LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Le chancelier conservateur autrichien, Sebastian Kurz, annonce des législatives anticipées pour septembre 2019 et cherche une nouvelle coalition

L'extrême-droite balayée en Autriche

15 min

Tous les ministres d'extrême droite de la coalition gouvernementale autrichienne ont démissionné après des soupçons de corruption avec la Russie. A cinq jours des européennes, chaque responsable de l'Union s'en sert comme argument de campagne. Analyse.

Le chancelier conservateur autrichien, Sebastian Kurz, annonce des législatives anticipées pour septembre 2019 et cherche une nouvelle coalition
Le chancelier conservateur autrichien, Sebastian Kurz, annonce des législatives anticipées pour septembre 2019 et cherche une nouvelle coalition Crédits : HELMUT FOHRINGER / APA-PICTUREDESK - AFP

Tous les ministres issus du Parti de la liberté (FPÖ, extrême droite) ont annoncé leur décision de quitter le gouvernement autrichien après le limogeage du ministre de l'Intérieur Herbert Kickl, conséquence du scandale qui a déjà emporté samedi le vice-chancelier et dirigeant du FPÖ Heinz-Christian Strache. L'opposition prépare un vote de défiance contre le gouvernement et on ignore encore si le FPÖ se rangera derrière Sebastian Kurz.

A cinq jours des européennes, et après la crise politique provoquée par cet '"Ibiza-gate", des responsables européens ont mis en garde contre le vote pour l'extrême droite à ces élections cruciales pour l'avenir de l'Europe. Le chef de file des conservateurs européens, l'Allemand Manfred Weber, a dit en tirer une "leçon claire": "Il ne faut donner à ces radicaux aucune influence sur notre Europe".  La chancelière allemande Angela Merkel a appelé à résister aux "politiques qui sont à vendre", dans une référence directe au scandale autrichien. Les effets de ce séisme politique en Autriche se faisaient sentir dans le premier sondage publié, ce lundi, après la mise en cause du FPÖ : le parti reculait de 5 points dans les intentions de vote, à 18%, tandis que le parti conservateur de Sebastian Kurz était donné à 38%, en progression.

Les autres titres du journal

Contre toute attente, la Cour d'Appel de Paris a ordonné la reprise des traitements pour Vincent Lambert. Les parents sont satisfaits mais son neveu parle de "sadisme pur" de la part du système médico-judiciaire.

Huawei dit t'être "en discussion" avec Google pour répondre à l'interdiction américaine. Washington a donné trois mois au géant chinois des télécoms pour trouver arrêter de commercialiser avec les Etats-Unis. C'est un délai plus important que prévu.    

A quoi joue Critina Kirchner l'ancienne présidente de l'Argentine ? Accusée de corruption, elle ne présente pas directement à la Présidentielle mais elle brigue le poste de vice-présidente.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......