LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Une semaine après la déroute des Républicains aux Européennes, Laurent Wauquiez a annoncé ce dimanche qu'il quittait la présidence du parti

Démission de Laurent Wauquiez (LR) : et après ?

15 min

Prendre ses responsabilités et du recul. C'est ainsi que Laurent Wauquiez a annoncé, ce dimanche soir, sa démission de la présidence du parti "Les Républicains". Quelles en sont les causes et surtout les conséquences ? Analyse.

Une semaine après la déroute des Républicains aux Européennes, Laurent Wauquiez a annoncé ce dimanche qu'il quittait la présidence du parti
Une semaine après la déroute des Républicains aux Européennes, Laurent Wauquiez a annoncé ce dimanche qu'il quittait la présidence du parti Crédits : Lionel BONAVENTURE - AFP

Après le mauvais score de son parti "Les Républicains" aux élections européennes (8,48%), Laurent Wauquiez a finalement décidé de démissionner. Il renonce à son poste de président du parti. Il s'était impliqué personnellement dans la campagne électorale aux côtés de la tête de liste François Xavier Bellamy. C'est la raison pour laquelle il s'est retrouvé directement mis en cause, dès le lendemain du scrutin, avec des appels à la démission. 

Un certain nombre d'élus ont aussi commencé à faire défection : Ludovic Jolivet, maire de Quimper, Eric Berdoati, président de la majorité LR au Conseil Départemental des Hauts-de-Seine. Le maintien de Laurent Wauquiez et de sa ligne conduisait à entériner -  voire accentuer - cette dévitalisation du parti.

Reste à savoir qui reprendra le poste. Aucune personnalité ne se détache pour l'instant. Selon les statuts du parti, en cas de vacance, la présidence du mouvement est assurée par le vice-président délégué, à savoir Jean Leonetti.

Les autres titres du journal

Deux Français doivent être jugé en Irak, ce lundi encore. Ils sont déjà neuf à avoir été condamnés à mort pour appartenance au groupe Etat Islamique. Ce lundi également, en Suède, une quinzaine de pays vont réfléchir à créer un éventuel tribunal international, ce qui  permettrait de juger les terroristes du groupe Etat islamique en Syrie ou en Irak.

Emmanuel Macron souhaite remplacer des hauts-fonctionnaires qui freineraient ses réformes. Bercy ou le ministère du Travail pourraient être visés. Explications. 

Nous visiterons une nouvelle halte d'urgence au nord de Paris. Elle accueille des migrants qui vivent dans des conditions extrêmement précaires.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......