LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Les candidats à l'élection présidentielle en 1995. Edouard Balladur et Jacques Chirac, le 20 avril 1995 à Paris au cours de la cérémonie du transfert des cendres de Marie et Pierre Curie au Panthéon.

Présidentielle 1995 : le Conseil constitutionnel a validé des comptes de campagne irréguliers

15 min

Enquête exclusive de la cellule d'investigation de Radio France sur les manœuvres du Conseil constitutionnel pour valider les comptes de campagne de Jacques Chirac et d'Edouard Balladur en 1995.

Les candidats à l'élection présidentielle en 1995. Edouard Balladur et Jacques Chirac, le 20 avril 1995 à Paris au cours de la cérémonie du transfert des cendres de Marie et Pierre Curie au Panthéon.
Les candidats à l'élection présidentielle en 1995. Edouard Balladur et Jacques Chirac, le 20 avril 1995 à Paris au cours de la cérémonie du transfert des cendres de Marie et Pierre Curie au Panthéon. Crédits : PIERRE VERDY - AFP

Une enquête de la cellule investigation de Radio France nous apprend comment le Conseil constitutionnel a manœuvré pour valider les comptes de campagne de Jacques Chirac et d’Edouard Balladur en 1995. Les deux candidats avaient pourtant largement dépassé le plafond des dépenses autorisées et commis de nombreuses irrégularités. C'est ce qui ressort des archives de l'institution, qui viennent d’être rendues publiques vingt-cinq ans après leur rédaction. 

Le Conseil constitutionnel a voulu éviter une crise politique. Cela ressort clairement des compte rendus des treize séances d'examen des comptes de campagne qui se sont déroulés entre juillet et octobre 1995. Les conseillers constitutionnels, Roland Dumas en tête, ont tout fait pour sauver le Président élu. Ils ont maquillé ses comptes et taillé dans les dépenses de Jacques Chirac pour qu'elles repassent sous le plafond. Les Sages étaient plus divisés sur le cas d'Edouard Balladur, mais il ont quand même validé ses comptes.

Écouter
1 min
Enquête exclusive de la cellule d'investigation de Radio France sur les manœuvres du Conseil constitutionnel sur les comptes de campagne de Chirac et Balladur en 1995. Explications de Sylvain Tronchet
Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres du journal

Quinze personnes en garde à vue et un ministre de l'Intérieur qui veut fermer différentes structures d'une mosquée à une ONG en passant par une association : voici la réponse judiciaire et politique à l'assassinat terroriste du professeur, Samuel Paty. Dans ce journal, nous ferons un point sur l'enquête, nous entendrons les accusations du ministre, Gérald Darmanin, qui veut fermer la mosquée de Pantin (93) et la réponse d'une ONG visée.

Plus de 2 000 patients atteints du Covid-19 sont en réanimation en France, ce mardi matin. Le seuil est le même qu'au mois de mai dernier mais les Français ne semblent pas prendre la mesure du risque. Reportage dans un hôpital près de St-Etienne.

Nous irons ensuite dans le Kent, au sud de Londres, où transitent les routiers sous la menace d'un Brexit sans accord. Un ministre britannique estime que reprendre les négociations post-Brexit avec l'Union européenne "n'aurait pas de sens".

En Tunisie où un homme a pu changer de nom de famille car il portait l'héritage d'un passé esclavagiste. Hamdan Atig Dali, 81 ans, noir, a réussi à obtenir de la justice qu’il puisse retirer le nom "Atig" de son nom de famille.  "Atig" signifie " affranchi par, libéré par", en référence à la famille à laquelle ses ancêtres étaient asservis. Il gagne un combat judiciaire long de trois ans. 

Écouter
1 min
Maurine Mercier, à Tunis pour France Culture
Chroniques
8H15
3 min
Le Billet politique
Après Conflans, le rôle difficile des oppositions
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......