LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Glyphosate : ventes annuelles de substance active par département en France selon une étude de l'association écologiste Robin des Bois

La sortie du glyphosate ne sera pas inscrite dans la loi cette année : et maintenant?

15 min

Il n'y aura pas d'interdiction du glyphosate dans la loi Agriculture et Alimentation. Les députés ont rejeté, dans la nuit de lundi à mardi, des amendements en ce sens, malgré l'appui d'une parti de la majorité LREM. La promesse d'Emmanuel Macron tombe-t-elle aux oubliettes?

Glyphosate : ventes annuelles de substance active par département en France selon une étude de l'association écologiste Robin des Bois
Glyphosate : ventes annuelles de substance active par département en France selon une étude de l'association écologiste Robin des Bois Crédits : ALAIN BOMMENEL, SABRINA BLANCHARD - AFP

La promesse était symbolique mais lourde de sens : interdire le glyphosate en France "au plus tard dans trois ans". Emmanuel Macron l'a faite à l'automne dernier mais certains députés de la majorité se demandent si elle sera tenue. Dans la nuit de lundi à mardi, plusieurs amendements prônant l'interdiction de cet herbicide jugé cancérigène ont été rejetés à l'Assemblée nationale. Ils s’inséraient dans le cadre du projet de loi Agriculture et Alimentation. Le ministre de l'Agriculture, Stéphane Travert, avait expressément demandé le rejet de ces amendements, voulant préserver les agriculteurs et laisser le temps aux industriels de trouver des solutions alternatives au glyphosate.

C'était pourtant l'occasion idéale pour rassurer la France de gauche, tendance écolo, qui avait cru comprendre - au fil des débats et des scandales liés à Monsanto - que le glyphosate les empoisonnait doucement mais surement. L'occasion absolue de passer de façon pragmatique de la parole aux actes, avec l'appui de la majorité. 

Ce matin, le ministre de la Transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, doit être démotivé. Cette nouvelle bataille perdue à l'Assemblée pèsera assurément dans son choix de quitter ou non le gouvernement à l'heure du bilan cet été. 

Les autres titres du journal

La droite sénatoriale et le gouvernement tentent d'enrayer la grève à la SNCF alors que la réforme ferroviaire passe en séance publique devant le Sénat, à partir de mardi. Après un rendez-vous avec le président du Sénat, Gérard Larcher, le secrétaire général de l'UNSA, Luc Bérille, évoquait ce lundi une "sortie de grève envisageable". A la mi-journée, la CGT-Cheminots organise une manifestation devant le palais du Luxembourg.

Hommage de Manuel Valls à l'industriel Serge Dassault, mort hier à 93 ans. L'ancien Premier ministre retient un homme de convictions qu'il a affronté dans l'Essonne. Un homme adepte, aussi, de certaines malversations, dit-il, à demi-mot. Héritier d'un empire industriel dans l'aéronautique et le spatial, Serge Dassault a été emporté par une crise cardiaque. Sa fortune est estimée à 19 milliards d'euros. Serge Dassault avait, par ailleurs, été condamné en février 2017 à une amende de 2 millions d'euros et à cinq ans d'inéligibilité et d’interdiction d’exercer une fonction publique, pour blanchiment de fraude fiscale et omissions dans ses déclarations de patrimoine.

Les acteurs de la crise libyenne se réunissent à Paris. Sept ans après la mort de Mouammar Kadhafi, ils veulent sécuriser la tenue d'élections et stabiliser le pays. C'est possible, cette année, nous dira un spécialiste des questions libyennes.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......