LE DIRECT
Manifestation de gilets jaunes devant la Préfecture de Saint-Denis à La Réunion le 24 novembre.

Gilets jaunes, foulards violets et marche blanche aujourd'hui : plusieurs étendards pour les colères dans la rue

15 min

C'est une journée marquée par plusieurs appels à manifester à Paris et dans des dizaines d'autres villes.

Manifestation de gilets jaunes devant la Préfecture de Saint-Denis à La Réunion le 24 novembre.
Manifestation de gilets jaunes devant la Préfecture de Saint-Denis à La Réunion le 24 novembre. Crédits : RICHARD BOUHET - AFP

Un foulard violet déployé contre les violences faites aux femmes. Un rassemblement a lieu à 14h à Paris,. à l'appel du collectif "Nous Toutes" dans le sillage du mouvement #MeToo. Dans ce journal, nous entendrons des  lycéenne et de lycéens mobilisés. Et l'analyse de notre invitée, la philosophe Manon Garcia, auteure de l'ouvrage "On ne naît pas soumise, on le devient".

Les autres titres de l'actualité

Les "gilets jaunes" : acte 2

Un rassemblement est prévu aujourd'hui à Paris pour ce mouvement apolitique et asyndical. Toute manifestation est interdite par arrêté dans un périmètre incluant la Concorde, l'Élysée, Matignon et l'Assemblée nationale. Un rassemblement est, en revanche, autorisé au Champ-de-Mars. L'exécutif tente d'ajuster sa stratégie, avec beaucoup de difficultés, nous dira Stéphane Robert. 

Une marche blanche an mémoire de la porte-parole des policiers en colère

Maggy Biskupski, avait 36 ans, elle s'est suicidée le 13 novembre dernier. C'était l'une des fondatrices du mouvement après l'attaque au cocktail Molotov de deux  policiers à Viry Châtillon en 2016. Depuis le début de l'année, on compte une cinquantaine de suicides dans les rangs de la police et 80, parmi toutes les forces de l'ordre confondues.   Florence Sturm a recueilli le témoignage de Pierre, commandant de police de 25 ans. 

Des frappes militaires françaises au Mali : un chef djihadiste aurait été tué

La force française Barkhane a effectué une nouvelle opération anti-terroriste dans le nuit de jeudi à vendredi, dans le centre du pays. Cette opération a permis la "mise hors de combat" d'une "trentaine de terroristes", a annoncé hier soir l'état-major dans un communiqué. De son côté, la ministre des armées Florence Parly a salué "une action d'ampleur, complexe et audacieuse qui a permis de neutraliser un important détachement terroriste". Il est « probable » que le principal chef djihadiste du centre du Mali', Amadou Koufa, ait été tué dans cette zone où se mêlent djihadisme, opérations anti-terroristes, et tensions communautaires, et où les violences sont quasi quotidiennes.  Précisions à Bamako, de Marie Matigot. 

France Culture

est dans l'appli Radio France
Direct, podcasts, fictions

INSTALLER OBTENIR

Newsletter

Découvrez le meilleur de France Culture

S'abonner
À venir dans ... secondes ...par......