LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

Une minute de silence aujourd'hui dans les écoles françaises

12 min
À retrouver dans l'émission

Des moyens policiers de grande ampleur déployés en région Midi-Pyrénées et un plan vigipirate au niveau "écarlate" jamais atteint. Voilà la réponse de l'Etat au meurtre de 4 personnes dont 3 enfants hier matin devant puis dans un établissement scolaire juif de Toulouse. Dans la soirée, une veillée a eu lieu à l'école auprès des dépouilles tandis qu' à Paris une marche de plusieurs milliers de personnes était organisée. Ce drame a suscité des condamnations internationales et aujourd'hui une minute de silence sera respectée dans toutes les écoles françaises.Que s'est-il passé hier matin à Toulouse ? Retour sur les faits avec Omar Ouahmane

Nombreuses réactions dans le monde occidental: condamnation unanime des dirigeants européens ainsi qu'aux Etats-Unis et au Canada; "condamnation la plus ferme" de la part de Ban Ki Moon; et bien sûr l'indignation et la colère en Israël, les 4 victimes d'hier avaient la double nationalité. L'autorité palestinienne dénonce également cet "attentat". A noter que l'effet sécuritaire a lui aussi débordé nos fonrtières. A New York, la police a renforcé sa présence aux abords des institutions juives.

En France, l'exécutif établit un lien sans ambiguité avec deux autres scènes de crime. Le 11 mars déjà à Toulouse, un parachutiste d'orgine marocaine est abattu. 4 jours plus tard à Montauban, 3 militaires se font tirer dessus, deux d'origine maghébine sont tués sur le coup, le troisisème d'origine antillaise est toujours dans le coma. Le point sur l'enquête Justine Leclerq

En pleine campagne électorale cette affaire a contraint les candidats à modifier leur agenda. Nicolas Sarkozy le premier a annoncé qu'il suspendait sa campagne au moins jusqu'à demain. François Hollande et François Bayrou se sont aussi rendiu à Toulouse.

Ce matin les éditorialistes de la presse, appellent les politiques à la retenue. Par exemple, Dominique Quinio dans La Croix lance un appel à "la prudence, dans l'usage des mots, dans l'agitation des antagonismes, dans la dénonciation de boucs émissaires". Fin de citation.

Des ajustements mais pas de pause dans la restructuration. Le PDG de la Poste a decrété hier "un grand dialogue social" et annoncé la création d'un poste de "médiateur". Les syndicats sont déçus, la plupart d'entre eux réclamaient un moratoire. SUD PTT dénonce même des mesures "misérables".Ce qui s'est passé hier ressemble fortement aux annonces du patron de France Télécom après la vague de suicides à partir de 2008, estime Philippe Méric est délégué syndical SUD à France Télécom.

En Italie, le gouvernement technique de Mario Monti entame des négociations avec les syndicats en vue de réformer le marché du travail. La péninsule devrait se tourner vers un système de flexi-sécurité sur le modèle Danois.

L'appel est clair, ferme et sans détour. Hier à Moscou, après une rencontre avec le président du comité internationale de la croix rouge au sujet de la Syrie. La Russie a appelé à des "pauses humanitaires sans délais dans les combats" appel lancé à la fois au "gouvernement syrien et aux groupes armés". Moscou évolue, mais conserve sa ligne qui consiste à placer les deux parties sur le même plan. A l'ONU, il n'est plus question de résolution mais d'une "déclaration de soutien" à la mission de l'émissaire Kofi Annan. Le texte sera discuté aujourd'hui à New York.Dans le pays, rien ne semble évoluer les combats se sont poursuivis hier dans la banlieue de Damas.L'observatoire syrien des droits de l'homme parle de 25 morts hier dont 9 civils.

Ce mardi est une journée de deuil national en Egypte pour les obsèques de Chenouda 3. Le pape des chrétiens coptes est décédé samedi à 88 ans après 40 années à la tête de l'Eglise. Depuis ce week-end, les hommages se sont multipliés venant notamment du mouvement des Frères musulmans et de la célèbre institution sunnite d'Al-Azhar. Sa succession s'annonce délicate et elle porte en elle des enjeux politiques majeurs.

L'équipe
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......