LE DIRECT
Un employé sur la lig,e d'assemblage de la Renault Zoé à Flins (Yvelines), le 6 mai dernier

Renault envisagerait d'arrêter la production sur quatre sites en France, après avoir obtenu un prêt de 5 milliards garanti par l'Etat

15 min

"Quatre usines seraient fermées en France: Choisy-le-Roi, Dieppe et les Fonderies de Bretagne, pour commencer. Le gros morceau - Flins (....) - viendra plus tard", affirme Le Canard enchaîné et Les Echos à lire ce matin

Un employé sur la lig,e d'assemblage de la Renault Zoé à Flins (Yvelines), le 6 mai dernier
Un employé sur la lig,e d'assemblage de la Renault Zoé à Flins (Yvelines), le 6 mai dernier Crédits : Martin BUREAU / AFP - AFP

Renault envisagerait d'arrêter la production de quatre sites en France, dont Flins (Canard Enchainé), après avoir obtenu un prêt de 5 milliards garanti par l'Etat : Le constructeur automobile français Renault envisagerait de fermer quatre sites en France, dont Flins qui assemble la citadine électrique Zoe et la Nissan Micra, dans le cadre d'un vaste plan d'économie qui doit être annoncé la semaine prochaine, selon le Canard Enchaîné. Le groupe au losange doit dévoiler le 29 mai les contours d'un vaste plan d'économie de 2 milliards d'euros annoncé en février, selon des sources proches. "Quatre usines seraient fermées en France : Choisy-le-Roi, Dieppe et les Fonderies de Bretagne, pour commencer. Le gros morceau - Flins (....) - viendra plus tard", affirme le Canard Enchaîné, sans citer de source, mais ces informations se retrouvent également dans les pages du quotidien Les Echos. La direction de Renault n'a pas souhaité faire de commentaire. Pas de commentaire non plus au ministère de l'Economie.  L'Etat français, premier actionnaire de Renault avec 15% du capital, prévoit de garantir un prêt bancaire d'environ 5 milliards d'euros pour le constructeur. Mais cette aide n'impliquerait pas de renoncer à des suppressions d'emplois.  "Il y a des discussions. Rien n'est figé", a confié à l'AFP une source proche du dossier, sous couvert d'anonymat.  Dès février, la direction avait évoqué la possibilité de fermer des sites en France et à l'étranger lors de la présentation des résultats annuels. Analyse en direct d'Anne-Laure Jumet.

Les autres titres du journal

Casse-tête pour l'exécutif : comment et quand organiser le second tour des municipales ? Fin juin ? Edouard Philippe reçoit les chefs de partis, ce soir, à Matignon.

Ceux qui travaillent à domicile auprès des personnes âgées refusent d'être oubliés des aides du gouvernement, alors que des enseignants et des soignants vont recevoir une prime, pour tout le travail fourni pendant la crise et que le gouvernement a débloqué près d'un milliard d’euros pour aider le secteur des Ehpad.

Avec la pandémie de Covid-19, les populations menacées de famine pourraient voir leur nombre doubler : alors que l'épidémie progresse en Amérique Latine, - au Brésil, notamment, qui a dépassé pour la première fois, hier, la barre des 1.000 morts en 24 heures - , au Chili, par exemple, l'armée s'est déployée, hier, dans les quartiers pauvres de Santiago, face à des manifestants qui dénonçaient des pénuries alimentaires en période de confinement. L'ONU prévient, via le Programme Alimentaire Mondial  : les populations menacées de famine pourraient voir leur nombre doubler, cette année, à cause du coronavirus, passant de 135 à 265 millions de personnes dans le monde. Au total, dans le monde, 800 millions de personnes souffrent de faim ou de malnutrition.

Présidentielle au Burundi sur fond de tensions et de crise sanitaire : Les Burundais votent, aujourd'hui, pour élire leur nouveau président, leurs députés et leurs conseillers municipaux, en pleine pandémie de Covid-19 et au terme d'une campagne âprement disputée laissant craindre un regain de violences. Le scrutin marquera la fin de l'ère Pierre Nkurunziza, à la tête du pays depuis 2005, et qui ne se représente pas. Sa candidature à un troisième mandat controversé en 2015 avait plongé son pays dans une grave crise politique, qui avait fait au moins 1.200 morts et poussé à l'exode 400.000 Burundais. La présidentielle mettra notamment aux prises son dauphin désigné, le général Évariste Ndayishimiye, au chef de l'opposition Agathon Rwasa.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......