LE DIRECT
Les boîtes noires ont été retrouvées dans les débris de l'appareil près de Téhéran

L'Iran reconnaît finalement avoir abattu par erreur l'avion ukrainien près de Téhéran

14 min

Après deux jours de pression internationale intense à la suite du crash du Boeing 737 d'Ukraine Airlines, causant la mort des 176 personnes à bord, Téhéran a reconnu ce matin l'envoi d'un missile qui a causé "par erreur" la catastrophe mercredi.

Les boîtes noires ont été retrouvées dans les débris de l'appareil près de Téhéran
Les boîtes noires ont été retrouvées dans les débris de l'appareil près de Téhéran Crédits : AFP

La volte-face de Téhéran ce matin. Après avoir démenti avec force pendant deux jours, l'hypothèse d'un tir de missile et dénoncé une "propagande" des Etats-Unis et des pays occidentaux, l'Iran a reconnu avoir abattu l'avion ukrainien. Mais cet acte résulte d'une "erreur humaine" précise le communiqué de l'état-major iranien. Le crash a fait 176 morts. Sur les réseaux sociaux, le président iranien Hassan Rohani parle d'une "erreur impardonnable"et d'une grande tragédie". Sur Twitter, le ministre des affaires étrangères a présenté les "excuses" de son pays pour la catastrophe. Mohammad Javad Zarif précise qu'il s'agirait d'une "erreur humaine en des temps de crise causée par l'aventurisme américain". Il a adressé ses "profonds regrets, excuses et condoléances" au peuple iranien, "aux familles des victimes et aux autres nations affectées" par le drame. Analyse de Bertrand Gallicher dans ce journal. 

Les autres titres de l'actualité 

A Taïwan, des élections présidentielle et législatives ont lieu avec Hong-Kong en toile de fond et l'oeil de Pékin sur le scrutin.

C'est la président sortante pro-démocratie Tsai Ing-wen, qui est donnée largement favorite alors que la situation à Hong-Kong est dans est das l'esprit des 19 millions d'électeurs. Une élection scrutée par Pékin nous dira notre envoyée spéciale à Taiwan Dominique André. 

Réforme des retraites : les syndicats devront attendre la lettre d'Edouard Philippe pour connaître les propositions "concrètes" promises.

C'est ce qui ressort de la journée de consultation hier à Matignon. Le premier ministre recevait les syndicats avant d'annoncer l'envoi de ce courrier alors qu'une nouvelle manifestation est annoncée, à l'appel de l'intersyndicale. La lettre doit arriver aujourd'hui. Analyse à suivre avec Anne-Laure Jumet. 

Emmanuel Macron s'est exprimé devant la Convention citoyenne sur le climat.

Le chef de l'Etat a réitéré l'engagement d'utiliser "sans filtre" les propositions de cette assemblée de 150 citoyens tirés au sort. Leur mission est de trouver des solutions efficaces et socialement justes pour faire baisser de 40% les émission de gaz à effet de serre d'ici à 2030 par rapport au niveau de 1990". Le président de la République s'est dit, à nouveau, ouvert à la tenue d'un référendum sur le sujet.

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......