LE DIRECT
Des dizaines de familles sont venus à Sfax, sur la côte est de la Tunisie, ce lundi, pour récupérer les corps des migrants dont le bateau a fait naufrage

Tunisie : "par la mer, j'irai là où je peux travailler"

15 min

Le bilan du naufrage d'un bateau de migrants au large des côtes de la Tunisie dimanche est désormais de 60 morts. Les Tunisiens sont les deuxièmes - après les Erythréens - à tenter la traversée vers l’Italie sur des embarcations surchargées. Reportage dans la ville défavorisée de Tataouine.

Des dizaines de familles sont venus à Sfax, sur la côte est de la Tunisie, ce lundi, pour récupérer les corps des migrants dont le bateau a fait naufrage
Des dizaines de familles sont venus à Sfax, sur la côte est de la Tunisie, ce lundi, pour récupérer les corps des migrants dont le bateau a fait naufrage Crédits : SOFIENNE HAMDAOUI - AFP

La Tunisie peut-elle encore être considérée comme l’unique réussite du printemps arabe? En quête d'emploi et d'une vie meilleure, des Tunisiens tentent régulièrement de traverser la Méditerranée, en direction de l'Italie. La correspondante de France Culture, Maurine Mercier, s'est rendue à Tataouine, au sud du pays, dans l'une des régions les plus défavorisées. Elle y a rencontré une mère de famille qui s'apprête à enterré le corps d'un de ses huit enfants. C'est elle qui l'avait encouragé à prendre le bateau surchargé pour aller travailler ailleurs. Un autre de ses fils a échappé au naufrage. Il y retournera : "j'irai là où je peux travailler, en Libye ou en Europe, peut importe", dit-il. 

Écouter
1 min
Rencontre à Tatouine avec des familles tunisiennes dont les enfants ont voulu traverser la mer Méditerranée

Un habitant de Tataouine ne veut plus voir les jeunes de sa ville "se suicider en mer". Il regrette que les hommes d'affaires n'investissent pas dans sa région et il ajoute : "après la révolution, on a eu une démocratie. Mais on a que ça". Ce dimanche, 60 migrants sont morts dans le naufrage de leur bateau en mer Méditerranée.

Les autres titres du journal

PSA se prépare à quitter l'Iran. Le groupe automobile français veut ainsi échapper aux sanctions américaines après le retrait des Etats-Unis de l'accord sur le nucléaire iranien. "Manifestement", le groupe "n'a pas obtenu des garanties de l’Etat français", analyse Thierry Coville, spécialiste de l'Iran à l'IRIS.   

Pendant ce temps, le premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, poursuit sa tournée européenne contre Téhéran. Il est reçu par Emmanuel Macron, ce mardi,dans l'optique de le convaincre d’abandonner l'accord sur le nucléaire pour faire pression aux cotés des Etats Unis.

Le nouveau texte de la réforme ferroviaire, amendée par le Sénat, doit être voté ce mardi. Les syndicats réformistes sont plutôt satisfaits quand d'autres, comme Sud Rail, veulent maintenir le mouvement de grève.

Quel audiovisuel public pour demain ? La ministre de la Culture a donné des pistes, ce lundi, mais aucun budget. Dans le discours de Françoise Nyssen, les missions du service public de l'audiovisuel ont changé. "Informer, éduquer et distraire" a été remplacé par "proximité, information et éducation".

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......