LE DIRECT
Veillée émouvante, hier soir, à Manchester, au lendemain de l'attentat-suicide, revendiqué par Daech, qui a fait 22 morts et 59 blessés, dont des enfants

Une marée humaine, symbole de l'union de toute une ville, des bougies et des fleurs pour répondre à l'horreur de l'attentat de Manchester qui a fait 22 morts, lundi soir

16 min

Hommage vibrant, hier soir, aux 22 personnes tuées dans l'attentat-suicide de Manchester : la ville meurtrier s'est rassemblée pour répondre à cette attaque, revendiquée par le groupe Etat islamique. L'auteur a été identifé le terroriste présumé : Salman Abedi, 22 ans, britannique d'origine libyenne

Veillée émouvante, hier soir, à Manchester, au lendemain de l'attentat-suicide, revendiqué par Daech, qui a fait 22 morts et 59 blessés, dont des enfants
Veillée émouvante, hier soir, à Manchester, au lendemain de l'attentat-suicide, revendiqué par Daech, qui a fait 22 morts et 59 blessés, dont des enfants Crédits : Ben STANSALL AFP - AFP

Veillée très émouvante, hier soir, à Manchester : Hier, des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées sur la place devant l'Hôtel de ville de Manchester. Des bougies, des fleurs ont été déposées à même le sol, ainsi que les photos de certaines des 22 victimes. Certaines sont très jeunes, comme Saffie rose Roussos, une fillette de 8 ans, Georgina Callander, une étudiante de 18 ans. REPORTAGE de Julie Piétri, dans cette veillée intense, en la mémoire, donc des 22 personnes tuées lundi soir et des 59 blessées.

Manchester
Manchester Crédits : Jonathan Nicholson NurPhoto - AFP

Salman Abedi, 22 ans, britannique d'origine libyenne, a été identifié comme l'auteur présumé de cette attaque, revendiquée par le groupe Etat islamique : Selon la police, Salman Abedi, 22 ans, un enfant de Manchester, d'origine libyenne, est mort dans l'explosion qu'il a provoquée, lundi soir, à la fin du spectacle de la chanteuse pop Ariana Grande, à l'une des sorties de la Manchester Arena. Salman Abedi avait un profil discret et réservé selon ses voisins et ses proches. A-t-il agi seul ou au sein d'un réseau ? c'est ce que la police veut absolument déterminé. Un homme de 23 ans a, par ailleurs, été arrêté au sud de Manchester, en lien avec l'attentat, mais la police n'a pas souhaité préciser la nature de ce lien.

L'état d'alerte terroriste relevé à son niveau maximal, en Grande-Bretagne : Le groupe Etat islamique a revendiqué l'attentat-suicide de lundi soir. Et la Première ministre britannique Theresa May a décidé de renforcer le niveau d'alerte terroriste de "grave" à "critique". Le niveau "critique" signifie qu'une attaque est considérée comme imminente. Jusqu'à 5.100 militaires pourront être déployés aux côtés des policiers, dans des endroits stratégiques. DECLARATION de Theresa May.

Sécurisation, également en France : En France, des "consignes" ont été données aux organisateurs d'événements culturels et sportifs, nombreux à l'approche de l'été, pour assurer au mieux la sécurité du public, c'est ce qu'a annoncé, hier, le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb. Une circulaire sera envoyée en début d'après-midi aux préfets pour qu'ils puissent assurer avec les organisateurs d'événements "la sécurité de celles et ceux qui viendront à ces manifestations".

Y'a-t-il une affaire Richard Ferrand ? Richard Ferrand est épinglé par le Canard Enchaîné, à lire ce matin. Le ministre de la cohésion du territoire, un proche d'Emmanuel Macron, est soupçonné de petits arrangements familiaux et immobilier par l'hebdomadaire satirique. Ce qui tombe mal, alors que l'exécutif prépare une loi sur la moralisation de la vie publique. L'affaire remonterait à 2011. A l'époque, Richard Ferrand dirige les Mutuelles de Bretagne et décide de louer des locaux, à une société appartenant à sa compagne. C'est une belle opération immobilière, selon le Canard, qui précise que les les locaux ont été rénovés aux frais des Mutuelles de Bretagne, pour un montant de 184.000 euros. Cette décision, Richard Ferrand l'assume : "C’était la proposition la moins chère. Rien n’a été caché". Sa probité n'est "pas en cause", explique encore Matignon. Alors que le Canard affirme, également, que Richard Ferrand a également employé son fils, comme assistant parlementaire en 2014 (près de 8.700 euros brut pendant quelques mois), Benjamin Griveaux, porte-parole de la République En Marche, prend, lui, la défense du nouveau ministre. Rien d'illégal, dit-il. INTERVIEW dans le journal de 7h30.

Au tour de Matignon de recevoir les partenaires sociaux avant la réforme du code du travail : C'est l'une des priorités d'Emmanuel Macron en ce début de quinquennat : réformer le code du travail par ordonnance pendant l'été. Le chef de l'Etat a noué le dialogue, hier, en rencontrant, un à un, pendant une heure, les responsables syndicaux et patronaux. Rien n'a été dévoilé sur le fond. L'Elsyée assure que "ce n'est pas au niveau du président de la République que le calendrier est géré" et que "la mise en oeuvre opérationnelle sera de la responsabilité du Premier ministre et de la ministre du Travail". Justement, aujourd'hui, Edouard Philippe et Muriel Pénicaud doivent recevoir, à leur tour, les syndicats : Pierrre Gattaz du MEDEF, Jean-Claude Mailly de Force Ouvrière et François Hommeril, président de la CFE-CGC seront reçus dès aujourd'hui à Matignon. Laurent Berger de la CFDT et Philippe Martinez de la CGT s'y rendront lundi. ENJEUX DECRYPTES par Annabelle Grelier.

L’entreprise GM&S Industry, à la Souterraine, en Creuse est-elle tirée d’affaire ? Le tribunal de commerce de Poitiers, qui tenait audience hier après-midi, ne rendra sa décision qu'aujourd'hui en fin de matinée, mais le spectre de la liquidation judiciaire semble s’éloigner, selon nos confrères de France Info. Le tribunal devrait accorder un répit, le temps notamment d’examiner le dossier d’un nouveau repreneur, qui souhaite conserver la quasi-totalité des effectifs : 240 personnes, c'est le chiffre demandé par les syndicats en préfecture. Jean-Jacques Frey, 70 ans, a été auditionné lundi soir, sa famille a fait fortune dans l'immobilier commercial et le vin.

Le Pape François reçoit Donald Trump ce matin, au Vatican : C’est la suite de la première tournée du président des Etats-Unis à l'étranger, après le Proche-Orient, en début de semaine. Aujourd'hui, c'est également un rendez-vous délicat qui s'annonce, tant les visions des deux hommes s’affrontent. Les sujets de dissension entre "le pape des pauvres" et "le milliardaire" ne manquent pas, des barrières contre l'immigration à l'économie libérale. Mais les deux hommes pourraient choisir de se concentrer sur leurs points communs, comme la lutte contre l'avortement. CORRESPONDANCE à Rome de Mathilde Imberty.

Venezuela : Il persiste et signe. Le président vénézuélien Nicolas Maduro a lancé, hier, son processus d'assemblée constituante, malgré le refus de l'opposition qui y voit un moyen de confisquer le pouvoir, alors que 55 personnes sont mortes en deux mois de manifestations.

Hommage, rendu hier, aux victimes de l'esclavage colonial en France : Depuis le 28 février dernier, cette journée de commémoration est inscrite dans la loi au mettre titre que celle pour l'abolition de l'esclavage (10 mai). Hier, plusieurs milliers de personnes se sont réunies à Paris, place de la République, à l'initiative du comité de marche du 23 mai 98 (le CM98). REPORTAGE de David Ravier.

Chroniques

7H12
3 min

Le Billet économique

Moody's dégrade la note de la Chine

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......