LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Sabrina BLANCHARD, Mehdi BOUDARENE

L'allongement du délai pour avorter en France est au cœur d'un bras de fer politique

15 min

Le délai pour pratiquer une interruption volontaire de grossesse en France pourrait passer de douze à quatorze semaines. La mesure est débattue ce jeudi matin à l'Assemblée nationale. Le gouvernement et la majorité ne sont pas totalement d'accord, comme les féministes et les gynécologues.

Sabrina BLANCHARD, Mehdi BOUDARENE
Sabrina BLANCHARD, Mehdi BOUDARENE Crédits : Evolution de l'IVG en France depuis 1990 - AFP

Cela deviendrait presque une habitude : le gouvernement et sa majorité à l'Assemblée en désaccord sur un texte. L'allongement du délai pour avorter est débattu ce jeudi dans l'hémicycle. La proposition de loi vient du groupe "Ecologie Démocratie Solidarité" (EDS) et elle prévoit notamment de passer le délai légal pour pratiquer une interruption volontaire de grossesse de douze à quatorze semaines. Le gouvernement n'y est pas franchement favorable mais la majorité présidentielle devrait largement soutenir le texte.

Écouter
1 min
Explications de Rosalie Lafarge

Les députés de la majorité suivent ainsi les demandes des associations féministes. Elles rappellent que de nombreuses femmes n'ont pas le temps de faire une IVG dans les temps. Le Collège national des gynécologues, en revanche, est opposé à l'allongement du délai. Cela provoquerait, dit-il, trop de risques de complications pour les femmes.

Écouter
40 sec
Amina Yamgnagne, gynécologue obstétricienne à l’hôpital américain de Paris

Les autres titres du journal

Nous nous pencherons sur des soupçons de scandale d'Etat dans la vente de Suez à Veolia. Certaines sources affirment que le gouvernement a fait pression.

Écouter
1 min
Analyse d'Anne-Laure Jumet

Vers de nouvelles restrictions pour cinq grandes métropoles. Emmanuel Macron préparait les esprits ce mercredi soir. Lille, Toulouse, Grenoble, St Etienne et Lyon pourraient passer en zone d'alerte maximale, mais les autorités lyonnaises ne l'entendent pas de cette façon. 

Pendant ce temps, Donald Trump fait la promotion d'un cocktail expérimental d'anticorps de synthèse pour lutter contre le Covid-19. Grace à ce médicament non-homologué. Il a pu, dit-il, guérir vite et bien. Le président promet que tous les Américains pourront en bénéficier rapidement et gratuitement.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......