LE DIRECT

Demandeurs d'asile : trois mois de carence pour bénéficier de la Protection universelle maladie

15 min

Le gouvernement fixe trois mois de carence pour les demandeurs d'asile qui souhaitent accéder à la Sécurité sociale de base. L'annonce sera officialisée ce mercredi, mais fait déjà réagir les associations. Pourquoi l’exécutif fait-il cet arbitrage ? Élément de réponse dans ce journal.

Crédits : Visactu

Les arbitrages ont été présentés ce lundi aux parlementaires de la majorité qui travaillent sur les sujets d'immigration. Il s'agit de vingt mesures. On sait déjà que les demandeurs d'asile devront désormais attendre trois mois, après le dépôt de leur dossier, pour pouvoir bénéficier d'un accès aux soins via la Protection universelle maladie (Puma), c'est-à-dire la Sécurité sociale base. Ce délai de carence n'est toutefois pas surprenant si l'on regarde attentivement les déclarations de l’exécutif ces derniers jours. 

Ainsi, dans son entretien à l'hebdomadaire Valeurs actuelles, Emmanuel Macron avait fait référence à la protection universelle maladie, l'ancienne CMU qui permet une prise en charge des frais de santé. Dans son interview, le chef de l'Etat avait parlé de ce dispositif "beaucoup plus généreux que l'AME", l'aide médicale d'Etat destinée aux sans-papiers après 3 mois de résidence sur le territoire. "Ce que je veux qu'on fasse c'est mettre un délai de carence pour réguler la protection universelle maladie", avait précisé Emmanuel Macron. Un peu plus tôt, la ministre de la santé, Agnès Buzyn, s'était aussi élevée contre un "dévoiement" de la Protection universelle maladie par des demandeurs d’asile qui venait de Géorgie et d’Albanie, des pays dits "sûrs", avait-elle dit.

Les associations avaient déjà poussé un cri d'alarme jeudi dernier. Médecins du monde, Médecins sans frontières, le Sidaction ou encore la Ligue des droits de l'Homme s'inquiétaient de la mise en place d'un tour de vis au niveau de l'AME. Pour le Président de la ligue des droits de l'homme, Malik Salemkour, on passe un pas supplémentaire avec le délai de carence pour les demandeurs d'asile.

Les autres titres du journal

Réformer, une fois encore, les Zones d'éducations prioritaires : voici l'objet du rapport remis ce mardi par l'inspectrice générale de l'éducation nationale et le directeur de Science-Po Lille. La carte de France pourrait être redessinée pour donner plus de pouvoir aux recteurs d'académie. 

L'effondrement d'immeubles, rue d'Aubagne à Marseille, a eu lieu il y a un an. Depuis, l'insalubrité perdure à cause, entre autre, des casse-têtes administratifs.    

Emmanuel Macron s'est exprimé depuis la Chine sur le climat. Bruxelles et Pékin, dit-il, doivent s'allier pour lutter contre le réchauffement climatique.  Ce lundi soir, les Etats-Unis ont enclenché leur départ de l'accord de Paris.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......