LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Manuel Valls se lance dans la course pour la présidentielle via la primaire de gauche

Manuel Valls candidat à la présidentielle, des "gauches irréconciliables" à l'appel au rassemblement

13 min

Un candidat de plus à gauche ! Manuel Valls s'est lancé, hier, depuis son fief électoral d'Evry (Essonne) dans l course pour la présidentielle 2017, via la primaire de gauche. Le Premier ministre, pour quelques heures encore, veut rassembler sa famille. Arguments décryptés et réactions rétives.

Manuel Valls se lance dans la course pour la présidentielle via la primaire de gauche
Manuel Valls se lance dans la course pour la présidentielle via la primaire de gauche Crédits : Chris Nail ANADOLU AGENCY - AFP

Manuel Valls candidat à la présidentielle : Plus que quelques heures à Matignon pour Manuel Valls. Il quitte son poste de Premier ministre pour se lancer dans la course pour 2017. Avant la présidentielle, Manuel Valls se soumettra à la primaire de la gauche. Il l'a dit, hier, depuis l'hôtel de ville d'Evry dans l'Essonne, son fief électoral. Déclaration de candidature suivie par Stéphane Robert.

Réactions politiques à la candidature de Manuel Valls : Emmanuel Macron cherche à se différencier de Manuel Valls. L'ancien ministre de l'Economie a présenté, hier, à New York son projet pour rassembler les Français. L'occasion pour Emmanuel Macron de réitérer son refus de passer par la case "primaire". Pas question "de se retrouver coincé par' l'organisation actuelle des partis" at-t-il déclaré, avec cette pique, lancée outre-Atlantique à Manuel Valls. Emmanuel Macron a souligné qu'il n'avait "jamais, pour (sa) part, dit qu'il y avait deux gauches irréconciliables". Une formule qu'Arnaud Montebourg reproche, également, au Premier ministre. Les deux hommes sont désormais rivaux pour la présidentielle et la primaire de gauche. Et ce n'est pas le seul grief d'Arnaud Montebourg : l'ancien ministre, lui aussi candidat à la primaire de gauche et à la présidentielle, dénonce des incohérences entre le discours de candidature de Manuel Valls, hier, et sa politique à la tête du gouvernement. Interview au micro de Frédéric Bourgade.

Pollution persistante à Paris : Trop de particules fine et de dioxyde d'azote, la Capitale met en place la circulation alternée : sauf dérogation, seuls les véhicules dont le numéro sur la plaque d'immatriculation est pair pourront circuler, aujoourd'hui, dans Paris et 22 communes de la petite couronne. Les transports publics sont gratuits.

Le conseil d'Etat rendra ce soir sa décision concernant la mosquée d'Ecquevilly : Le préfet des Yvelines avait ordonné sa fermeture le 2 novembre dernier, l'accusant d'appeler à la discrimination et à la haine, voire à la violence. Une fermeture confirmée par le tribunal administratif de Versailles le 17 novembre dernier. L'association qui gère le lieu de culte avait donc déposé un recours en référé auprès du conseil d'Etat qui examinait l'affaire hier soir. Reportage de Florence Sturm.

Relance des négociations sur l'assurance-chômage : Syndicats et patronat doivent se revoir, ce matin, pour tenter de relancer les négociations sur le financement de l'assurance-chômage. On rappelle que la convention Unedic, qui fixe les règles d'indemnisation des chômeurs et la façon dont cette indemnisation est financée, est gérée par les partenaires sociaux. Au début de cette année, et face à un déficit grandissant de l'assurance chomage (près de 27 milliards d'euros fin 2016), ils ont entamé des négociations pour trouver un moyens de faire des économies, dont le montant était prévu à 800 millions d'euros. Mais plus le temps passe, plus le déficit se creuse, et moins les partenaires sociaux sont d'accord. Le point avant cette nouvelle réunion avec Anne-Laure Chouin.

Les grands patrons sur la scellette en Corée du Sud : D'habitude, ils préfèrent rester dans l'ombre, mais c'est contraints et forcés que les capitaines d'industrie sud-coréens sont entendus devant des millions de télespectateurs. Samsung, LG, Hyundai...Les patrons des huit plus grandes entreprises du pays, les fameux "chaebols", doivent répondre aux questions des députés, dans le cadre du retentissant scandale de corruption qui implique la présidente elle-même, Park Geun-hye, et une conseillère occulte arrêtée pour fraude et abus de pouvoir. Correspondance à Séoul de Frédéric Ojardias.

Avant l'étude PISA, la réussite à quelle prix pour les élèves chinois ? Les systèmes éducatifs font-ils plus ou moins bien réussir leurs élèves à travers le monde ? 72 pays retiennent leur souffle avant la parution, de l'étude PISA aujourd'hui, étude que l'OCDE dévoile tous les trois ans. Focus cette année sur les connaissances scientifiques. La réussite, mais à quel prix pour les élèves chinois ? Reportage de Dominique André à Pékin.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......