LE DIRECT
Des troupes israéliennes positionnées à la frontière avec la Syrie, sur le plateau du Golan

Première confrontation directe entre Israël et l'Iran sur le terrain syrien

16 min

Il y a eu des échanges de missiles ou de roquettes dans le ciel syrien. L'armée israélienne affirme que les forces iraniennes en Syrie ont tiré une vingtaine de projectiles et de roquettes en sa direction. Elle explique dans le même temps qu'Israël ne cherche pas "l'escalade" militaire avec l'Iran.

Des troupes israéliennes positionnées à la frontière avec la Syrie, sur le plateau du Golan
Des troupes israéliennes positionnées à la frontière avec la Syrie, sur le plateau du Golan Crédits : ILIA YEFIMOVICH / DPA - AFP

Tirs de roquettes et de missiles se sont échangés dans la nuit de mercredi à jeudi. C'est un tir de roquettes qui a apparemment déclenché l'échange. Une vingtaine de projectiles, tirés depuis un lance-roquette multiple, ont atterri dans le Golan israélien vers minuit. La réponse de Tsahal ne s'est pas fait attendre : dans la foulée les forces armées d’Israël ont attaqué plusieurs batteries syriennes et leurs station radars dans les environs de Damas.  Au total, l'échange, qui a duré une bonne partie de la nuit, ressemble cette fois a une véritable bataille :  l'Etat major israélien évoque 35 objectifs militaires, iranien ou syriens qui auraient été attaqués sur le sol syrien. 

Il semble qu’Israël ait décidé de s'en prendre, régulièrement voire systématiquement aux positions et aux bases militaires tenues par les Iraniens en Syrie. Pour autant, on imagine mal Tsahal lancer une véritable campagne partout en Syrie, mais qui ne viserait que les positions iraniennes. Celles-ci sont en effet souvent proches des positions tenues par les syriens, ou les Russes, tous les trois alliés dans le conflit syrien.

Les autres titres du journal

Dans les couloirs du Parlement iranien, la classe politique hésite à sauver l'accord sur le nucléaire iranien. Ce mercredi, Hassan Rohani a promis de "tout faire" pour y rester".

Et quand Donald Trump se dresse contre l'Iran, il soigne sa nouvelle relation avec la Corée du Nord. Une photo symbolique doit être prise dans la matinée : les trois otages américains libérés par Pyongyang accueillis par le Président, à leur descente de l'avion.

Une "vote-action". Voici le mot trouvé par les syndicats de la SNCF pour organiser une consultation. "Etes-vous pour ou contre le pacte ferroviaire porté par le gouvernement?" Question qu'ils poseront aux cheminots, en interne, la semaine prochaine.

A la fin de ce journal, nous irons à Cannes où deux films d'exploration du territoire. Ils ont été présentés ce mercredi. L'un égyptien (en compétition officielle). L'autre ukrainien (pour "Un certain regard"). Critique d'Antoine Guillot.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......