Et voilà qui ne va faire revenir en grâce la majorité auprès du corps médical. Un arrêté pour plafonner les dépassements d'honoraires des médecins sera publié prochainement par Xavier Bertrand. Ce serait en quelque sorte une nouvelle prise de guerre puisque la proposition avait été avancée par François Hollande.

La polémique enfle sur les capacités techniques de Free Mobile.. Orange accuse son client de saturer les réseaux mis à sa disposition. Car le nombre d'abonnés aurait déjà dépassé les estimations de free qui tablait officiellement sur un million et demi alors que la barre de 2 millions aurait été franchie.

L'équipe

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......