LE DIRECT
L'un des principes de la réforme est d'inciter les plateformes à mieux rétribuer les créateurs de contenus

Droits d'auteur sur Internet : comment mieux rétribuer les producteurs et éviter un monopole de diffusion ?

16 min

Après avoir rejeté le texte début juillet, la réforme du droit d'auteur une nouvelle fois devant le Parlement européen. Un vote très attendu notamment par les artistes mais un texte fustigé par les géants du numérique et qui donne lieu depuis des mois à un lobbying sans précédent des deux côtés.

L'un des principes de la réforme est d'inciter les plateformes à mieux rétribuer les créateurs de contenus
L'un des principes de la réforme est d'inciter les plateformes à mieux rétribuer les créateurs de contenus Crédits : LIONEL BONAVENTURE - AFP

La très sensible réforme des droits d'auteur divise le Parlement européen. Les députés doivent voter ce mercredi midi pour encadrer - ou non - la révolution numérique. Il s'agit notamment de mieux payer, les auteurs de contenus (musiciens, cinéastes, écrivains, journalistes) face aux géants du net. 

Le principe de la réforme est d'inciter les plateformes, comme YouTube, détenu par Google, à mieux rétribuer les créateurs de contenus (article 13). Il s'agit aussi de créer un nouveau "droit voisin" pour les éditeurs de presse (article 11), qui doit permettre aux journaux ou agences comme l'AFP de se faire rémunérer lors de la réutilisation en ligne de leur production. Cette réforme pourrait créer un monopole de diffusion, selon l'eurodéputé écologiste Yannick Jadot qui craint que cela ne bloque la jeunes création et les concurrents au GAFAM (Google, Appel, Facebook, Amazon et Microsoft).

Anja Vogel a rencontré les défenseurs des droits d’auteur, à Strasbourg.

Écouter
1 min
Les défenseurs de la réforme s'étaient donné rendez-vous ce mardi devant le Parlement européen pour convaincre les élus de donner leur feu vert

Les autres titres du journal

Dans cette édition, nous irons à Metz découvrir un quartier dédié aux peines aménagées, pour certains prisonniers. Pas de barreaux aux fenêtres. Peu de portes fermées. La Garde des Sceaux veut les multiplier.

Alexandre Benalla se rendra finalement devant la Commission d'enquête sénatoriale mais il estime qu'elle n'a "aucun droit" et qu'elle "bafoue notre démocratie". Réponse du président de la Commission, Philippe Bas.

La loi sur l'agriculture et l'alimentation revient à l'Assemblée nationale ce mercredi et suscite l'inquiétude des professionnels. Centrer les réformes sur le secteur français et non pas mondial est une erreur, nous dira un représentant du syndicat agricole Coordination Rurale.

À venir dans ... secondes ...par......