LE DIRECT
Emmanuel Macron a dénoncé le "jeu dangereux" d'Ankara en Libye,  à l'issue d'un entretien avec son homologue tunisien Kais Saied à la présidence française

La Libye va-t-elle prendre le chemin de la Syrie, comme guerre civile où les puissances étrangères s'immiscent ? Emmanuel Macron dénonce le "jeu dangereux" de la Turquie

18 min

La Turquie est devenue le principal soutien international du gouvernement d'union nationale de Tripoli, qui a repris début juin le contrôle de l'ensemble du nord-ouest de la Libye en faisant reculer les forces du maréchal Khalifa Haftar, l'homme fort de l'est du pays.

Emmanuel Macron a dénoncé le "jeu dangereux" d'Ankara en Libye,  à l'issue d'un entretien avec son homologue tunisien Kais Saied à la présidence française
Emmanuel Macron a dénoncé le "jeu dangereux" d'Ankara en Libye, à l'issue d'un entretien avec son homologue tunisien Kais Saied à la présidence française Crédits : Christophe PETIT TESSON / POOL / AFP - AFP

Emmanuel Macron accuse le président turc Erdogan de mener un "jeu dangereux" en Libye : Le ton ne cesse de monter entre Paris et Ankara. La France affirme que la Turquie fournit massivement des armes au gouvernement d'union nationale (GNA) de Tripoli, en violation d'un embargo des Nations unies. La Turquie accuse de son côté Paris de soutenir le maréchal Haftar, et d'être le "sous-traitant de certains pays de la région" dans la crise libyenne, une allusion aux Emirats et à l'Egypte. Emmanuel Macron, lui, indique avoir pris soin de dénoncer "toutes les incursions", celle de la Turquie qui a envoyé des milliers de combattants syriens, comme celle de la Russie via les mercenaires du groupe Wagner, à l'issue d'un entretien avec son homologue tunisien Kais Saied à l'Elyse . Il a pointé toutefois "l'inquiétude légitime du président (égyptien) Sissi lorsqu'il voit des troupes arriver à sa frontière".  Les forces du GNA visent désormais la ville côtière de Syrte (450 km à l'est de Tripoli), verrou stratégique vers l'Est contrôlé par le maréchal Haftar. Explications de Christian Chesnot.

La Libye est au cœur d'une réunion d'urgence de la Ligue arabe, inquiète face à un président égyptien qui se montre de plus en plus va-t-en guerre : Le Gouvernement libyen d'union nationale (GNA), reconnu par l'ONU, a dénoncé, dimanche, comme une "déclaration de guerre" les menaces de l'Egypte d'intervenir militairement dans le conflit en Libye voisine. Le GNA refuse de participer à la réunion ministérielle par visioconférence de la Ligue arabe sur la Libye. Dans le conflit en Libye, l'Egypte soutient les forces du maréchal Khalifa Haftar, rivales du GNA, appuyé lui par la Turquie et basé dans la capitale Tripoli.  Avec l'appui militaire d'Ankara, le GNA a engrangé d'importantes victoires depuis début juin, prenant le contrôle de l'ensemble du nord-ouest de la Libye. Ces succès ont signé l'échec de l'offensive lancée en avril 2019 par le maréchal Haftar pour s'emparer de Tripoli.  Les forces du GNA restent néanmoins freinées dans leur avancée vers la ville de Syrte, verrou stratégique vers l'Est, qu'elles veulent reprendre aux troupes du maréchal Haftar, homme fort de l'est du pays pétrolier.  Samedi, le président égyptien Abdel Fattah al-Sissi a prévenu que toute avancée des pro-GNA vers Syrte (450 km à l'est de Tripoli) pourrait entraîner une intervention "directe" du Caire.  Ville natale de l'ex-dictateur Mouammar Kadhafi, déchu et tué en 2011, Syrte, ainsi qu'Al-Joufra plus au sud, représentent une "ligne rouge", a averti Abdel Fattah al-Sissi, lors d'un discours retransmis à la télévision. Reportage d'Omar Ouahmane.

Les autres titres du journal

Des sociétés qui se pensaient indispensables pendant le confinement voient aujourd'hui des obstacle se dresser sur leur route : l'équipementier télécoms Nokia veut supprimer plus d'un millier d'emplois en France dans sa filiale Alcatel Lucent. Par ailleurs, Amazon et d'autres géants de la logistique devraient être davantage taxés, sur le modèle des grandes surfaces. Le combat des commerçants et d'élus qui se prolongent dans le budget.

J-5 avant le second tour des municipales, direction Levallois-Perret, dans les Hauts-de-Seine, où plane encore la figure de Patrick Balkany.

Chroniques

8H15
5 min

Le Billet politique

Le billet politique du mardi 23 juin 2020

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......