LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
En Europe, le couvre-feu s'impose de plus en plus pour lutter contre la propagation du virus

La 2ème vague de Covid-19 a bel et bien franchi la porte de l'Europe

15 min

52 000 nouveaux cas en France, des chiffres tout aussi inquiétants en Italie et en Espagne, et une réponse similaire à l'épidémie : le couvre-feu, de plus en plus élargi dans ces pays. En France, l’exécutif n'hésite plus à évoquer un reconfinement, ce que de plus en plus d'infectiologues demandent.

En Europe, le couvre-feu s'impose de plus en plus pour lutter contre la propagation du virus
En Europe, le couvre-feu s'impose de plus en plus pour lutter contre la propagation du virus Crédits : STR / NurPhoto - AFP

Il risque de faire beaucoup plus froid qu'au Printemps pour applaudir les soignants au balcon. Le cap du million de cas de Covid-19 en France a été dépassé vendredi, 45 000 nouvelles contaminations samedi, et hier ce nouveau record, 52 000 personnes testées positif au Covid. Données auxquelles on peut ajouter cet élément très parlant : le taux de positivité des dépistages est passé de 4,5% début septembre à 17% aujourd'hui. L’exécutif avait prévenu de cette détérioration à venir, avec les services de réanimations qui se remplissent de plus en plus vite, et le spectre d'un reconfinement qui fait de nouveau son apparition. Le gouvernement l'évoque. "Il ne faut absolument rien écarter", disait hier à ce sujet Cédric O, le secrétaire d'Etat au numérique. Tout en précisant bien, vouloir tout faire pour l'éviter. Ce retour du confinement semble en revanche inéluctable pour certains médecins. Explications d'Adrien Palluet.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres du journal

Malgré la recrudescence de l'épidémie en France, l'explosion du nombre de contaminations, l'application "TOUS ANTI COVID" n'est toujours pas plébiscitée par les Français, ce qui complique de plus en plus la tâche des brigades en charge du traçage manuel des malades. Ils sont environ 20 000 agents sous la direction de la Caisse Nationale d'Assurance Maladie, se relaient 7 jours sur 7 pour contacter en moins de 24 heures les personnes testées positives et identifier leurs cas contact. Mais avec l'intensification de l'épidémie, la cadence est intenable, ce qui pousse la CNAM à modifier sa stratégie. Précisions d'Hélène Chevallier.

Les Chiliens vont dire au revoir à l'un des vestiges de la dictature d'Augusto Pinochet. Ils ont très largement dit "oui", hier à une nouvelle constitution. C'était l'objet d'un référendum historique et 78% des votants ont fait le choix d'abandonner la Constitution actuelle. Un texte qui protégeait le modèle économique néo-libéral imposé pendant la dictature, modèle qui a été dénoncé l'année dernière, lors d'un mouvement social massif. C'est donc une victoire de ceux qui étaient descendus dans la rue à l'époque et qui ont laissé éclater leur joie hier soir dans Santiago. Reportage de notre correspondante Justine Fontaine...

Aux Etats-Unis, l'avenir du pays se joue dans moins de 10 jours, l'élection présidentielle, le 3 novembre prochain. Et l'Amérique est plus que jamais divisée. Seulement 3% à 5% d'indécis, selon les sondages. Des sondages qui donnent toujours Joe Biden en tête face à Donald Trump au niveau national. Et ce sont vers les swing states, les états pivots du nord, jadis acquis aux démocrates et perdus lors de la dernière élection, que tous les regards sont tournés. Comme l'Ohio, fief démocrate raflé à quelques milliers de voix près par Donald Trump en 2016. Claude Guibal est allée à Youngstown, voir les militants de Joe Biden qui se mobilisent pour reconquérir l'Etat.

Gérald Darmanin, après avoir occupé le terrain en France depuis le drame de Conflans-Sainte-Honorine, est aujourd'hui en déplacement en Russie. Il doit y rencontrer son homologue russe, le ministre de l'Intérieur, Vladimir Kolokoltsev dans le but d'essayer de convaincre la Russie d'accueillir les ressortissants tchétchènes radicalisés que la France souhaite expulser de son territoire. Analyse de Stéphane Robert.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......