LE DIRECT
Jean-Luc Mélenchon

Porté par une dynamique favorable, Jean-Luc Mélenchon refuse encore de s'allier à Benoît Hamon et se fixe comme premier objectif de rattraper François Fillon

13 min

Porté par une dynamique particulièrement favorable depuis une dizaine de jours, Jean-Luc Mélenchon refuse toujours de s'allier à Benoît Hamon, affaibli, hier par le départ de Manuel Valls. Hier, au Havre, le leader de la France insoumise se fixe comme premier objectif de rattraper François Fillon.

Jean-Luc Mélenchon
Jean-Luc Mélenchon Crédits : CHARLY TRIBALLEAU AFP - AFP

"Mais qu'allait-il faire dans cette primaire" ? Jean-Luc Mélenchon s'est amusé, hier, avec Molière et le Parti socialiste : Lors d'un meeting aux Docks du Havre, devant plus de 5.000 personnes, le leader de la France Insoumise est revenu sur le ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron. Pas question, pour autant, de faire candidature commune avec le candidat socialiste lâché par une partie des cadres du PS. Non, Jean-Luc Mélenchon trace sa route, avec comme premier objectif de rattraper François Fillon dans les intentions de vote. Reportage, au Havre, d'Amélie Bonté de France Bleu Normandie.

Martine Aubry
Martine Aubry Crédits : CITIZENSIDE sadak souici Citizenside - AFP

Le PS au bord de l'implosion ? Benoît Hamon était à Lille, hier, où il a reçu le soutien musclé de Martine Aubry, après le ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron. "Pas une surprise" pour la maire de Lille, "qui se ressemble s'assemble". Et Martine Aubry d'ajouter : "A tous ceux qui nous disent Je vais ailleurs mais je reste socialiste , si j'étais premier secrétaire du PS, j'aurais dit : non, on n'est pas socialiste par déclaration, on est socialiste quand on défend des valeurs qui sont les nôtres ". "Etre socialiste, a-t-elle repris sous un tonnerres d'applaudissements, ce n'est pas soutenir François Hollande en 2012, qui disait j'aime les gens et pas l'argent, et en 2017 (soutenir) le candidat qui aime l'argent et pas les gens". Extrait de ces propos recueillis par Laurence Peuron, à Lille.

Écouter
1 min
Extrait du meeting de Lille avec Martine Aubry

Indignation partagée par une militante socialiste à Marseille : Elle a porté plainte contre le PS et la Haute autorité des primaires pour "abus de confiance". Sylvie Lions-Noguier, militante socialiste à Marseille, est passée de l'indignation à l'action, après le soutien apporté, hier, par l'ancien Premier ministre Manuel Valls à Emmanuel Macron. Elle a publié sur Facebook, une photo de sa plainte, dûment tamponnée, et évoque, donc, un "abus de confiance" car "suite aux élections primaires du candidat socialiste - 2 euros les deux tours pour chaque citoyen, l'ensemble des membres se devaient de soutenir le candidat élu (...) une clause non "respectée par Manuel Valls et ses acolytes".

Par ailleurs, la presse fustige ce matin, le ralliement de Manuel Valls à Emmanuel Macron : "Monsieur Déloyal" en Une de Libération, "Valls le pivot devenu girouette" en titre d'éditorial, alors que l'ancien Premier ministre s'était engagé à soutenir le vainqueur de la primaire socialiste élargie, en l'occurence, Benoît Hamon. "C'est entendu : Manuel Valls - comme François de Rugy avant lui - est parjure", écrit Guillaume Tabard dans le Figaro. Par son choix, Manuel Valls prend le risque de "faire imploser le PS", titre Le Monde. "La fin d'un parti ?" s'interroge d'ailleurs La Croix en Une.

A J-24 de la présidentielle, la Cimade appelle les candidats à refondre la politique migratoire, dans un état des lieux publié aujourd'hui, qui déplore les visions "à court terme, sécuritaires et méfiantes" des politiques publiques en matière d'immigration : La Cimade, qui s'occupe du droit des étrangers en France depuis près de trois quarts de siècle, publie ce matin son état des lieux des migrations et formule des propositions pour les candidats à la présidentielle. Pour la Cimade, une autre politique migratoire est possible. Précisions de Marie-Pierre Vérot. Au-delà du constat, Marie Hénocq, responsable des actions nationales à la Cimade, détaille, au micro de Florence Sturm, ses propositions aux 11 candidats à la présidentielle.

La santé et l'environnement, c'est le thème, ce matin, pour notre Caravane de la présidentielle : France Culture fait escale à Grenoble où Bénédicte Robin a rencontré Stéphane Echinard, journaliste et chef d'agence au Dauphiné Libéré à Grenoble pour savoir comment fonctionne cette municipalité écologiste. On retrouve la Caravane de la présidentielle dans le journal de 7h30, avec le choix de la rédaction qui s'arrête ce matin sur la lutte contre la pollution au quotidien, à Grenoble.

8 Français sur 10 estiment que leur pouvoir d'achat a baissé ces dernières années : C'est le résultat de notre 3e enquête réalisée par Ipsos Sopra-Steria, pour France Culture et France Télévisions, enquête qualititative, publiée ce matin. 65% des personnes interrogées n'arrivent pas à mettre de l'argent de côté. Principale conséquence, relevée dans cette enquête, une grande majorité de Français traquent les dépenses pour la nourriture. Constat partagé par Mélodie Pépin, sur un marché parisien. Reportage dans le journal de 7h30.

Ca y est, le Brexit est officiellement lancé : Le Royaume-Uni se prépare à des négociations de longue haleine, deux ans selon un agenda ambitieux, pour décrocher le meilleur accord à ses yeux avec Bruxelles tout en commençant à expurger le droit britannique des lois européennes. Aujourd'hui, le gouvernement de Theresa May va publier le livre blanc d'un projet de loi baptisé "Grande abrogation" ("Great repeal Bill"), pour abolir le Code de la loi de 1972 qui a permis d'incorporer la législation européenne au droit britannique. Côté européen, c'est le français Michel Barnier qui va mener les négociations au nom des 27. L'occasion de faire le point sur son équipe de négociation et sur les dossiers prioritaires. Précisions à Bruxelles de Joana Hostein.

Alerte de l'UNICEF : 27 millions de personnes manquent d’eau potable dans les pays touchés ou menacés par la famine : Le manque d’eau, l’insuffisance d’assainissement et les mauvaises conditions d’hygiène sont des menaces supplémentaires pour les enfants sévèrement malnutris dans le Nord-Est du Nigeria, en Somalie, au Soudan du Sud et au Yémen, selon le Fonds des Nations unies pour l'enfance. Explications du porte-parole de l'agence à Genève, Christophe Boulierac, joint par Nadine Epstain.

Ankara annonce la fin de son opération militaire dans le nord de la Syrie : La Turquie ne précise pas si elle va en retirer ses troupes. Ankara avait lancé en août dernier le "Bouclier de l'Euphrate" contre le groupe jihadiste Etat islamique, mais aussi contre les forces démocratiques syriennes, dominées par les Kurdes, considérés comme des "terroristes" par la Turquie.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......