LE DIRECT
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.
Un groupe de féministes a bloqué l'avant-première de "J'accuse", le dernier film de Roman Polanski, qui devait se dérouler ce mardi soir au cinéma Champollion, à Paris

"J'accuse", de Roman Polanski : promotion à l'arrêt et silence des institutions du cinéma français

15 min

La sortie du nouveau film de Roman Polanski est bousculée par une nouvelle accusation de viol contre le cinéaste. Promotions et avant-première ont été annulées en France. Le silence des institutions grandit, vous comprendrez pourquoi dans ce journal.

Un groupe de féministes a bloqué l'avant-première de "J'accuse", le dernier film de Roman Polanski, qui devait se dérouler ce mardi soir au cinéma Champollion, à Paris
Un groupe de féministes a bloqué l'avant-première de "J'accuse", le dernier film de Roman Polanski, qui devait se dérouler ce mardi soir au cinéma Champollion, à Paris Crédits : Amaury Cornu / Hans Lucas - AFP

Promotion à l'arrêt et débats tous azimuts pour le nouveau film de Roman Polanski, qui sort ce mercredi en salle. Le réalisateur y fait la reconstitution de l'affaire Dreyfus, sous le titre "J'accuse" alors qu'il est accusé, à nouveau, de viols. Le cinéaste franco-polonais  toujours sous la menace d'un emprisonnement aux Etats-Unis - est cité par la photographe française Valentine Monnier. Elle l'accuse de l'avoir violé il y a 44 ans. 

Ce mardi soir, l'une des avant-premières du nouveau film de Polanski a été annulée, à Paris, après l'intervention d'une quarantaine de personnes. Parallèlement, le cinéaste continue visiblement de bénéficier du soutien des institutions culturelles françaises.

"Si le monde de la culture ne soutenait pas Roman Polanski, cela voudrait dire qu'il n'y a plus de culture dans notre pays" : déclaration, il y a 10 ans, du ministre de la Culture, Frédéric Mitterrand alors que Roman Polanski venait d'être arrêté en Suisse pour être extradé vers les Etats-Unis. Finalement, les demandes d'extradition sont rejetées et le cinéaste continue de tourner librement en Suisse, en Pologne et en France. En 2017, une large rétrospective à la cinémathèque crée pourtant la polémique, notamment parce que les témoignages de femmes se disant victimes du réalisateurs s'accumulent. Roman Polanski va tout de même continuer de bénéficier des financements publics pour produire ses films.

Écouter
25 sec
L'actrice Karine Viard, gênée par une question sur Roman Polanski (avec Thierry Fiorile)

L'association des réalisateurs - qui rassemble 200 cinéastes dont Roman Polanski - a même fait savoir qu'elle réunirait son conseil d'administration pour statuer sur une possible suspension du réalisateur, même si, dit-elle, l'exclusion est impossible tant que la justice n'a pas tranché. Du côté du Centre national du cinéma, pas de déclaration : e CNC ne se positionne pas sur des questions moral, dit-il et renvoie la balle vers le ministère de la Culture.

Comment expliquer cette tolérance ? Cécile de Kervasdoué a joint Brigitte Rollet, chercheuse au Centre d’histoire culturelle des sociétés contemporaines, professeure à Sciences Po et spécialiste des questions de genre et de sexualité dans l'audiovisuel.

Écouter
1 min
Brigitte Rollet, chercheuse au CHCSC, analyse cette tolérance au micro de Cécile de Kervasdoué

Les autres titres du journal

Le gouvernement temporise sur le travail de nuit. Une mesure autorisant les commerces alimentaires à ouvrir entre 21h et minuit devait être présentée en Conseil des ministres, ce mercredi. La question est finalement renvoyée à l’été prochain, après "une concertation de 6 mois".

En Bolivie, la présidente du Sénat s'est autoproclamée présidente du pays par intérim. Les partisans d'Evo Morales crient au coup d'Etat, dans le calme cette fois.    

Comment et pourquoi Google travaille-t-il sur les données médicales de millions d'Américains ? Le géant de la Silicon Valley a passé un accord avec un grand groupe hospitalier outre-Atlantique, mais ni les patients, ni les médecins n'ont été mis au courant.

Écouter
1 min
Loïc Pialat, correspondant de France Culture sur la côte Ouest des Etats-Unis
ⓘ Publicité
Radio France ne vous demandera jamais de communiquer vos coordonnées bancaires.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......