LE DIRECT
Selon le secrétariat au Commerce américain, "il y a des preuves suggérant que les importations depuis l'étranger ont érodé l'industrie automobile nationale"

Après l'acier et l'aluminium, Donald Trump s'attaque au marché automobile

14 min

Washington envisage de nouvelles taxes douanières, sur le secteur automobile. Donald Trump évoque des surtaxes sur les importations de voitures, de camions et de pièces détachées. Elles pourraient s'élever de 20 à 25%, selon le Wall Street Journal. Le Japon et Allemagne sont notamment visés.

Selon le secrétariat au Commerce américain, "il y a des preuves suggérant que les importations depuis l'étranger ont érodé l'industrie automobile nationale"
Selon le secrétariat au Commerce américain, "il y a des preuves suggérant que les importations depuis l'étranger ont érodé l'industrie automobile nationale" Crédits : FRANCOIS LO PRESTI - AFP

Les actions des constructeurs japonais ont immédiatement chuté à la bourse de Tokyo, ce jeudi matin, après l'annonce de la Maison Blanche : Donald Trump demande une enquête interne sur un possible "affaiblissement de l'économie américaine" à cause des voitures importées. Il a sollicité en ce sens le secrétaire d'Etat américain au commerce. Le Président américain envisage de nouvelles taxes douanières sur les importations de véhicules. Le Wall Street Journal croit savoir que le projet est d’imposer des droits de douane de 20 et 25 %.

En 2017, les Etats Unis ont importé près de 8 millions et demi de véhicules, en provenance principalement du Mexique, du Canada, du Japon, de Corée du sud et d’Allemagne. Les constructeurs automobiles américains ont été informés il y a quelques jours de ce projet qui - s’il va jusqu’au bout - provoquera de nouvelles tensions commerciales avec l’Union européenne.

C’est avec les mêmes arguments qu’au mois de mars l’administration avait décidé de taxer à 10 et 25 % les importations d’aluminium et d’acier.

Les autres titres du journal

Autre guerre commerciale : les possibles sanctions américaines à l'encontre des entreprises qui commercent avec l'Iran. Emmanuel Macron va tenter de trouver un allié à Saint-Pétersbourg, ce jeudi soir, auprès de Vladimir Poutine.

Giuseppe Conte doit se trouver un gouvernement. Sa nomination - comme Président du Conseil - a été validée, par le Président Sergio Matarella. D'autres tractations commencent, nous dira Mathilde Imberty.

Nous nous pencherons sur Pôle emploi et la rumeur de 4.000 suppressions de postes. La raison : le taux de chômage baisse. Au début du mois, la ministre du Travail,Muriel Penicaud, indiquait qu'avec la baisse du nombre de demandeurs d'emplois, elle étudiait l’hypothèse de supprimer 4.000 postes chez Pôle Emploi d'ici 2022.

Le verrou de Bercy pourrait être assoupli. Une mission parlementaire propose de renvoyer au Parlement la question des critères qui obligeront l'administration fiscale à transmettre des dossiers à la justice pour qu'il y ait poursuite au pénal. La justice pourrait même passer outre Bercy en lançant des poursuites après ses propres investigations. Ce rapport a été approuvé par tous les partis, de la gauche Insoumise aux Républicains en passant par La République en marche. 

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......