LE DIRECT
Istanbul

Un assaillant en cavale et toujours pas de revendication après l'attentat qui a fait 39 morts à Istanbul

12 min

La chasse à l'homme se poursuit, en Turquie, pour retrouver l'auteur de l'attentat qui a tué 39 personnes, la nuit du nouvel an, à Istanbul. Toujours pas de revendication pour cette fusillade commise dans une boîte de nuit huppée stambouliote mais les regards se tournent vers Daech.

Istanbul
Istanbul Crédits : YASIN AKGUL - AFP

Point sur l'enquête de l'attentat à Istanbul : Il n'y a toujours pas de revendication, en Turquie, plus de 24h après la fusillade qui a fait 39 morts, dont une vingtaine d'étrangers, dans une boite de nuit huppée d'Istanbul, lors du réveillon du Nouvel an. Les rebelles kurdes ont nié toute responsabilité dans cet attentat. Les enquêteurs turcs traquent l'assaillant. Il a laissé son arme sur les lieux de la tuerie et "profité de l'anarchie pour s'enfuir" selon le Premier ministre turc. A Istanbul, les dernières précisions d’Anne Andlauer.

Après l'attentat d'Istanbul, le président Erdogan est affaibli : La Turquie, déjà endeuillée par une vague d'attentats en 2016, ébranlée par une tentative de coup d'Etat l'été dernier, commence cette nouvelle année de la pire des manières. Le président Recep Tayyip Erdogan se retrouve dans une position très délicate. Analyse de Bayram Balci, chercheur au CERI, le centre de recherches internationales de Sciences Po- Paris, joint par Benoît Bouscarel.

En Syrie, la trêve est bien précaire : Moscou et Ankara ont négocié un cessez-le-feu en Syrie. Il est entré en vigueur dans la nuit de jeudi à vendredi dernier. Après trois jours d'équilibre précaire, la trêve est plus que menacée, malgré le soutien de l'ONU. Les combats se poursuivent sur plusieurs fronts entre régime et rebelles, notamment près d'Alep, dans le nord, et dans la province d'Idleb, au nord-ouest. 13 personnes sont mortes, au moins, depuis le début officiel du cessez-le-feu. Les précisions, à Beyrouth, de Laure Stephan. A Tartous, dans l'ouest de la Syrie, ville côtière contrôlée par le régime, deux terroristes ont commis une attaque-suicide et déclenché leur ceinture explosive à un barrage militaire tuant deux soldats. Cette attaque a été revendiquée par le groupe Etat islamique, hier.

La lutte contre Daech passe par l'Irak : François Hollande est arrivé, ce matin, en Irak, alors que la bataille de Mossoul vient de reprendre. François Hollande reprend ses habits de chef de guerre, il veut montrer que la France lutte contre le terrorisme jusqu'au Levant, quatre ans après sa visite au Mali tout juste libéré des jihadistes. On y revient dans le journal de 7h30.

Deux migrants ont été grièvement blessés, hier, en tentant de passer la double clôture séparant le Maroc de l'enclave espagnole de Ceuta. La clôture de 6m de haut a été prise d'assaut, au total, par un millier de personnes, originaires, pour la plupart, d'Afrique sub-saharienne et espérant, toutes, rallier l'Europe. Dix policiers marocains ont également été blessés.

Des grilles "anti-migrants" à Paris : Pour dissuader les migrants d'installer des campements à Paris, des grilles ont été installées dans plusieurs endroits de la Capitale, dans les Xe, XVIIIe et XIXe arrondissements, sous le métro Stalingrad, boulevard de la Chapelle, boulevard de la Villette, mais aussi avenue de Flandre. C'est de là que des centaines de migrants avaient été délogés, début novembre. Le terre-plein central de l'avenue de Flandre est désormais bardé de grillage, sur 400 mètres et cela crée un malaise chez certains riverains. Reportage de Marion Chantreau.

La PNIJ a du plomb dans l'aile : Le recours à cette plate-forme nationale des interceptions judiciaires, pour centraliser les écoutes judiciaires, devait être obligatoire à partir du 1er janvier 2017, à partir d'hier donc. Mais cet outil, qui est censé faciliter la vie des enquêteurs et des magistrats, connaît encore trop de dysfonctionnements, comme des pertes de données, SMS et communications par exemple. Face à ces bugs récurrents, le ministère de la Justice a fait passer un décret, le 23 décembre dernier, pour proroger une nouvelle fois le système. Un fiasco, selon les syndicats. Explications de Lise Verbeke.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......