LE DIRECT
La télévision nationale algérienne a diffusé des images montrant Abdelaziz Bouteflika, vêtu d'une gandoura (tunique nord-africaine) beige, remettant sa lettre de démission au président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz

Abdelaziz Bouteflika démissionne et les Algériens rêvent de démocratie

15 min

Au pouvoir depuis 20 ans en Algérie, Abdelaziz Bouteflika, 82 ans, cible d'une contestation populaire inédite depuis plus d'un mois et défié par l'armée, a démissionné ce mardi soir. Cette décision "est destinée à contribuer à l'apaisement des cœurs et des esprits", est-il écrit dans sa lettre.

La télévision nationale algérienne a diffusé des images montrant Abdelaziz Bouteflika, vêtu d'une gandoura (tunique nord-africaine) beige, remettant sa lettre de démission au président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz
La télévision nationale algérienne a diffusé des images montrant Abdelaziz Bouteflika, vêtu d'une gandoura (tunique nord-africaine) beige, remettant sa lettre de démission au président du Conseil constitutionnel Tayeb Belaïz Crédits : ENNAHAR TV - AFP

C'est l'image qu'il fallait pour prouver que l'annonce était bien vraie : Abdelaziz Bouteflika, assis sur son fauteuil roulant, vêtu d'une tunique beige et visiblement très affaibli. Les Algériens l'ont vu à la télévision, ce mardi soir vers 22h30. Entouré du président du Conseil de la Nation et de celui du Conseil constitutionnel. Il a remis une lettre de démission et y explique vouloir "l'apaisement des cœurs et des esprits de ses compatriotes". Dans la foulée, des centaines de personnes sont descendues dans la rue, un peu partout dans le pays. Souvent joyeux, parfois émus, quelque fois méfiants, mais tous déterminés à manifestation un 7e vendredi consécutif, pour faire chuter "tout le système".

Écouter
32 sec
Un millier d'Algérois sont descendus dans la rue ce mardi 2 avril à Alger pour célébrer la démission, après 20 ans à la tête de l'Etat, du président Abdelaziz Bouteflika

Désormais, c’est un proche du président algérien, Abdelkader Bensalah, 78 ans, à la tête du Sénat algérien depuis 17 ans, qui prend les rênes du pays et qui doit assurer, selon ce que prévoit la Constitution algérienne, l’organisation d’élection dans 90 jours. Une assemblée constituante pourrait aussi être créée.

Les autres titres du journal

En Tunisie, le président Beji Caïd Essebsi est accusé d'avoir couvert des actes de torture sous l'ère Bourguiba. Les victimes "étaient enchaînées dans un bagne, avec une chaîne de 50 centimètres et étaient battus, sous-alimentée, dans le froid", explique Shihem Ben Sedrine, la présidente de l'IVD, l’instance chargée de lancer le processus de justice transitionnelle qui a enquêté pendant près de cinq ans. "Ces victimes ont témoigné que Beji Caïd Essebsi a assisté à leur torture", précise-t-elle. 

A Brunei, la peine de mort par lapidation ou coups de fouets entre en vigueur ce mercredi pour les viols, pour l'adultère et l'homosexualité. Une pratique rigide de l'islam pour mieux contrôler la population.

Le Baccalauréat et à sa réforme : le SNES, principal syndicat du Secondaire, pourrait appeler à la grève le jour des épreuves.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......