LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

"Nous sommes en guerre" déclare le président chilien après les manifestations contre les inégalités et les émeutes qui ont fait 7 morts au Chili

14 min

Malgré le déploiement de l'armée, décrété samedi par le président conservateur Sebastien Pinera, des milliers de Chiliens ont continué d'exprimer leur colère dans la rue hier face aux inégalités d'un système politique et économique.

Les émeutes et pillages au Chili ont fait 7 morts depuis vendredi et l'annonce de la hausse du prix du ticket de métro. Mesure retirée face à la colère, les manifestants dénonçant plus largement les inégalités sociales. Le président chilien parle d'un état de "guerre". Pour la deuxième nuit consécutive, une mesure de couvre-feu a été décrétée à Santiago. L'état d'urgence est également en vigueur dans plusieurs régions, notamment dans la capitale. Il a été étendu hier soir à plusieurs grandes villes du sud et du nord du pays. Précisions de Nabila Amel.

Les autres titres de l'actualité

Colère aussi au Liban : des centaines de milliers de personnes sont encore descendues dans les rues hier Pour dénoncer l'inaction et la corruption de la classe politique, une manifestation massive a eu lieu dans la capitale Beyrouth. C'est le quatrième jour de mobilisation alors que le mouvement s'étend aussi à d'autres villes. Reportage à suivre dans la sud du pays à Tyr.

L'appel de la fille d'un opposant iranien kidnappé par les services secrets iraniens. Alors que l'Iran détient l'universitaire Roland Marchal et la chercheuse franco-iranienne Fariba Adelkha, un autre dossier empoisonne les relations entre Paris et Téhéran,  celui de l'opposant Rouhollah Zam arrêté en Irak et mis au secret depuis le 16 octobre. Nous entendrons le témoignage de sa fille recueilli par Christian Chesnot.

La SNCF annonce le remboursement de tous les billets non utilisés et un fonds d'indemnisation d'un million d'euros pour les usagers. Guillaume Pepy annonce aussi un retour à la normale aujourd'hui après trois jours de fortes perturbations à la suite de l'accident d'un TER sur un passage à niveau dans les Ardennes mercredi. Les cheminots dénoncent un niveau de sécurité insuffisant quand les conducteurs sont les seuls agents à bord. Dans ce journal, nous entendrons le pdg de la SNCF et un représentant de la CGT.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......