LE DIRECT
Shimon Peres, ancien président israélien et prix Nobel de la paix, est mort, cette nuit, à l'âge de 93 ans

Mort de Shimon Peres : retour sur la longue carrière de ce faucon israélien, qui s'était mué en colombe

12 min

Shimon Peres est mort, cette nuit, à Tel aviv. Il s'est éteint dans son sommeil à l'âge de 93 ans. La communauté internationale salue l'un des artisans des accords d'Oslo conclus avec les Palestiniens en 1993, dans l'espoir de faire la paix. Shimon Peres avait aussi à armer l'Etat naissant d'Israël.

Shimon Peres, ancien président israélien et prix Nobel de la paix, est mort, cette nuit, à l'âge de 93 ans
Shimon Peres, ancien président israélien et prix Nobel de la paix, est mort, cette nuit, à l'âge de 93 ans Crédits : SALIH ZEKI FAZLIOGLU - AFP

Une page se tourne en Israël, Shimon Peres est mort à l'âge de 93 ans : C'était l'un des défenseurs les plus ardents de la paix. C'est en ces termes que François Hollande salue la mémoire de Shimon Peres. L'ancien Président israélien, prix Nobel de la Paix en 1994, est mort cette nuit, à l'âge de 93 ans, deux semaines après avoir été victime d'une attaque cérébrale. Shimon Peres, l'un des pères fondateurs de l'état d'Israël a traversé sept décennies de la vie politique. Portrait signé Nadine Esptain.

Aux États-Unis, le président Barack Obama rend hommage à "un homme d’État dont l'engagement pour la sécurité et la recherche de la paix était fondé sur son inébranlable force morale et sur son indéfectible optimisme". Bill Clinton salue en Shimon Peres "un génie au grand coeur". Mais il ne faut pas oublier qu'il fut, aussi, considéré comme un faucon au sein du parti travailliste. Sa première tâche, après la création de l’Etat d’Israël à consister à armer le pays, à acquérir par exemple, l’arme nucléaire. Analyse de Michel Bar-Zohar ancien député travailliste, auteur de "Shimon Peres et l’histoire secrète d’Israël" paru chez Odile Jacob.

Pour afficher ce contenu Youtube, vous devez accepter les cookies Publicité.

Ces cookies permettent à nos partenaires de vous proposer des publicités et des contenus personnalisés en fonction de votre navigation, de votre profil et de vos centres d'intérêt.
Gérer mes choix

Écoutez aussi : Shimon Peres dans l'intimité (Les Matins)

Percée de l'armée syrienne à Alep, où les civils vivent un enfer : L’Organisation mondiale de la santé réclame de nouveau l’ouverture de "couloirs humanitaires " en Syrie, pour permettre l’évacuation des malades et des blessés dans les quartiers est de la ville d'Alep. Dans cette métropole du nord de la Syrie, l'armée syrienne dit avoir pris le contrôle d'un quartier rebelle, après plusieurs jours d'intenses bombardements aériens, menés par Damas et son allié, Moscou. Mais les choses sur le terrain semblent plus compliquées. Cette offensive a encore aggravé les conditions de vie des quelque 250.000 habitants qui sont totalement assiégés dans les quartiers rebelles d'Alep. Ils sont privés d'eau depuis samedi et les hôpitaux n'ont quasiment plus de médicaments ni de réserves de sang. Correspondance de Laure Stéphan.

La CPI condamne un djihadiste malien à 9 ans de prison pour avoir démoli des mausolées protégés à Tombouctou : La Cour pénale internationale a peut-être adressé un avertissement, hier, à tous ceux qui détruisent des sites historiques, comme les djihadistes du groupe Etat islamique, en Syrie ou en Irak. Hier, la CPI a condamné à neuf ans de prison Ahmed al-Mahdi pour la destruction de neuf mausolées de saints musulmans et la destruction de la porte d’une mosquée à Tombouctou, au Mali. Les faits remontent à 2012, quand Tombouctou était alors occupée par les djihadistes d’Ansar Dine. Le verdict rendu par la CPI est historique à plus d'un titre : c’est la première fois que la CPI juge et condamne un djihadiste, c’est aussi le premier procès pour crimes de guerre à l’encontre du patrimoine historique. Correspondance de Pierre Bénazet.

Nicolas Sarkozy dans la tourmente médiatique et judiciaire ? Alors que Patrick Buisson, ancien conseiller de l'ombre de Nicolas Sarkozy, publie demain un livre explosif, "La Cause du peuple" (Perrin), où l'ancien chef de l'Etat est notamment accusé d'avoir laissé des casseurs infiltrer une manifestation contre le CPE, aux Invalides, à Paris, lorsqu'il était ministre de l'Intérieur, en 2006, une autre information pourrait embarrasser Nicolas Sarkozy. Médiapart apporte de nouvelles informations sur la campagne de 2007 de Nicolas Sarkozy. Les journalistes Fabrice Arfi et Karl Laske affirment aujourd'hui que la justice dispose d'un élément pouvant accréditer la thèse d'un financement libyen de cette campagne. Un carnet appartenant à l'ancien ministre du pétrole du régime Kadhafi. On y trouve, selon Médiapart, le détail de trois versements destinés au candidat Sarkozy pour un montant total d'environ 6,5 millions d'euros. Pour l'un des deux auteurs de l'enquête, Fabrice Arfi, interrogé par Ludovic Piedtenu, ce carnet a une importance capitale.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......