LE DIRECT
La dernière frappe a fait 44 morts à Hamouria, dans la Ghouta orientale (Syrie), le 19 février

Syrie : les bombes pleuvent sur la Ghouta orientale

15 min

L'ONU réclame l'arrêt immédiat des bombardements de l'armée syrienne sur l'enclave rebelle de la Ghouta, à l'est de Damas. Lundi, au moins 100 civils ont été tués, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme.

La dernière frappe a fait 44 morts à Hamouria, dans la Ghouta orientale (Syrie), le 19 février
La dernière frappe a fait 44 morts à Hamouria, dans la Ghouta orientale (Syrie), le 19 février Crédits : ABDULMONAM EASSA - AFP

Le nombre de morts augmente d'heure en heure en Syrie. Une centaine de civils ont été tués rien que lundi, selon l'Observatoire syrien des droits de l'homme. L'ONU appelle à cesser "immédiatement" les bombardements de civils. Nous reviendrons sur la situation sur place dans un instant et vous entendrez un médecin humanitaire français, accablé, qui va sur place régulièrement. "10 millions de personnes ne sont plus chez elles sur 22 millions", soulignait Raphaël Pitti devant des députés français la semaine dernière.

Qu'attendons-nous? Où est la voix de l'Europe?

Raphaël Pitti regrette que l'Europe soit "complètement éclatée depuis la chute d'Alep" et que "le droit international soit nié au XXIème siècle".

Écouter
1 min
Le médecin humanitaire Raphaël Pitti, de retour de Syrie, s'adressait à certains députés français, le 13 février dernier

Des morts et des blessés par centaines en Syrie alors que le régime de Bachar el-Assad n'est plus aussi inquiété qu'il y a sept ans, au début de la guerre. Preuve d'ailleurs : les forces pro-gouvernementales pourraient aussi se déployer au nord d'Alep dans la région d'Afrine au secours des Kurdes visés par la Turquie. C'est une question d'heures, annonçait lundi l'agence de presse syrienne, Sana.

Les autres titres du journal

Zoom, ensuite, sur une grève en Ukraine suivie par près de 10.000 mineurs. Ils ne sont pas payés depuis le mois de décembre. Les arriérés de salaire atteignent 28,8 millions d'euros, selon le syndicat indépendant des mineurs.

Guillaume Pépy est "persuadé que l'écoute et la concertation vont permettre d'éviter une grande grève". Le patron de la SNCF répondait à la CGT-Cheminots et FO, ce mardi matin, en pleine concertation sur la réforme ferroviaire. 

Nous reviendrons sur la polémique autour de Michel Déon, finalement inhumé dans la capitale. Face à la pression d'une centaine d'intellectuels, la maire de Paris a cédé.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......