LE DIRECT
Un millier de personnes ont manifesté, hier à Nantes, contre le racisme et les violences policières

Les funérailles de George Floyd résonneront jusqu'en France

15 min

De nouveaux rassemblements sont prévus ce soir à 18h dans plusieurs villes de France pour saluer la mémoire de George Floyd, au moment où auront lieu ses obsèques à Houston (Texas), et "combattre le racisme dans la police", le tout au d'annonces de Christophe Castaner sur les forces de l'ordre.

Un millier de personnes ont manifesté, hier à Nantes, contre le racisme et les violences policières
Un millier de personnes ont manifesté, hier à Nantes, contre le racisme et les violences policières Crédits : Estelle Ruiz / Hans Lucas / Hans Lucas via AFP - AFP

Les funérailles de George Floyd, aujourd’hui aux Etats-Unis, résonneront jusqu'en France, avec des rassembements prévus à Paris, Lille, Grenoble, Poitiers, Angers, à l'appel d'associations anti-racistes et de collectifs contre les violences policières ; le tout, au lendemain d'annonces de Christophe Castaner qui réaffirme une "tolérance zéro" contre le racisme dans les forces de l'ordre et annonce la fin de la méthode d'interpellation dite "de l'étranglement". Le recueillement n'empêchera pas la colère ni l'envie de justice de s'exprimer. Aux Etats-Unis, George Floyd est inhumé aujourd'hui à Houston, sa ville natale, au Texas. Ce Noir américain de 46 ans a été asphyxié par un policier blanc le 25 mai dernier, lors de son interpellation par la police de Minneapolis (Minnesota). Les images de son agonie ont entraîné une vague de protestations dans le pays et dans le monde entier. Hier au Texas, des milliers de personnes se sont recueillies devant la dépouille de George Floyd, dans une église du sud de la ville où se tiendront les funérailles.  Reportage à Houston, de notre envoyé spécial Grégory Philipps.

Le ministre de l'Intérieur Christophe Castaner réaffirme une "tolérance zéro" contre le racisme dans les forces de l'ordre et annonce la fin de la méthode d'interpellation dite "de l'étranglement" : les militants anti-violences policières veulent continuer à faire entendre leur voix, profitant de l'actualité aux Etats-Unis. A Paris, par exemple,  SOS Racisme appelle à un "rassemblement solennel" à 18h, place de la République  pour saluer la mémoire de George Floyd, au moment où auront lieu ses obsèques à Houston, sa ville natale au Texas. Ces militants saluent un premier pas de la part du gouvernement avec la méthode de la "prise par le coup" lors des interpellations policière sera désormais interdite en France, a annoncé, hier, le ministre de l'Intérieur. Christophe Castaner appelle à une "tolérance zéro" contre le racisme chez les forces de l'ordre. Mais dans les rangs de la police, David-Olivier Reverdy, secrétaire national adjoint du syndicat de police "Alliance", interrogé par Margot Delpierre, s'inquiète aussi de voir des suspensions systématiquement envisagées  pour chaque soupçon d’actes ou de propos racistes.

Les autres titres du journal

Après avoir débloqué des milliards pour le tourisme et l'automobile, le gouvernement vole, aujourd'hui, au secours de l'aéronautique : Le secteur emploie 200.000 personnes en France, chez des mastodontes comme Airbus, mais aussi dans une myriade de PME, de sous traitants qui peinent à remplir leurs carnets de commande. Reportage à Toulouse, de Stéphane Iglésis.

Craintes pour le secteur agricole, en France et en Europe : "L’agriculture et les territoires ne peuvent plus se permettre de continuer à perdre des travailleurs et des fermes". C'est en substance ce que va déclarer la mission "Agriculture" du Comité Economique Social et Environnemental, cet après midi, alors que se négocie, à Bruxelles, une nouvelle PAC cruciale pour l'avenir de la souveraineté alimentaire de la France et de l'Europe. La future politique agricole commune aux Vingt-Sept sera cruciale car certaines productions alimentaires finissent par disparaître. Précisions d'Anne-Laure Chouin.

Hong Kong : un an après, les manifestants en position de faiblesse. Hong Kong ne peut plus se permettre de supporter les scènes de "chaos", a prévenu, ce matin, la dirigeante de l'exécutif Carrie Lam du territoire, un an après le début du mouvement pro-démocratie. Un million de personnes manifestaient alors dans le calme, dans les rues du territoire semi-autonome pour s'opposer à un projet de loi autorisant les extraditions vers la Chine continentale.  Très vite, les affrontements entre la police et les manifestants étaient devenus fréquents, divisant la population et portant un sérieux coup à la réputation de stabilité de la métropole. Un mouvement d'une telle ampleur semble désormais improbable à la suite d'arrestations massives, de l'interdiction de se rassembler liée au coronavirus et de l'imminence d'une loi sur la sécurité nationale. Mais des forums de messageries utilisées par le mouvement de contestation appellent les habitants à se mobiliser, ce soir, pour marquer ce premier anniversaire. Reportage à Hong-Kong de Florence de Changy.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......