LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Galaxie des personnes présumées impliquées dans l'affaire Benalla, du nom de l'ex-collaborateur de l'Elysée qui a frappé un manifestant lors du 1er mai

La défense d'Alexandre Benalla mise à mal par une nouvelle vidéo

15 min
À retrouver dans l'émission

Une nouvelle enquête est ouverte par le parquet de Paris après les violences du 1er mai dernier. Celle-ci porte encore une fois sur Alexandre Benalla et Vincent Crase, proches du pouvoir. Sur cette affaire, Christophe Castaner, délégué général de LREM, est auditionné par le Sénat ce mardi matin.

Galaxie des personnes présumées impliquées dans l'affaire Benalla, du nom de l'ex-collaborateur de l'Elysée qui a frappé un manifestant lors du 1er mai
Galaxie des personnes présumées impliquées dans l'affaire Benalla, du nom de l'ex-collaborateur de l'Elysée qui a frappé un manifestant lors du 1er mai Crédits : SABRINA BLANCHARD, MARYAM EL HAMOUCHI - AFP

Christophe Castaner, délégué général de "La République en Marche", est auditionné à partir de 8h par la Commission d’enquête du Sénat à propos de l'affaire Benalla, ce mardi. Dans l'après-midi, ensuite, les questions seront posées dans l’hémicycle de l'Assemblée nationale. Les deux motions de censure de la droite et de la gauche seront débattues par les députés en présence du Premier ministre, Edouard Philippe. 

Il s'agit d'une des conséquences de l'affaire Benalla, du nom de cet ancien collaborateur mis en examen pour "violences en réunion" après des incidents place de la Contrescarpe à Paris, le 1er mai dernier. Alexandre Benalla pourrait d'ailleurs être inquiété par une autre vidéo. Le même jour, le 1er mai, on le voit au jardin des Plantes - avec son acolyte, Vincent Crase, de la République en Marche - tenir brutalement un autre manifestant.

Pour afficher ce contenu Twitter, vous devez accepter les cookies Réseaux Sociaux.

Ces cookies permettent de partager ou réagir directement sur les réseaux sociaux auxquels vous êtes connectés ou d'intégrer du contenu initialement posté sur ces réseaux sociaux. Ils permettent aussi aux réseaux sociaux d'utiliser vos visites sur nos sites et applications à des fins de personnalisation et de ciblage publicitaire.
Gérer mes choix

Les autres titres du journal

La garde des Sceaux reconnait que l'administration pénitentiaire est "insuffisamment réactive" pour éviter les évasions. Nicole Belloubet présentait ce lundi son plan de réorganisation des services et sa volonté d'isoler les détenus les plus dangereux. Pointant des "failles de sécurité", elle souhaite, par ailleurs, mettre en place un Etat-major de la sécurité en prison. Un dispositif qui existait il y a deux ans veut rappeler le secrétaire général de l'UFAP-UNSA Justice, Jean-François Forget.

Autolib' définitivement au garage ce mardi à 23h59 au plus tard. L'arrêt brusque du service d'autopartage a été décidé au mois de juin par le Syndicat Vélib' Autolib' Métropole (SVAM, 103 communes dont Paris, majoritaire), en conflit avec le groupe Bolloré, qui devrait demander 250 millions d'euros d'indemnisation. Un face-à-face sur le partage des responsabilités financières s'est engagé. Alors qu'un collectif d'une vingtaine de villes d'Ile-de-France, dont Versailles ou Meudon, s'oppose à la fin d'Autolib', dénoncent un excès de pouvoir de la ville de Paris et veulent saisir la justice.

Description du fonctionnement d'Autolib' à son lancement, le 5 décembre 2011
Description du fonctionnement d'Autolib' à son lancement, le 5 décembre 2011 Crédits : sr, dmk / fh / pc - AFP

En Inde, près de quatre millions de personnes, principalement des musulmans, pourraient perdre leur nationalité à la suite d'un processus de recensement. Celui ci est mené dans l'Etat de l'Assam, frontalier avec le Bangladesh, et a pour but d'identifier les migrants illégaux qui sont arrivés depuis ce pays voisin dans les 47 dernières années. Ils n'ont pas pu prouver qu'ils habitaient dans la région indienne avant mars 1971.

Direction l'Espagne ensuite où des milliers de Vénézuéliens investissent dans la pierre. Opposants à Nicolas Maduro pour beaucoup, ils fuient leur pays depuis 2012. 120.000 d'entre eux ont obtenu la nationalité espagnole, dont de grosses fortunes. Leur arrivée et leurs investissements ont fait bondir les prix de l’immobilier dans la capitale espagnole.

ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......