LE DIRECT
Comparatif des chiffres d'affaires, des résultats d'exploitation, des effectifs et des flottes d'Air France et de KLM

L'État néerlandais s'invite au capital d'Air France-KLM pour défendre ses intérêts

15 min

Les Pays-Bas entrent au capital de la compagnie aérienne Air France-KLM. Le ministre de l'Economie, Bruno Le Maire, dit ne pas avoir été prévenu. Nous détaillerons cette bataille d'influence.

Comparatif des chiffres d'affaires, des résultats d'exploitation, des effectifs et des flottes d'Air France et de KLM
Comparatif des chiffres d'affaires, des résultats d'exploitation, des effectifs et des flottes d'Air France et de KLM Crédits : Vincent LEFAI, Jean Michel CORNU - AFP

L’État néerlandais est entré au capital de la compagnie Air France-KLM, désireux de défendre ses intérêts. "Le gouvernement néerlandais a acheté des actions pour avoir une participation directe de _12,68% dans Air France-KLM_", a annoncé le ministre des Finances Wopke Hoekstra lors d'une conférence de presse à La Haye. Cette acquisition surprise, réalisée à partir du 20 février, lui a coûté 680 millions d'euros. "L'objectif est d'obtenir à terme une position équivalente à celle de l’État français", a-t-il ajouté. L'avenir de KLM est d'autant plus important pour les Néerlandais qu'il est directement lié à celui de l'aéroport d' Amsterdam Schiphol, l'une des plus grandes plateformes aériennes européennes. C'est un site-clé pour le développement économique du pays.

Cette acquisition surprise intervient après de fortes tensions entre le patron de KLM, Pieter Elbers, et le nouveau directeur général d'Air France-KLM, Benjamin Smith. Ce dernier vient d'imposer sa présence au conseil de surveillance de KLM et ne souhaitait pas le reconduire dans ses fonctions Pieter Elbers en avril prochain. Sous la menace d'une grève des salariés et la pression des dirigeants de la branche néerlandaise, il avait abandonné cette idée.

L'opération a été accueillie froidement par le gouvernement français. La France détient actuellement une participation de 14,3% dans le groupe. Une telle prise de participation s'est "faite sans information du conseil d'administration (du groupe) ni du gouvernement français", a réagi le ministre français de l’Économie, Bruno Le Maire. "Il est essentiel de respecter les principes de bonne gouvernance et qu'Air France-KLM soit géré dans l'esprit de son intérêt social _sans interférence étatique nationale_", a poursuivi le ministre.

Les autres titres du journal

Le sommet entre Donald Trump et Kim Jong-un se tient en ce moment à Hanoï, au Vietnam. Les décisions prises entre l'Américain et le nord-Coréen pourraient être minces. Ce mercredi matin déjà, Donald Trump a souligné le "formidable" potentiel de la Corée du Nord.

L'entreprise française Décathlon renonce à commercialiser son "hijab" de sport, après une journée de controverse en France. Une mauvaise nouvelle pour la démocratie, dit le sociologue Antoine Bondaz.

En ces temps de pollution, sous la chaleur de février, une centaine de signataires de la pétition "l'Affaire du siècle" seront reçus ce soir par le ministre François de Rugy. Ils attendent du concret pour le climat et non "une belle opération de communication". Vous les entendrez.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......