LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Dans son discours à Marseille, Emmanuel Macron a indiqué que dans 50 écoles, les directeurs pourront "d'abord choisir les enseignants (...) pleinement motivés"

À Marseille, Emmanuel Macron lance "l'école du futur" : laisser les directeurs choisir les enseignants

12 min

L'Etat va débourser 1,5 milliard d'euros pour renforcer la sécurité à Marseille, rénover les transports, logements. Pas de chiffre pour les écoles mais une expérimentation : les directeurs pourront choisir des enseignants "motivés".

Dans son discours à Marseille, Emmanuel Macron a indiqué que dans 50 écoles, les directeurs pourront "d'abord choisir les enseignants (...) pleinement motivés"
Dans son discours à Marseille, Emmanuel Macron a indiqué que dans 50 écoles, les directeurs pourront "d'abord choisir les enseignants (...) pleinement motivés" Crédits : Guillaume HORCAJUELO / POOL / AFP - AFP

Emmanuel Macron veut expérimenter "l'école du futur" à Marseille : la liberté du choix des enseignants par les directeurs dès la rentrée 2022. Pas de mise sous tutelle, mais une vigilance accrue pour vérifier que le milliard et demi d'euros de financements promis par l'Etat sera bien utilisé, à Marseille, par les élus locaux : Emmanuel Macron a promis, jeudi soir, de revenir en octobre et en février prochains dans la deuxième ville de France, pour s'assurer que son plan "Marseille en grand" est bien suivi. Il comprend 600 millions d'euros pour répondre aux besoins de 100 000 personnes coincées dans des logements insalubres, 600 millions d'euros, encore, pour désenclaver les quartiers nord de Marseille,  la construction de 4 nouvelles lignes de tramway, de 5 lignes de bus, ainsi qu'une une nouvelle maternité et un nouvel hôpital, avec 169 millions pour rénover le site de La Timone, sans compter un nouveau commissariat et 200 policiers de plus dès l'an prochain. Le chef de l'Etat met la pression sur les collectivités ; la mairie, à gauche et la métropole, à droite, car "si l'action publique est divisée, et que les chicayas locaux bloquent l'avancée, ces milliards n'arrivent jamais sur le sol", a déclaré le chef de l'Etat. Emmanuel Macron n'a pas donné de chiffre, encore, pour rénover les 174 écoles marseillaises délabrées mais il a développé une autre idée, pour inventer "l'école du futur" : expérimenter, dans 50 établissements, la liberté pour les directeurs de "pouvoir d'abord choisir les enseignants, pour être sûr qu'ils sont pleinement motivés, qu'ils adhèrent au projet", en reconnaissant dire "plein de gros mots pour beaucoup de gens".

Écouter
1 min
"Dans les quartiers où la situation est la plus difficile, il faut que les directeurs d'école puissent choisir l'équipe pédagogique", estime Emmanuel Macron

Le président fait fausse route, estime des enseignants : Emmanuel Macron a déclaré, hier, dans son discours : "Les parents me disent : 'à tel endroit les profs ne viennent plus', ça arrive parce qu'il y a des gens qui sont fatigués de travailler trop longtemps dans les quartiers difficiles", a estimé le président. Caroline Chevet, secrétaire départementale de la FSU des Bouches-du-Rhone lui rétorque : "On aimerait bien savoir sur quels chiffres il s'appuie. Ce sont ces même enseignants qui pendant le confinement ont organisé l'aide alimentaire pour les familles de leurs élèves. Ils se démènent au quotidien. C'est insultant d'oser insinuer qu'ils seraient particulièrement absents (...) Donner aux directeurs d'école de l'autorité sur leurs collègues ne résoudra certainement pas le fait que les murs des classes s'écroulent dans certaines écoles de Marseille, qu'il y a des problèmes d'étanchéité, voire parfois des choses bien plus graves. Cette annonce correspond à une volonté politique au ministère de l'Education Nationale". "Permettre aux directeurs d'école de choisir l'équipe pédagogique reviendra à faire que l'éducation ne sera pas pareille pour tout le monde", déclare, avec colère, Pascal Pons qui enseigne à l'école Saint-Louis de Rove dans les quartiers nord de Marseille (au micro d'Hugo Charpentier).

Marseille décidément au coeur de l'actualité : plus de 4 000 scientifiques, représentants d'Etats et d'ONG s'y retrouvent pour parler nature, alors que près de 500.000 espèces d’animaux et de végétaux risquent de disparaître ! Dans ce journal, direction le parc marin de la côte bleue, en Méditerranée. Une réussite en matière de protection de la  biodiversité.

Nous irons aussi à la frontière entre l'Afghanistan et le Pakistan, pays qui accueille déjà plus de 3 millions de réfugiés afghans, certains depuis l'invasion soviétique il y a quarante ans.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......